Page images
PDF
EPUB
[ocr errors][ocr errors]

3

[ocr errors]

P R É FA C E. J'Avois à peine commencé la traduction des Géorgiques de Virgile , en 1738, que je conçus le dessein de traduire aussi le Poëme d'Hésiode, intitulé: Les Travaux & les Jours. La première lecture m'en avoit plu par les traits de morale & les beaux vers qui s'y rencontrent souvent. Cette illusion, si c'en étoit une, se dissipa quand je voulus mettre la main à l'oeuvre. Il falloit lire Hésiode & l'examiner. Mon esprit, plein du génie de Virgile, de sa Poésie philosophique & brillante, de sa versification inimitable, de ses images, de ses épisodes, ne retrouva dans le Poëte Grec, qu’une médiocre partie de toutes ces beautés.

Ce seroit perdre son tems que de faire le parallèle de ces deux Poëtes, quoiqu'ils ayent écrit l'un & l'autre dans le même genre & presque sur les mêmes matières. Il ne sauroit y avoir de comparaison où

comparaison où il y a tant de sua périorité d'une part, & tant d'infériorité de l'autre,

و

.

[ocr errors][ocr errors]

Suivant M. Rollin(1), le Poëme d'Hésiode a servi de modèle à Virgile pour composer ses Géorgiques, comme il le témoigne luimême par ce vers : Ascræumque cano romana per oppida carmen. On diroit avec plus de justesse, malgré le propre vers de Virgile , qui est plus un compliment qu'une vérité, que

les Travaux & les Jours lui ont seulement donné la première idée de ses Géorgiques. Il y suit en détail toutes les parties de l'agriculture, tous les objets de l'industrie champêtre, aussi utilement, aussi savamment qu'on peut le faire dans un ouvrage en vers qui n'est pas une dissertation ni un traité.

Hésiode ne parle que superficiellement, & en peu de mots, de la culture des terres : il est par-tout moraliste, & nulle

part

cultivateur. Virgile, dans les quatre Livres des Géorgiques, est tout-à-la-fois, laboureur, vigneron, herboriste, berger, poëte & philosophe.

Le titre du Poëme d'Hésiode en fait la division ; la première partie dit quelque chose des Travaux; la seconde roule

; la seconde roule principalement

[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

(1) Hist. anc. tom. II, pag. 6

sur les Jours. Cette division naturelle, mais arbitraire, a été adoptée par des Commentateurs & des Editeurs. Dans les éditions de Daniel Heinsius, imprimées in-4°. en 1603, le texte est divisé en trois parties , savoir ; celle des Travaux, épôv, en deux livres numerotés par A & B; & celle des Jours, nepcây,

, en un livre séparé, mais sans lettre numérique. Les Scholies en sont arrangées suivant cette division. Salvini l'a suivie dans sa traduction en vers italiens : il en fait deux Livres qu'il intitule : I Lavori e le Giornate ; mais il en sépare les Jours sous ce titre : 1 Giorni ďHesiodo Ascreo.

La première partie est la seule que j'aye traduite ou imitée. C'est un Ouvrage de morale dont les préceptes excellens peuvent convenir à toutes les professions, principalement aux cultivateurs, sans leur rien apprendre cependant de l'art du labourage. Le Poëte n'entre en matière qu'au premier vers du ses cond Livre.

e

[ocr errors]

:

Πληϊάδων ατλαγενέων επιτελλομενάων

αρκεθ' αμητά: Commence à moissonner quand les Pleiades se lèvent,

[ocr errors]
[ocr errors]

Les leçons qu'il donne à son frère Persès, ne sont qu'une espèce de calendrier rustique dont Virgile a pris plusieurs traits; il en a rendu littéralement quelques-uns qu'il valoit mieux expliquer que

traduire mot à mot, tels, entre autres, que cet axiome choquant d'agriculture, s'il falloit l'entendre dans son sens rigoureux. Laboure nu , sème nu, moissonne nu (1) ou sans habits, suivant la traduction mitigée de M. l'Abbé Bergier ; ce que Virgile a traduit ainsi avec l'exactitude la plus littérale : Nudus aru , sere nudus, demi-vers auquel un plaisant qui n'étoit pas un sot, ajouta cet hémistiche: Habebis frigora febrem. Des laboureurs qui sèmeroient nuds ou en chemise, ne vieilliroient

pas

à ce métier. Je pense qu'en vers

à comme en prose , toute proposition isolée doit s'entendre & s'expliquer par elle-même sans interprétation ni commentaire.

Après avoir débité succinctement des préceptes superficiels d'agriculture, mêlés néanmoins de peintures agréables, Hésiode passe

[ocr errors][ocr errors]

(1) Γυμνόν σπείρειν, γυμνόν δε βρωτεϊν,

Γυμνόν δαμάθαι. Βιβλ. β. ν. 9.

« PreviousContinue »