Page images
PDF
EPUB

tes épaules le carquois chargé de Aèches retentissantes ; et lance tes fins li miers sur la piste, mène-les droit au gîte de la bête...

On accorde force louanges à la vertu ; mais elles fondent encore plus vite que les gelées du printemps !...

C'est tard que le bon sens arrive aux Phrygiens.

Pressaque jain gravida crepitent tibi terga pharetra,
Derige odorisequos ad ceria cubilia canes.

Præstatur laus virtuti, sed multo ocius
Verno gelu tabescit.

Sero sapiunt Phryges.

CNÆUS NÆVIUS.

( Mort vers l'an 205 av. J.-C.)

Natif de Campanie et peut-être de Rome; premier poëte vraiment romain; substitue le vers iambique au grossier vers suturnien (Horridus ille Saturnius, disait Horace ; la comédie Togata (de la toge romaine) å la comédie Palliala (du manteau grec); auteur du premier poëme épique national: De Bello punico (sur la guerre punique). Les fragments qui nous en sont parvenus commencent à être plus nombreux, sans pouvoir encore nous donner une idée de l'æuvre du poëte.

FRAGMENTS TRAGIQUES.

Cela, mon fils, je t'en prie, mets-le dans ton cæur, avec le soin du vendangeur qui met le raisin dans son panier.

Contemple avec calme la beauté et le visage de la jeune fille.

Dis-nous comment vous vous en êtes rendus maîtres : est-ce par force ou par ruse?

Je suis bien heureux, mon père, d'être loué par toi, un homme que loue tout le monde!.

Quod tu, mi gnate, quæso ut in pectus tuum
Demittas, tamquam in fiscinam vindemitor...

Contempla placide formam et faciem virginis...

Dic

quo pacto eum potili : pugnan' an dolis?

[ocr errors]

L&tus sum laudari me abs te, pater, a laudato viro.

Bien mal acquis, mal se dépense.
De même que le bétail va sans effroi à la mort...

FRAGMENTS COMIQUES.

Si tu veux simplement parler et non pas faire une leçon en règle, pas n'est besoin de faire un si long discours.

Il mange de l'oignon : l'oeil lui pleure!

Que les dieux confondent le premier jardinier qui a fait venir l'oignon !

Quand tu es à table, tu as dix esclaves debout autour de toi; lui, quand il mange, c'est lui qui est debout.

Je riais en moi-même de me voir en route avec un homme ivre qui trébuchait à chaque pas.

Il vous l'a ingurgité jusqu'au fin fond du gosier!

Male parta male dilabuntur.

Sine terrore pecua ut ad mortem meant.

Si quidem vis loqui,
Non perdocere, haud mulla longe promicanda oratio est.
Cui cæpe edundod oculus alter profluit.
Ut illum di perdant qui primam holitor protulit
Cæpam!
Tibi servi multi apud mersam astant : ille ipse astat quando

edit.

Risi egomet mecuin cassabundum ire ebrium.
Incurgitavit usque ad imum gutturem.

C'est comme un fait exprès : ce que je veux, tu ne le veux pas; et ce que je ne veux pas, tu le désires.

Moi, j'ai toujours plus prisé, beaucoup plus aimé la liberté que l'argent.

LA COQUETTE.

Quel manége! on la croirait à la danse : elle va, vient, passe de l'un à l'autre, et se donne à chacun tour à lour : à l'un, un signe de tête ; à l'autre un clin d'ail; on aime celui-ci; on retient celui-là; on abandonne sa main à l'un; on presse le pied de l'autre; à celui-ci on montre sa bague; à celui-là on fait signe des lèvres; on chante avec l’un, et l'on trouve encore le moyen de parler des doigts avec un autre!...

FRAGMENTS ÉPIQUE S. Leurs femmes (d'Énée et d'Anchise) sortaient, la nuit, de Troie, la tête voilée, toutes deux en pleurs, toutes deux fondant en larmes, .

Quase dedita opera, quæ ego volo ea tu non vis, quæ ego nolo

ea cupis.

Ego semper pluris feci
Potioremque habui libertatem multo quam pecuniam.

Quasi in choro ludens datatim dat se et communem facit :
Alii adnutat, alii adnictat, alium amat, alium tenel,
Alibi manus est occupata, alii percellit pedem,
Anulum dat alii spectandum, a labris alium invocat,
Cum alio canlat, al tamen alii suo dat digito literas.

Amoorum
Uxores noctu Troade exibant capitibus
Opertis, flentes ambe, lacrymis cum multis.

Les Carthaginois tremblent de tous leurs membres ; l'effroi est général; la terreur s'est emparée de tous les caurs; partout funérailles, partout pompes funèbres; l'ivresse de la fête a disparu.

É LOGE COMPOSÉ PAR LUI-MÊME.

Si les Immortels pouvaient pleurer les mortels; les divines Muses pleureraient le poëte Névius. Car, du jour qu'il a été livré au séjour infernal, à Rome, on n'a plus su parler la langue latine.

Sic Pæni contremiscunt artibus : universim
Magnei metus tumultus pectora possidet;
Celsum funera agitant; exsequia ilitant,
Temulentiamque tollunt fesiam.

Mortaleis Immortaleis flere si foret fas,
Flerent divæ Camænæ Næviom poetam.
Itaque postquam est orcino traditus thesauro,
Oblitei sunt Romæ loquier latina lingua.

« PreviousContinue »