Page images
PDF
EPUB

neurs de l'in-folio , lorsqu'une dame aimable m'a proposé fort sérieusement d'en, faire une édition in-18 ," afin , m'a-t-elle » dit avec beaucoup de grace, qu'il ne » sortit jamais de sa poche.»

Je me trouve si honoré du suffrage des dames , que je ne sais si je ne tirerois pas plus de vanité d'être in-18 dans leurs poches, qu'en grand Atlas dans la bibliotheque du Louvre. Ee genre d'incognito a de plus quelque chose que je ne puis dire , qui me flatte singuliérement. Dans la perplexité agréable où je me trouve , et dans l'impossibilité où je suis de faire quatre nouvelles éditions a-lafois pour complaire à tous mes lecteurs il m'est venu en pensée d'inviter ceux d'entre eux qui ne sont pas contens de l'in-12, d'envoyer leurs inscriptions. ( franches de port) chez mes libraires, en y mettant simplement leurs adresses avec le format qu'ils desirent.Je me déciderai alors sur la pluralité des voix ; et dès que j'en: aurai cinq cents pour l'in-89. ou l'in-4°. j'en publierai la souscription en beau papier avec de nouvelles figures dessinées et gravées par les plus célebres, artistes. Mais s'il

y

a seulement deux cents - cinquante voix pour l'in-18, je donnerai la préférence à ce format, parce que j'ai toujours estimé la voix d'une dame égale , pour le moins, à celle de deux hommes.

Quelques gens du monde m'ont de mandé si je ferois des augmentations à cette présente édition ; et dans ce cas, ils ont désiré que j'en fisse un supplément détaché, pour ceux qui ont acquis les éditions précédentes, se plaignant de ce que les auteurs, qui en agissoient autrement, fraudoient le public.

Un auteur qui se contente difficilement de son travail , tel que je suis , et qui le remet souvent sur le métier , est quelquefois obligé d'y faire de légeres augmentations, pour en éclaircir les endroits obscurs. Il est au moins forcé de changer quelque chose aux avis qui varient à chaque édition , sans qu'il puisse faire de ces variantes un supplément particulier et de quelque intérêt. Mais, en supposant qu'il fraudât ainsi une portion du public de quelque portion de son travail, je demande si le public en corps ne le fraude pas plus complétement en acquérant sans scrupule les contrefaçons de son ouvrage ? Un auteur ne les décrédite qu'en ajoutant quelque chose de nouveau à chaque nouvelle édition.

Les contrefaçons m'ont fait et me font un tort considérable. Je ne parle pas de celles de ma premiere édition , qui ont rempli les provinces du midi de la France (1); mais à peine la seconde a paru , (1) M. Marin, inspecteur de la librairie à Masa

qu'elle a été contrefaite, avec ses aug. mentations, approbations, privilége , et jusqu'aux titres où on lit l'adresse de mes libraires. D'autres contrefacteurs ont osé annoncer dans le catalogue des livres de la foire de Leipsik , pour le mois d'octobre 1787, une édition de mes Etudes de la Nature, faite à Lyon , chez Piestre et Delamolliere , quoique je n'aie jamais rien fait imprimer qu'à Paris. On vient d'en publier une nouvelle à Bruxelles , en quatre volumes. Une personne de la connoissance de mon imprimeur en a vu à Londres, au mois de Septembre dernier, quatre éditions différentes sans quil ait pu s'y procurer la véritable. Cependant elle est bien aisée à distinseille , y en saisit, il y a un an et demi une balle entiere , qui , malgré ses réclamations , fut confisquée au profit de la chambre syndicale de cette ville , et non au' mien , comme il étoit juste. M. de Chassel inspecteur de la librairie à Nancy, y a arrêté, il y a six mois, quelques exemplaires contrefaits de ma seconde édition, que M. Vidaud-de-la-Tour m'a fait remettre, d'après le jugement de M. de Lamoignon , garde des sceaux. Le contrefacteur avoit retranché seulement, dans l'avis , ce que j'y disois de la beauté des caracteres de ma seconde édition, sem blables à ceux-ci, parce que la médiocrité des siens eût découvert d'abord sa fraude. J'ai lieu' d'espérer maintenant de la vigilance de M. Vidaud-de-laTour , dont le zele pour les intérêts de la librairie seconde si bien la justice de M. de Lamoignon dont le nom est si cher aux gens de lettres , qu’on réprimera enfin dans le royaume le brigandage des contrefaçons , si contraire aux ordres du roi et aux intérêts des auteurs, sur-tout à ceux qui n'ont pas d'autres propriétés que leurs ouvrages.

!

guer par la beauté de ses caracteres de toutes ses contrefaçons , qui d'ailleurs ne peuvent jamais être que de mauvaises copies d'une édition originale , revue et corrigée par moi-même avec toute l'attention dont je suis capable. Cela n'a pas empêché le public de les accueillir avec empressément. Après tout, il ne s'agit pas de n'avoir pas à se plaindre des hommes mais que les hommes n'aient pas à se plaindre de nous.

Quand ma conscience ne me feroit pas un devoir d'être juste envers chaque particulier, je dois trop au public pour ne pas chercher à lui complaire autant qu'il est en moi. Je n'ai eu d'autre voix constante en ma faveur que la sienne. D'un autre côté, s'il considere l'importance des erreurs que j'ai attaquées et ma position, j'ose espérer qu'il me met. tra un jour au rang du petit nombre d'hommes qui se sont occupés de son intérêt aux dépens de leur fortune.

Je ne m'écarterai pas maintenant des principes qui ont dirigé ma vie. Je vais donc insérer ici quelques réflexions , qui auroient peut-être été placées plus convenablement dans l'avis en tête de cette troisieme édition : mais je les transfere ici , afin que ceux qui en acheteront le quatrieme volume en particulier, soient instruits de tout ce que j'y ai ajouté, sans être obligé d'acquérir les trois autres. J'y

[ocr errors][merged small]

aurois joint de même les additions que j'ai faites à ma premiere édition , au sujet de l'alongement des pôles, et des courans de l'océan Atlantique , si ces additions n'étoient pas trop considérables. Mais si je ne les rapporte pas ici à la lettre , j'en répete au moins le sens , et j'y ajoute de nouvelles preuves qui donnent le dernier degré d'évidence à ces importantes: vérités..

J'ai corrigé d'abord aux titres de cette troisieme édition , une erreur qui se trouve dans ceux des deux autres. Elle est fort indifférente à mes lecteurs , puis-que ce n'est qu'une transposition de mes: noms de baptême ; mais elle a occasionné: quelques méprises.

Je ne me rappelle pas avoir rien ajouté au texte , qu'une seule obseryation surles contre-courans de l'Ohio., que j'ai: insérée dans cette troisieme édition, tome

, page 3.14. Mais elle est importante, car c'est. une preuve de plus en fa-veur. de l'explication qụe j'ai donnée des, marées.

Le lecteur peut se rappeler que j'explique la direction de nos marées en été vers le nord , par les contre-courans dus courant général de l'océan Atlantique qui, dans cette saison, descend de notre pole dont les glaces se fondent en partie: par l'action du soleil qui l'échauffe pendant six mois. Je supposois que ce coule

I,

« PreviousContinue »