Les origines de l'île Bourbon et de la colonisation française à Madagascar. D'après des documents inédits tirés des archives coloniales du Ministère de la marine et des colonies, etc

Front Cover
C. Bayle, 1888 - France - 303 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 39 - Après un calcul aussi exact qu'il peut l'être dans ces sortes de choses, j'ai trouvé qu'il ya à peine sur la Terre la dixième partie des hommes qui y étaient dans les anciens temps. Ce qu'il ya d'étonnant, c'est qu'elle se dépeuple tous les jours, et, si cela continue, dans dix siècles, elle ne sera qu'un désert.
Page 212 - ... ne connaissant que l'art grossier de fabriquer leurs armes et quelques ustensiles de ménage , de construire ou de se creuser des logements , mais ayant déjà une langue pour se communiquer leurs besoins , et un petit nombre d'idées morales, dont ils déduisent des règles communes de conduite, vivant en familles, se conformant à des usages généraux qui leur tiennent lieu de lois , et ayant même une forme grossière de gouvernement. On sent que l'incertitude et la difficulté de pourvoir...
Page xli - La ville avait des mosquées et un certain nombre de maisons en pierre. Son port et sa marine en faisaient l'entrepôt des produits de l'Afrique, de l'Arabie et de l'Inde; elle était le centre de toutes les transactions entre ces pays et Madagascar. Alors l'immense baie qu'elle commande était fréquentée par des navires de diverses nations, que la traite du riz, des bœufs, de la cire...
Page xxii - Quant au temple de Tanit, je suis sûr de l'avoir reconstruit tel qu'il était, avec le traité de la Déesse de Syrie, avec les médailles du duc de Luynes, avec ce qu'on sait du temple de Jérusalem, avec un passage de saint Jérôme, cité par Selden (de...
Page 103 - Une leur soit pas permis d'en disposer ». Il est plusieurs fois question, dans ce journal, du sieur Véron que M. deLahaye avait amené de Madagascar et établi comme garde-magasin à Bourbon. Cette fonction, créée dans l'île par l'amiral pour sauvegarder à la fois les intérêts de la Compagnie et ceux des habitants, devint d'une certaine importance à cause de sa double utilité. Le garde-magasin tenait place immédiatement après le gouverneur. La nature de sa responsabilité même l'obligeait...
Page 59 - L'air y est très sain et, quoiqu'il y devrait être très chaud, il y est tempéré par des vents frais qui viennent le jour, de la mer, et la nuit, de la montagne. Ce serait avec juste raison que l'on pourrait appeler cette...
Page 212 - ... succéder la nourriture fournie par des animaux que l'homme a réduits à l'état de domesticité , qu'il sait conserver et multiplier. A ces moyens se joint ensuite une agriculture grossière ; il ne se contente plus des fruits ou des plantes qu'il rencontre ; il apprend à en former des provisions, à les rassembler autour de lui, à les semer ou les planter, à en favoriser la reproduction par le travail de la culture.
Page 212 - ... gouvernement. On sent que l'incertitude et la difficulté de pourvoir à sa subsistance , l'alternative nécessaire d'une fatigue extrême et d'un repos absolu, ne laissent point à l'homme ce loisir, où, s'abandonnant à ses idées, il peut enrichir son intelligence de combinaisons nouvelles. Les moyens de satisfaire à ses besoins 'sont même trop...
Page 60 - DeFlncourteutdù résoudre la seconde, en trouvant moyen de transporter, dans l'île salutaire, quelques-unes de ces créatures qui auraient pu dire aux Français exilés, comme dans le cantique de Salomon : « Je suis brune, mais de bonne grâce... Ne prenez pas garde à moi de ce que je suis brune, car le soleil m'a -regardée. » II n'y songea même pas. La politique de de Flacourt devait être : faire de Bourbon, — si bien placée sur le chemin de Sainte-Marie, des...
Page 56 - ... qu'il n'a pas esté obey ny respecté, le malheur » n'estant venu que des volontaires que l'on avoit » envoyé par le passé qui avoient tout perdu .... Je » ne Voulus pas faire retenir le sieur Pronis, ny luy » rendre aucun desplaisir, l'ayant trouvé trop hon...

Bibliographic information