Page images
PDF
EPUB

example of the breach of it. To no purpose it was urged that he had been unjustly condemned. He had always held that wrong did not justify wrong. He awaited with perfect composure the return of the sacred vessel, reasoned on the immortality of the soul, the advantage of virtue, the happiness derived from having made it through life his pursuit, and with his friends about him, took the fatal cup and died.

(2) In the days when the spinning-wheels hummed busily in the farm-houses, and even great ladies, clothed in silk and thread-lace, had their toy spinning-wheels of polished oak, there might be seen in districts far away among the lanes, or deep in the bosom of the hills, certain pallid undersized men, who, by the side of the brawny country-folk, looked like the remnants of a disinherited race. The shepherd's dog barked fiercely when one of these alien-looking men appeared on the upland, dark against the early winter sunset, for what dog likes a figure bent under a heavy bag? And these pale men rarely stirred abroad without that mysterious burden. The shepherd himself, though he had good reason to believe that the bag held nothing but flax and thread, or else the long rolls of strong linen spun from that thread, was not quite sure that this trade of weaving, indispensable though it was, could be carried on entirely without the help of the Evil One. In that far-off time, superstition clung easily round every person or thing that was at all unwonted, or even intermittent and occasional merely, like the visits of the pedlar or knife-grinder.

FRIDAY, JUNE 13, from 2.30 to 5.30 P.M.

SECTION III. French and German.

1 Translate:

IX.

(1) Le prix de la joute était la chaloupe. Elle était d'avance donnée au vainqueur. Cette panse avait servi de bateau-pilote; le pilote qui l'avait montée et conduite pendant vingt ans était le plus robuste des marins de la Manche; à sa mort on n'avait trouvé personne pour gouverner la panse, et l'on s'était décidé à en faire le prix d'une régate. La panse, quoique non pontée, avait des qualités, et pouvait tenter un manoeuvrier. Elle était mâtée en avant, ce qui augmentait la

puissance de traction de la voilure. Autre avantage, le mât ne gênait point le chargement. C'était une coque solide; pesante, mais vaste, et tenant bien le large; une vraie barque commère. Il y eut empressement à se la disputer; la joute était rude, mais le prix était beau. Sept ou huit pêcheurs, les plus vigoureux de l'île, se présentèrent. Ils essayèrent tour à tour; pas un ne put aller jusqu'à Herm. Le dernier qui lutta était connu pour avoir franchi à la rame par un gros temps le redoutable étranglement de mer qui est entre Serk et Brecq-Hou. Ruisselant de sueur, il ramena la panse et dit: C'est impossible. Alors Gilliatt entra dans la barque, empoigna d'abord l'aviron, ensuite la grande écoute, et poussa au large. Puis, sans bitter l'écoute, ce qui eût été une imprudence, et sans la lâcher, ce qui le maintenait maître de la grande voile, laissant l'écoute rouler sur l'estrop au gré du vent sans dériver, il saisit de la main gauche la barre. En trois quarts d'heure, il fut à Herm.

(2) Jours inouïs! le bien, le beau, le vrai, le juste,

Coulaient dans le torrent, frissonnaient dans l'arbuste;
L'aquilon louait Dieu de sagesse vêtu ;

L'arbre était bon; la fleur était une vertu ;

C'est trop peu d'être blanc, le lis était candide;

Rien n'avait de souillure et rien n'avait de ride;

Jours purs! rien ne saignait sous l'ongle et sous la dent;
La bête heureuse était l'innocence rôdant;

Le mal n'avait encor rien mis de son mystère

Dans le serpent, dans l'aigle altier, dans la panthère ;
Le précipice ouvert dans l'animal sacré

N'avait pas d'ombre, étant jusqu'au fond éclairé ;
La montagne était jeune et la vague était vierge;
Le globe, hors des mers dont le flot le submerge,
Sortait beau, magnifique, aimant, fier, triomphant,
Et rien n'était petit quoique tout fût enfant;
La terre avait, parmi ses hymnes d'innocence,
Un étourdissement de sève et de croissance;
L'instinct fécond faisait rêver l'instinct vivant ;
Et, répandu partout, sur les eaux, dans le vent,
L'amour épars flottait comme un parfum s'exhale;
La nature riait, naïve et colossale;
L'espace vagissait ainsi qu'un nouveau-né.
L'aube était le regard du soleil étonné.

[ocr errors]

2. En vain contre le Cid un ministre se ligue,

Tout Paris pour Chimène eut les yeux de Rodrigue.'

Give a short sketch of the circumstances alluded to in this couplet. To what criticism in particular does the second line refer?

6

3. Pour juger de la beauté d'un ouvrage il suffit de le considérer en lui-même, mais pour juger du mérite d'un auteur, il faut le comparer à son siècle et surtout à ses devanciers.' What is the place of Corneille in French literature, tried by this standard?

4. Illustrate from the Cid the difference of the language of Corneille from that of our day by enumerating (1) words since fallen into disuse, (2) alterations of meaning undergone by particular words, (3) changes in grammatical rules, (4) changes in pronunciation.

5. 'On peut détester la personne du pontife mais on admire l'auteur.' Discuss the character of the high priest Joad in Athalie how did Racine justify this creation against contemporary criticisms?

6. Compare Corneille and Racine in their delineation of female character.

7. La Mérope de Voltaire est une admirable esquisse.' Examine this criticism.

8. Comment upon the following lines:

joue.

(1) Et mon âme à la cour s'attacha toute entière.

(2) Pour vous perdre il n'est point de ressorts qu'il ne

(3) Un jeune enfant couvert d'une robe éclatante

Tels qu'on voit des Hébreux les prêtres revêtus.
(4) De David à ses yeux le nom est favorable.
Mais quand l'astre du jour

(5)

Aura sur l'horizon fait le tiers de son tour
Lorsque la troisième heure aux prières rappelle.
(6) Et cependant du sang de la chair immolée
Les prêtres arrosaient l'autel et l'assemblée.

(7) Ah! je le prends déjà, seigneur, sous mon appui.
(8) Tantôt à son aspect je l'ai vu s'émouvoir.

H

(9) Vivez, solennisez vos fêtes sans ombrage.

(10) Allez, sacrés vengeurs de vos princes meurtris.

9. Write a short critique of Les Travailleurs de la Mer,' with reference to (1) the style, (2) the local knowledge, of the author.

SATURDAY, JUNE 14, from 9.30 A.M. to 12.30.

SECTION III. French and German.

Translate into English:

X.

(a) Quand on se promène a Sardam et aux côtes voisines, qu'on entre dans ces barques, qu'on voit l'attitude si simple de ces hommes si hardis, on sent bien que c'est là le marin naturel, sans orgueil, sans emphase, l'amphibie véritable. Plusieurs n'ont jamais débarqué. Race bien supérieure à toutes celles des émigrants qu'ils ont reçus de partout, dans leur bonhomie confiante qui leur devint si funeste au moment de l'invasion.

Les grands fleuves qui aboutissent à cette dernière langue du continent européen l'encombrent sans pitié d'un résidu énorme sable, boues, débris enlevés. Le Rhin qui se tord sur la Suisse, non content d'emporter les terres, que les torrents arrachent, recueille sur sa route tout ce que l'Allemagne y traîne de fange, et il pousse tout cela, par ses bouches bourbeuses, sur la Hollande, qui en serait enterrée sans un travail énorme de curage. Eh bien, elle ne recevait pas un moindre encombrement d'alluvions humaines. Ce torrent trouble, qui, aujourd'hui, noie la vaste Amérique, comment n'aurait-il pas submergé le petit pays?

(6) Une des merveilles de cette caverne, c'était le roc. Ce roc, tantôt muraille, tantôt cintre, tantôt étrave ou pilastre, était par places brut et nu, puis, tout à côté, travaillé des plus délicates ciselures naturelles. On ne sait quoi, qui avait beaucoup d'esprit, se mêlait à la stupidité massive du granit. Quel artiste que l'abîme! Tel pan de mur, coupé carrément et couvert de rondes bosses ayant des attitudes, figurait un vague bas-relief; on pouvait devant cette sculpture où il y avait du nuage, rêver de Prométhée ébauchant pour Michel Ange. Il semblait qu'avec quelques coups de marteau le

génie eût pu achever ce qu'avait commencé le géant. En d'autres endroits, la roche était damasquinée comme un bouclier sarrasin ou niellée comme une vasque florentine. Elle avait des panneaux qui paraissaient de bronze de Corinthe, puis des arabesques comme une porte de mosquée, puis comme une pierre runique, des empreintes d'ongles obscurs et improbables. Des plantes à ramuscules torses et vrilles, s'entre-croisant sur les dorures du lichen, la couvraient de filigranes. Cet antre se compliquait d'un alhambra. C'était la rencontre de la sauvagerie et de l'orfévrerie dans l'auguste et difforme architecture du hasard.

(c) Nouvelles ont couru en France,

Par mains lieux, que j'estoye mort;
Dont avoient peu deplaisance
Aucuns qui me hayent à tort;
Autres en ont eu desconfort,
Qui m'ayment de loyal vouloir,
Comme mes bons et vrais amis;
Si fais à toutes gens savoir
Qu'encore est vive la souris.

Je n'ay eu ne mal, ne grevance,
Dieu mercy, mais suis sain et fort,
Et passe temps en esperance
Que paix qui trop longuement dort,
S'esveillera, et par accort

A tous fera liesse avoir;

Pour ce de Dieu soient maudis
Ceux qui sont dolens de veoir
Qu'encore est vive la souris.
Jeunesse sur moi a puissance,
Mais vieillesse fait son effort
De m'avoir en sa gouvernance;
A present faillira son sort;
Je suis assez loing de son port,
De pleurer vueil garder mon hoir;
Loué soit Dieu de Paradis,

Qui m'a donné force et pouvoir,
Qu'encore est vive la souris.

Nul ne porte pour moi le noir,

On vent meilleur marchié drap gris;
Or tiengne chascun, pour tout voir,
Qu'encore est vive la souris.

« PreviousContinue »