Œuvres complètes de Montesquieu: De l'esprit des lois, livres XI-XXI

Front Cover

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Du crime contre nature
71
Continuation du même sujet
78
Violation de la pudeur dans la punition des crimes
85
Des choses qui attaquent la liberté dans la monarchie
99
Des espions dans la monarchie
100
Des lettres anonymes
102
De la manière de gouverner dans la monarchie
103
Que dans la monarchie le prince doit être accessible
104
Des mœurs du monarque
105
Des égards que les monarques doivent à leurs sujets
106
Des lois civiles propies à mettre un peu de liberté dans le gouvernement despotique
108
Continuation du même sujet
110
Des revenus de lÉtat
112
Que cest mal raisonner de dire que la grandeur des tributs soit bonne par ellemême
114
Des tributs dans les pays où une partie du peuple est esclave de la glèbe
116
Dune république en cas pareil
117
Dune monarchie en cas pareil
118
Dun État despotique en cas pareil
119
Des tributs dans les pays où lesclavage de la glèbe nest point établi
120
Comment on conserve lillusion
123
Dune mauvaise sorte dimpôt
125
Que la grandeur des tributs dépend de la nature du gouvernement
126
Des peines fiscales
127
Rapport de la grandeur des tributs avec la liberté
129
Dans quels gouvernements les tributs sont susceptibles daugmentation
131
Que la nature des tributs est relative au gouvernement
132
Abus de la liberté
134
Des conquêtes des mahométans
136
De laugmentation des troupes
137
Do la remise des tributs
139
Questce qui est plus convenable au prince et
140
Contradictions dans les caractères de certains peuples
151
De la culture des terres dans les climals ebauds loti
157
Des lois qui ont rapport à la sobriété des peuples 100
166
Autre origine du droit de lesclavage
170
De la différente confiance que les lois ont dans
172
Autre origine du droit de lesclavage
180
Des nations chez lesquelles la liberté civile est géné
187
Danger du grand nombre desclaves
193
Règlements à faire entre le maître et les esclaves
200
Des affranchis et des eunuques
207
De la polygamie Ses diverses circonstances
213
Al V Raison dune loi du Malabar
215
Principe de la morale dOrient
222
De la jalousie
228
17
238
Quels sont les pays les plus cultives
250
Chap VIF Do lAfrique et de lAmérique
251
Des peuples des lies
260
Des pays formes par lindustrie des hommes 201
263
Rapport général des lois
264
Du terrain de lAmérique
265
Des lois civiles chez les peuples qui ne cultivent point les terres
269
De létat politique dos peuples qui ne cultivent point les terres
271
Des peuples qui connoissent lusage de la monnoie
272
Des lois civiles chez les peuples qui ne connoissent point lusage do la monnoie
273
Des lois politiques chez les peuples qui nont point lusage de la monnoie
274
Force do la superstition
275
Du droit des gens des Tartares
278
Des assemblées de la nation chez les Francs
298
De lautorité du clergé dans la première race
300
Du sujet de ce livre
301
Combien pour les meilleures lois il est nécessaire que les esprits soient préparés
303
De la tyrannie
305
Ce que cest que lesprit général
307
Combien il faut être attentif à ne point changer lesprit général dune nation
308
Quil ne faut pas tout corriger
310
Des Athéniens et des Lacédémoniens
311
Effets de lhumeur sociable
312
De la vanité et de lorgueil dos nations
313
Du caractère des Espagnols et de celui des Chinois
315
Réflexion
317
Des manières et des mœurs dans lÉtat despotique
318
Dos manières chez les Chinois
320
Quels sont les moyens naturels de changer les mœurs les manières dune nation
321
Influence du gouvernement domestique sur le poli tique
324
C11 a p XVI Comment quelques législateurs ont confondu les principes qui gouvernent les hommes
325
Propriété particulière au gouvernement de la Chine
328
Conséquences du chapitre précédent
330
Chap XIX Comment sest faite cette union de la religion des lois des mœurs et des manières chez les Chinois
332
Explication dun paradoxe sur les Chinois
334
Comrtient les lois doivent être relatives aux mœurs et au manières
336
Continuation du même sujet
337
Comment les lois suivent les mœurs
338
Continuation du même sujet 33fl Chap XXV Continuation du même sujet 3il Chap XXVI Continuation du même sujet
342
hAi II De lesprit du commerce
362
De la pauvreté des peuples
364
Du commerce dans les divers gouvernements
365
Des peuples qui ont fait le commerce déconomie
368
Quelques effets dune grande navigation
369
Esprit do lAngleterre sur le commerce
371
Comment on a gêné quelquefois le commerce déco nomie
372
De lexclusion en fait de commerce
373
Établissement propre au commerce déconomie
374
Continuation du même sujet
376
De la liberté du commerce
377
Ce qui détruit cette liberté
378
Des lois de commerce qui emportent la confiscation des marcliandises
380
De la contrainte parcorps
381
Belle loi
383
Que la prince ne doit point faire le commerce
387
Continuation du même sujet
388
Du commerce de la noblesse dans la monarchie1
389
Réflexion particulière
390
A quelles nations il est désavantageux de faire le commerce
393
Des peuples dAfrique
398
Du commerce des Grecs1
411
Du commerce des rois Grecs après Alexandre
420
Du tour de lAfrique
429
Ile de Délos Milliridate
440
Commerce des Romains avec les Barbares
446
Des richesses que lEspagne tira de lAmérique
467
Problème
474
Comment on suspend lusage de la liberté dans
477
Continuation du même sujet 250
481
IV
482
ri r o i

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 7 - États modérés : elle n'y est que lorsqu'on n'abuse pas du pouvoir; mais c'est une expérience éternelle, que tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser; il va jusqu'à ce qu'il trouve des limites. Qui le diroit! la vertu même a besoin de limites. . .Pour qu'on ne puisse abuser du pouvoir, il faut que, par la disposition des choses, le pouvoir arrête le pouvoir.
Page 134 - L'impôt par tête est plus naturel à la servitude ; l'impôt sur les marchandises est plus naturel à la liberté, parce qu'il se rapporte d'une manière moins directe à la personne.
Page 10 - Tout serait perdu si le même homme, ou le même corps des principaux, ou des nobles ou du peuple, exerçaient ces trois pouvoirs : celui de faire des lois, celui d'exécuter les résolutions publiques, et celui de juger les crimes ou les différends des particuliers.
Page 64 - Ma, et que l'on acquerra dans d'autres, sur les -règles les plus sûres que l'on puisse tenir dans les jugements criminels, intéressent le genre humain plus qu'aucune chose qu'il y ait au monde.
Page 183 - On ne peut se mettre dans l'esprit que Dieu qui est un être très sage ait mis une âme, surtout une âme bonne, dans un corps tout noir.
Page 10 - Il n'ya point encore de liberté , si la puissance de juger n'est pas séparée de la puissance législative et de l'exécutrice. Si elle était jointe à la puissance législative , le pouvoir sur la vie et la liberté des citoyens serait arbitraire; car le juge serait législateur.
Page 309 - Plusieurs choses gouvernent les hommes : le climat, la religion, les lois, les maximes du gouvernement, les exemples des choses passées, les mœurs, les manières ; d'où il se forme un esprit général qui en résulte.
Page 12 - La puissance de juger ne doit pas être donnée à un sénat permanent, mais exercée par des personnes tirées du corps du peuple1, dans certains temps de l'année, de la manière prescrite par la loi, pour former un tribunal qui ne dure qu'autant que la nécessité le requiert.
Page 9 - Lorsque dans la même personne ou dans le même corps de magistrature la puissance législative est réunie à la puissance exécutrice, il n'ya point de liberté, parce qu'on peut craindre que le même monarque ou le même sénat ne fasse des lois tyranniques pour les exécuter tyranniquement.
Page 20 - Mais les juges de la nation ne sont, comme nous avons dit, que la bouche qui prononce les paroles de la loi , des êtres inanimés qui n'en peuvent modérer ni la force ni la rigueur.