Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]

Xénophon, au livre des Revenus*, voudroit qu'on , donnât des récompenses à ceux des préfets du commerce qui expédient le plus vite les procès. Il sentoit le besoin de notre juridiction consulaire*. Les affaires du commerce sont très-peu susceptibles de formalités. Ce sont des actions de chaque jour, que d'autres de même nature doivent suivre chaque jour. Il faut donc qu'elles puissent être décidées chaque jour. Il en est autrement des actions de la vie qui influent beaucoup sur l'avenir, mais qui arrivent rarement. On ne se marie guère qu'une fois; on ne fait pas tous les jours des donations ou des testaments; on n'est majeur qu'une fois. Platon* dit que dans une ville où il n'y a point de commerce maritime, il faut la moitié moins de lois civiles ; et cela est très-vrai. Le commerce introduit dans le même pays* différentes sortes de peuples, un grand nombre de conventions, d'espèces de biens et de manières d'ac

1. Chap. III, S 3.

2. A. B. Ajoutent : Les Romains dans le bas-empire (a) eurent cette espèce de juridiction pour les nautoniers.

3. Des lois, liv. VIII. (M).

4. A. B. Dans un même pays.

* L. 7, Code Théod., De navicul.

IV . 25

quérir. Ainsi, dans une ville commerçante, il y a moins de

juges*, et plus de lois.

1. C'est-à-dire moins de juges civils, à cause de la juridiction consulaire et de la nature des affaires.

QUE LE PRINCE NE DOIT POINT FAIRE LE COMME RC E.

Théophile " voyant un vaisseau où il y avoit des marchandises pour sa femme Théodora, le fit brûler. « Je suis empereur, lui dit-il, et vous me faites patron de galère. En quoi les pauvres gens pourront-ils gagner leur vie, si nous faisons encore leur métier? » Il auroit pu ajouter : Qui pourra nous réprimer, si nous faisons des monopoles? Qui nous obligera de remplir nos engagements ? Ce commerce que nous faisons, les courtisans voudront le faire; ils seront plus avides et plus injustes que nous. Le peuple a de la confiance en notre justice ; il n'en a point en notre opulence : tant d'impôts qui font sa misère sont des preuves certaines de la nôtre*.

1. Zonare. (M).

2. « Il y a en quelques pays des portions de commerce qui se font par le prince, et pour son compte. C'est une très-mauvaise méthode, qui ne tend qu'à établir un monopole. ll est à parier que si le commerce, que les Czars de Moscovie se sont réservé, était libre, il serait bien plus considérable. Il s'est trouvé, en Espagne, quelques occasions particulières où l'on a éprouvé le même inconvénient ; d'ailleurs, c'est une espèce de vol fait au peuple. PECQUEr, » Analyse raisonnée, etc., p. 171. On voit à qui s'adresse Montesquieu, quand il cite l'exemple de l'empereur Théophile.

coNTINUATIoN DU MÊME sUJET.

Lorsque les Portugais et les Castillans dominoient dans les Indes orientales, le commerce avoit des branches si riches, que leurs princes ne manquèrent pas de s'en saisir. Cela ruina leurs établissements dans ces parties-là.

Le vice-roi de Goa accordoit à des particuliers des priviléges exclusifs. On n'a point de confiance en de pareilles gens ; le commerce est discontinué par le changement perpétuel de ceux à qui on le confie ; personne ne ménage ce commerce, et ne se soucie de le laisser perdu à son successeur*; le profit reste dans des mains particulières, et ne s'étend pas assez.

1. C'est-à-dire on s'inquiète peu que ce commerce soit perdu pour le SUlCC0SS0UlI'.

DU coMME RCE DE LA NoBLE ssE DANs LA MoNARCHIE *.

Il est contre l'esprit du commerce, que la noblesse le fasse dans la monarchie. « Cela seroit pernicieux aux villes, disent* les empereurs Honorius et Théodose, et ôteroit entre les marchands et les plébéiens la facilité d'acheter et de vendre. »

Il est contre l'esprit de la monarchie, que la noblesse y fasse le commerce*. L'usage qui a permis en Angleterre le commerce à la noblesse, est une des choses qui a le plus contribué à y affoiblir le gouvernement monarchique*.

1.A. B. Du commerce dans la monarchie. 2. L. nobiliores, cod. de commerc. et L. ult. de rescind. vendit. (M.) 3. Dans les idées de nos pères, la noblesse se devait tout entière a service militaire, et ne pouvait travailler sans déroger. 4. Et à faire la prospérité et la grandeur de l'Angleterre.

« PreviousContinue »