Page images
PDF
EPUB

DES ÉTUDES,

PARCROLLIN

harles

NOUVELLE ÉDITION, REVUE

Nace

[ocr errors]

PAR M. LETRONNE,
MEMBRE DE L'INSTITUT (ACADÉMIE DES INSCRIPTIONS ET BELLES LETTRES),

[merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors]

LIBRAIRIE DE FIRMIN DIDOT FRÈRES,
IMPRIMEURS DE L'INSTITUT,

56.

RUB JACOB,

1845.

[merged small][ocr errors]

PREMIÈRE PARTIE.

RÉFLEXIONS GÉNÉRALES SUR LES AVANTAGES,

DE LA BONNE ÉDUCATION.

[L'instruction des jeunes gens a trois objets.] L'université de Paris, fondée par les rois de France pour travailler à l'instruction de la jeunesse, se propose dans cet emploi si important trois grands objets, qui sont: la science, les meurs, la religion. Elle songe premièremont à cultiver l'esprit des jeunes gens, et à l'orner par toutes les connaissances dont ils sont alors capables. Ensuite, elle s'applique à rectifier et à régler leur cæur par des principes d'honneur et de probité, pour en faire de bons citoyens. Enfin, elle tâche d'achever et de perfectionner ce qu'elle n'a fait qu'ébaucher jusque-là, et elle travaille à mettre pour ainsi dire le comble à son ouvrage en formant en eux l'homme chrétien.

C'est là le but que se sont proposé nos rois en établissant l’université : et c'est aussi l'ordre des devoirs qu'ils lui ont eux-mêmes prescrits dans les divers règlements qu'ils lui ont donnés pour la mettre en état de répondre à leurs vues. Celui de Henri IV, de glorieuse mémoire, commence par ces mots : « La félicité des royaumes et des

peuples, et surtout d'un État chrétien , dépend de la bonne éduca« tion de la jeunesse, où l'on a pour but de cultiver, de polir par « l'étude des sciences l'esprit encore brut des jeunes gens; de les dis« poser ainsi à remplir dignement les différentes places qui leur sont « destinées, sans quoi ils seraient inutiles à la république; enfin , de « leur apprendre le culte religieux et sincère que Dieu exige d’eux , « l'attachement inviolable qu'ils doivent à leurs pères et mères et à « leur patrie, le respect et l'obéissance qu'ils sont obligés de rendre « au prince et aux magistrats. » Quum omnium regnorum et popu- lorum felicitas, tum maxime reipublicæ christianæ salus, a recta juventutis institutione pendet : quæ quidem rudes adhuc animos ad humanitatem flectit ; steriles alioquin et infructuosos reipublicæ muniis idoneos et utiles reddit; Dei cultum, in parentes et patriam pietatem , erga magistratus reverentiam et obedientiam promovet.

TR. DES ÉTUD T. I.

.

[ocr errors]

I

Nous allons examiner chacun de ces trois objets en particulier, et nous tâcherons de montrer combien il est nécessaire de les avoir toujours en vue dans l'éducation des jeunes gens.

PREMIER OBJET DE L'INSTRUCTION.

AVANTAGES DE L’ÉTUDE DES BEAUX · ARTS ET DES SCIENCES

POUR FORMER L'ESPRIT.

[ Difference que l'étude met entre les hommes.] Pour concevoir une juste idée de l'importance des fonctions de ceux qui sont destinés à apprendre aux jeunes gens les langues, les belles-lettres, l'histoire, la rhétorique, la philosophie, et les autres sciences qui conviennent à cet age, et pour connaitre combien de telles études peuvent contribuer à la gloire d'un royaume, il ne faut que considérer la différence que les bonnes études mettent, non-seulement entre les particuliers, mais aussi entre les peuples.

Les Athéniens n'occupaient pas un fort grand terrain dans la Grèce : mais jusqu'où leur réputation ne s'étendit-elle point ? En portant les sciences à leur perfection, ils portèrent leur propre gloire à son comble. La même école forma des hommes rares en tout genre. De là sortirent les grands orateurs, les fameux capitaines, les sages législateurs, les habiles politiques. Cette source féconde répandit les mèmes avantages sur tous les beaux-arts qui semblent y avoir le moins de rapport : la musique, la peinture, la sculpture, l'architecture. Elle les rectifia, les enuoblit, les perfectionna; et, comme s'ils étaient sortis de la même racine et nourris de la même séve, elle les fit tous fleurir en même temps.

Rome, devenue la maitresse du monde par ses victoires, en devint l'admiration et le modèle par la beauté des ouvrages d'esprit qu'elle produisit presque en tout genre; et par là elle s'acquit sur les peuples qu'elle avait soumis à son empire une autre sorte de supériorité, infiniment plus flatteuse que celle qui ne vient que des armes et des conquètes.

L'Afrique , autrefois si fertile en beaux esprits et en grandes lumières, est tombée, par l'oubli des belles-lettres , dans une stérilité entière, et même dans la barbarie , dont elle porte le nom , sans que, pendant le cours de tant de siècles, elle ait produit un seul homme qui se soit distingué par quelque talent, et qui ait fait ressouvenir du

[ocr errors]
[ocr errors]

mérite de ses ancêtres, ou qui s'en soit souveriu lui-même. On en peut dire autant de l'Égypte en particulier, qui avait été considérée comme la source de toutes les sciences.

Le contraire est arrive parmi les peuples de l'Occident et du Septentrion. Ils ont été longtemps regardés comme grossiers et barbares, parce qu'ils étaient sans gout pour les ouvrages d'esprit. Mais, aussitot que les bonnes études y ont pénétré, ils ont donné de grands hommes qui ont égalé en toute sorte de littérature et de profession ce que les autres nations avaient eu de plus solide , de plus éclairé, de plus profond , et de plus sublime.

On voit tous les jours qu'à mesure que les sciences passent chez de nouveaux peuples, elles les transforment en d'autres hommes , et qu'en leur donnant des inclinations et des mæurs plus douces, une police mieux réglée, des lois plus humaines, elles les lirent de l'obscurité où ils avaient langui jusque-là, et de la grossièreté qui leur était naturelle. Ils deviennent ainsi une preuve évidente que,

dans les différents climats, les esprits sont à peu près les mêmes; que les sciences seules y mettent une si honorable distinction; que, selon qu'elles sont ou cultivées ou négligées, elles élèvent ou rabaissent les nations, qu'elles les tirent des ténèbres ou les y replongent, et qu'elles semblent décider de leur destinée.

Mais, sans parcourir l'histoire, il suffit d'ouvrir les yeux sur ce qui se passe dans la nature. Elle nous montre la différence iufinie que la culture met entre deux terres, d'ailleurs assez semblables. L'une , parce qu'elle est abandonnée, demeure brute, sauvage, hérissée d'épines; l'autre, remplie de toutes sortes de grains et de fruits, ornée d'une agréable variété de fleurs, rassemble dans un petit espace tout ce qu'il y a de plus rare , de plus salutaire, de plus délicieux, et devient, par les soins de son maitre, un heureux abrégé de toutes les beautés des saisons et des régions différentes. Il en est ainsi de votre esprit, et nous sommes toujours payés avec usure du soin que nous prenons de cultiver. C'est ce fonds que tout homme qui sent la noblesse de son origine et de sa destinée est chargé de mettre en valeur; ce fonds ' si riche et si fertile, si capable de productions immortelles, et seul digne de toute son attention.

[L'étude donne à l'esprit de l'élévation et de l'étendue. ] En effet, l'esprit se nourrit et se fortifie par les sublimes vérités que l'étude

« Nihil est feracias ingeniis , iis præsertim quæ disciplinis exculta sunt. » (Cic. Orat. n. 48.)

[ocr errors]
« PreviousContinue »