Histoire physique, civile et morale de Paris, Volume 3

Front Cover
Bureau des publications illustrées, 1842 - Paris (France)
 

What people are saying - Write a review

User Review - Flag as inappropriate

recherche secouristes médard

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 40 - C'est par là que Molière, illustrant ses écrits, Peut-être de son art eût remporté le prix, Si, moins ami du peuple, en ses doctes peintures II n'eût point fait souvent grimacer ses figures, Quitté, pour le bouffon, l'agréable et le fin, Et sans honte à Térence allié Tabarin. Dans ce sac ridicule où Scapin s'enveloppe, Je ne reconnais plus l'auteur du Misanthrope.
Page 325 - La ville est partagée en diverses sociétés, qui sont comme autant de petites *républiques, qui ont leurs lois, leurs usages, leur jargon, et leurs mots pour rire. -Tant que cet assemblage est dans sa force, et que l'*entêtement subsiste, l'on ne trouve rien de bien dit ou de bien fait que ce qui part des siens, et l'on est incapable de goûter ce qui vient d'ailleurs : cela va jusques au mépris pour les gens qui ne sont pas initiés dans leurs mystères.
Page 86 - Un amas confus de maisons, Des crottes dans toutes les rues , Ponts, églises, palais, prisons, Boutiques bien ou mal pourvues; Force gens noirs, blancs, roux, grisons, Des prudes, des filles perdues, Des meurtres et des trahisons, Des gens de plume aux mains crochues; Maint poudré qui n'a point d'argent, Maint homme qui craint le sergent, Maint fanfaron qui toujours tremble ; Pages, laquais, voleurs de nuit, Carrosses, chevaux et grand bruit...
Page 270 - Quelque grande que soit cette cour, elle l'étoit autrefois beaucoup davantage; de toutes parts elle étoit environnée de logis bas, enfoncés, obscurs, difformes, faits de terre et de boue, et tous pleins de mauvais pauvres.
Page 142 - Sorbonne, qui décidait nettement que tous les biens de ses sujets étaient à lui en propre, et que, quand il les prenait, il ne prenait que ce qui lui appartenait ; qu'il avouait que cette décision l'avait mis fort au large, ôté tous ses scrupules, et lui avait rendu le calme et la tranquillité qu'il avait perdus.
Page 136 - Louis annonça qu'il alloit gouverner par lui-même ; et, dès qu'il ne fut plus ostensiblement asservi, il crut régner. En butte alors à tous les genres de séduction, il se laissa persuader qu'il étoit parfait, et, dès ce moment, il fut inutile de l'instruire.
Page 178 - Réduit à mendier d'avilissants secours, Dans un pays ingrat, sauvé par son courage, Le guerrier n'avait pas, au déclin de son âge, Un asile pour vivre, un tombeau pour mourir; L'état qu'il a vengé, daigne enfin le nourrir: Louis à tous les rois y donne un grand exemple, — Entrons, dit le héros.
Page 384 - Le parlement h't diverses remontrances sur ces lettres-patentes. Le 28 novembre suivant, le conseil des dépêches entendit le rapport des commissaires du conseil, chargés d'examiner l'institut et les constitutions des jésuites. Il fut décidé que les évêques ou archevêques qui se trouvaient à Paris seraient chargés de prononcer sur ces quatre points...
Page 204 - Tous ces Messieurs les ministres veulent faire quelque chose qui leur fasse honneur auprès de la postérité. Ils ont trouvé le secret de me donner à l'Europe comme aimant ces vanités-là. Madame est témoin des chagrins que MM. de Louvois et La Feuïllade m'ont donnés là-dessus.
Page 319 - Que ne puis-je vous donner mon expérience ! que ne puis-je vous faire voir l'ennui qui dévore les grands et la peine qu'ils ont à remplir leurs journées ! Ne voyez-vous pas que je meurs de tristesse dans une fortune qu'on aurait peine à imaginer, et qu'il n'ya que le secours de Dieu qui m'empêche d'y succomber...

Bibliographic information