Études littéraires et morales sur Homère: L'Iliade. Première partie

Front Cover
L. Hachette, 1863 - 379 pages
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Contents


Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 257 - L'enfer s'émeut au bruit de Neptune en furie. Pluton sort de son trône, il pSlit, il s'écrie: II a peur que ce dieu, dans cet affreux séjour, D'un coup de son trident ne fasse entrer le jour , Et par le centre ouvert de la terre ébranlée , Ne fasse -voir du Styx la rive désolée ; Ne découvre aux vivans cet empire odieux, Abhorré des mortels, et craint même des dieux.
Page 29 - Et d'un père éperdu négligeant les avis, Vais-je y chercher la mort tant prédite à leur fils ? Jamais vaisseaux partis des rives du Scamandre Aux champs Thessaliens osèrent-ils descendre ? Et jamais, dans Larisse...
Page 367 - Antiloque, je t'avais pour me consoler; je ne t'ai plus, je n'ai plus rien, et rien ne me consolera : tout est fini pour moi. L'espérance, seul adoucissement des peines des hommes, n'est plus un bien qui me regarde.
Page 368 - L'espérance, seul adoucissement des peines des hommes , n'est plus un bien qui me regarde. Antiloque , Pisistrate , ô chers enfants , je crois que c'est aujourd'hui que je vous perds tous deux ; la mort de l'un rouvre la plaie que l'autre avoit faite au fond de mon cœur. Je ne vous verrai plus! qui fermera mes yeux? qui recueillera mes cendres ? 0 Pisistrate ! tu es mort , comme ton frère, en homme courageux ; il n'ya que moi qui ne puis mourir.
Page 246 - ... verdure, un peu rougie aux approches de l'automne, ce large terrain d'un brun vigoureux, où des pluies récentes avaient laissé, dans quelques sillons, des lignes d'eau que le soleil faisait briller comme de minces filets d'argent. La journée était claire et tiède, et la terre, fraîchement ouverte par le tranchant des charrues, exhalait une vapeur légère.
Page 249 - Cependant les chansons, les cris du vendangeur, Fixent sur le coteau les regards du chasseur. Mais le travail s'avance, et les grappes vermeilles S'élevant en...
Page 267 - En achevant ces mots épouvantables, Son ombre vers mon lit a paru se baisser ; Et moi je lui tendais les mains pour l'embrasser ; Mais je n'ai plus trouvé qu'un horrible mélange D'os et de chairs meurtris, et traînés dans la fange, Des lambeaux pleins de sang, et des membres affreux Que des chiens dévorants se disputaient entre eux.
Page 184 - De te pendentis, te respicientis amici. 105 Ad summam : sapiens uno minor est Jove, dives, Liber, honoratus, pulcher, rex denique regum, Praecipue sanus, nisi cum pituita molesta est. EPISTOLA II. TROJANI belli scriptorem, maxime Lolli, Dum tu declamas Romae, Praeneste relegi, Qui, quid sit pulchrum, quid turpe, quid utile, quid non, Planius ac melius Chrysippo et Crantore dicit.
Page 249 - Une troupe à leur voix répond des monts voisins : Plus loin le tambourin , le fifre et la trompette Font entendre des airs que le vallon répète. Cependant les chansons , les cris du vendangeur, Fixent sur le coteau les regards du chasseur. Mais le travail s'avance, et les grappes vermeilles...
Page 195 - Qu'elle-même sur soi renverse ses murailles, Et de -ses propres mains déchire ses entrailles; Que le courroux du ciel allumé par mes vœux Fasse pleuvoir sur elle un déluge de feux!

Bibliographic information