Relations politiques et commerciales de l'Empire romain avec l'Asie orientale l'Hyrcanie, l'Indie, la Bactriane et la Chine pendant les cinq premiers siècles de l'ère chrétienne, d'après les témoignages latins, grecs, arabes, persans, indiens et chinois ...

Front Cover
Imprimerie impériale, 1863 - History, Ancient - 339 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Contents

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 147 - Caesar et omnis luli progenies magnum caeli ventura sub axem. 790 hic vir, hic est, tibi quem promitti saepius audis, Augustus Caesar, divi genus, aurea condet saecula qui rursus Latio regnata per arva Saturno quondam, super et Garamantas et Indos proferet imperium ; iacet extra sidera tellus, extra anni solisque vias, ubi caelifer Atlas axem umero torquet stellis ardentibus aptum.
Page 49 - ... Je reviendrai dans le paragraphe suivant sur les idées géographiques de Ptolémée et de l'auteur du Périple de la mer Erythrée. Pour le moment je me bornerai à une observation relative à la véritable patrie de la soie, alors le principal article d'exportation de la Chine. Sauf la latitude, le ver à soie et le mûrier ont existé de tout temps et dans tous les pays. Ce qui était particulier à la Chine, c'étaient l'art d'élever le ver à soie et celui de dévider le fil qui entoure...
Page 19 - Indépendamment des personnes qui chaque année se rendaient par terre dans les régions orientales, il partait d'Egypte, par la mousson, environ deux mille personnes, qui visitaient les côtes de la mer Rouge, du golfe Persique et de la presqu'île de l'Inde. Six mois après, il arrivait, avec la mousson contraire, le même nombre de personnes en Egypte. Naturellement ce qui s'était passé d'important d'un côté était transmis de l'autre, et l'Orient et l'Occident se trouvaient en communication...
Page 147 - Alcides tantum telluris obivit, fixerit aeripedem cervam licet, aut Erymanthi pacarit nemora, et Lernam tremefecerit arcu ; nee qui pampineis victor iuga flectit habenis Liber, agens celso Nysae de vertice tigris. 805 et dubitamus adhuc virtutem extendere factis, aut metus Ausonia prohibet consistere terra...
Page 96 - Elle peint l'Euphrate, qui coule plus mollement (depuis qu'il est soumis aux lois romaines), et nos aigles conduites à la victoire par Ventidius, qui venge enfin, sous les auspices de César Auguste, les mânes de Crassus et nos étendards captifs. Parthe superbe, qu'enorgueillissaient nos désastres, là aussi tu parais abattu sous une main romaine. Au premier rang je figure en vainqueur. Je n'attendais pas moins d'un amour si fidèle et si tendre. Elle s'y est aussi représentée, pâle, défaite,...
Page 14 - Jamais sujet plus nouveau et plus important ne fut abordé par l'érudition moderne. Un empire dont i Lu à l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. — NB L'auteur renvoie quelquefois à son mémoire sur le royaume de la Mésène et de la Kharacène et sur le Périple de la mer Erythrée...
Page 147 - Progenies, magnum cœli ventura sub axem. Hic vir, hic est, tibi quem promitti saepius audis, Augustus Caesar, divi genus; aurea condet Saecula qui rursus Latio, regnata per arva Saturno quondam ; super et Garamantas et Indos Proferet imperium : jacet extra sidera tellus, Extra anni solisque vias , ubi cœlifer Atlas Axem humero torquet stellis ardentibus aptum.
Page 212 - ... d'un système qui ne tarda pas à exercer une grande influence en géographie. Ptolémée a décrit la presqu'île de Malaka ; mais Ptolémée était imbu d'une opinion émise près de trois cents ans auparavant par Hipparque , opinion d'après laquelle l'Afrique, à partir de la côte duZanguebar, au lieu de tourner au sud -ouest, tournait à l'est et allait rejoindre le territoire asiatique, de manière à ne faire qu'un grand lac de la mer Erythrée. Ptolémée, arrivé au golfe de Siam, au...
Page 93 - Je t'en conjure, n'attache pas tant de gloire à monter l'un des premiers sur les remparts de Bactra , et à enlever à l'un de ses chefs parfumés sa robe de lin , alors que des frondes tournoyantes pleut une grêle de plomb, ou que vibre l'arc perfide des cavaliers à la fuite simulée. Dès que les guerriers...
Page 207 - ... pas attention à lui et on ne prend pas la pièce, à moins qu'elle n'ait été convertie en billet. Toutes les monnaies d'or et d'argent qui arrivent dans le pays sont fondues en lingots. L'habitude de ce peuple est que tout négociant fonde en lingots l'or et l'argent qu'il possède, chacun de ces lingots pesant un quintal plus ou moins, et qu'il les place au-dessus de la porte de sa maison. Celui qui a cinq lingots met à son doigt une bague , celui qui en a dix met deux bagues, et ainsi de...

Bibliographic information