Œuvres de Denis Diderot, Volume 14

Front Cover
Chez Desray ... et Deterville, 1798 - Philosophy
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 209 - Une seule chose peut nous rapprocher du méchant, c'est la grandeur de ses vues, l'étendue de son génie, le péril de son entreprise. Alors si nous oublions sa méchanceté, pour courir son sort, si nous conjurons contre Venise avec le comte de Bedmar'; c'est la vertu qui nous subjugue encore sous une autre face...
Page 21 - Si ce que je te disais tout à l'heure est .vrai, le modèle le plus beau, le plus parfait d'un homme ou d'une femme, serait un homme ou une femme supérieurement propre à toutes les fonctions de la vie, et parvenu à l'âge du plus entier développement, sans en avoir exercé aucune.
Page 405 - ... ma tête et qui s'ébranlent? Je vois le marbre des tombeaux tomber en poussière; et je ne veux pas mourir ! et j'envie un faible tissu de fibres et de chair à une loi générale qui s'exécute sur le bronze! Un torrent entraîne les nations les unes sur les autres au fond d'un abîme commun ; moi, moi seul, je prétends m'arrêter sur le bord et fendre le flot qui coule à mes côtés!
Page 233 - L'imagination et le jugement sont deux qualites communes et presque opposées. L'imagination ne crée rien , elle imite , elle compose , combine , exagère , agrandit , rapetisse. Elle s'occupe sans cesse de ressemblances. Le jugement observe, compare , et ne cherche que des différences.
Page 398 - Spiritus intus alit: totamque infusa per artus ' Mens agitat molem, et magno se corpore miscet ' Inde hominum pecudumque genus vitaeque volantum ' Et quae marmoreo fert monstra sub aequore pontus.
Page 250 - Ce qu'il ya d'étonnant , c'est que l'artiste se rappelle ces effets à deux cents lieux de la nature , et qu'il n'a de modèle présent que dans son imagination ; c'est qu'il peint avec une vitesse incroyable ; c'est qu'il dit que la lumière se fasse , et la lumière est faite ; que la nuit succède au jour , et le jour aux ténèbres , et il fait nuit , et il fait jour...
Page 238 - ... à chaque mot prononcé, l'idée ou l'image nous revenait avec la sensation qui lui était propre ; mais à la longue nous en avons usé avec les mots, comme avec les pièces de monnaie : nous ne regardons plus à l'empreinte, à la légende, au cordon, pour en connaître la valeur; nous les donnons et nous les recevons à la forme et au poids : ainsi des mots, vous dis-je. Nous avons laissé là de côté l'idée ou l'image, pour nous en tenir au son et à la sensation. Un discours prononcé...
Page 472 - C'est un choix particulier d'expressions ; c'est une certaine distribution de syllabes longues ou brèves, dures ou douces, sourdes ou aigres, légères ou pesantes, lentes ou rapides, plaintives ou gaies, ou un enchaînement de petites onomatopées...
Page 205 - Dans leur absence, ma dévotion rapporte tout à eux. Je songe sans cesse à leur bonheur. Une belle ligne me frappet-elle, ils la sauront. Ai-je rencontré un beau trait, je me promets de leur en faire part. Ai-je sous les yeux quelque spectacle enchanteur, sans m'en apercevoir j'en médite le récit pour eux. Je leur ai consacré l'usage de tous mes sens...
Page 390 - C'est l'image du voyageur. Cet homme est sans morale , ou il est tourmenté par une espèce d'inquiétude naturelle qui le promène malgré lui. Avec un fond d'inertie plus ou moins considérable , Nature qui veille à notre conservation , nous a donné une portion d'énergie qui nous sollicite sans cesse au mouvement et à l'action.

Bibliographic information