Page images
PDF
EPUB

mier exploit de cette héroïne. Un fantassin ligurien lui reproche de combattre à cheval, tandis qu'il combat à pied; son orgueil blessé la détermine à descendre de son coursier: le rusé Ligurien le monte et s'enfuit; Camille court après lui, l'atteint, et l'immole. En un mot, tout en elle intéresse : sa naissance, son éducation, sa vie, et sa mort. Mais c'est dans l'original qu'il faut apprendre à sentir tout ce qu'a de touchant cette dernière partie de son histoire.

On sait quel rôle brillant jouent les femmes dans le poëme du Tasse. Le courage belliqueux des Amazones étoit connu de toute l'antiquité; il paroît étonnant qu'Homère n'en ait fait aucun usage. Ses héros sont de véritables chevaliers ; il auroit pu y joindre quelques héroïnes. La timidité et la foiblesse naturelle de ce sexe font ressortir encore mieux le courage de celles qui, franchissant le cercle étroit de leurs goûts frivoles et de leurs occupations paisibles et sé dentaires, se montrent dans le champ des combats. Ces êtres intéressants, en partageant les travaux des guerriers, redoublent les jouissances du lecteur, et fournissent une multitude de ressources aux poëtes, par

les attachements et les passions qu'elles peuvent inspirer. Telles sont, dans la Jérusalem délivrée, Armide,

[ocr errors]

Herminie, et Clorinde, dont le poëte a tiré un
si grand parti. Aussi Voltaire a-t-il dit, après
avoir parlé d'Homère:

De faux brillants, trop de magie,
Mettent le Tasse un cran plus bas;
Mais

que ne pardonne-t-on pas
Pour Armide et pour Herminie?

Stances sur les poëtes épiques, stroph. 3.

[ocr errors]

a

Boileau a paru penser de même, lorsqu'il dit, en parlant du Tasse:

Je ne veux point ici lui faire son procès :
Mais, quoi que notre siècle à sa gloire publie,
Il n'eût point de son livre illustré l'Italie
Si son sage héros, toujours en oraison,
N'eût fait que mettre enfin Satan à la raison, etc.

Art poét. , ch. in.

Virgile ne pouvoit guère tirer le même parti de Camille; il se trouvoit placé, dans les six derniers livres, entre le souvenir de Didon, pour laquelle il avoit épuisé la peinture de tout ce que l'amour a de plus passionné, et la jeune et modeste Lavinie, qu'il nous présente comme une fleur virginale qu'il ne falloit pas permettre au souffle d'un amour profane de flétrir et de décolorer d'avance. Mais l'on voit, par ce que nous en avons déja dit, que si Camille n'est point entrée dans l'action comme amante,

elle y figure avec un grand intérêt comme guer

rière. Le caractère altier de la reine des Volsques, et la ruse du fantassin ligurien, suffiroient peut-être seuls pour prouver l'injustice de ceux qui prétendent que, dans la peinture des personnages et des combats, Virgile est inférieur à Homère. Je ne puis m'empêcher de faire sur les combats en général, et sur ceux de Virgile en particulier, quelques réflexions qui viendront encore à l'appui de mon opinion.

Les poëtes épiques se sont toujours plu à décrire des batailles, et les amateurs de poésie à les lire: la raison en est facile à trouver. La passion la plus forte des êtres animés, c'est l'amour de la vie : tous ceux qui s'élèvent audessus de l'instinct impérieux de la crainte de la mort excitent donc naturellement notre étonnement et notre admiration. Ajoutons que, mieux le poëte a su choisir ses personnages, plus ils nous intéressent, quand il les exposé à de grands dangers; notre intérêt

augmente aussi en raison de l'égalité de force et de courage qu'il leur prête pour balancer la victoire. Ceux de Virgile sont également remarquables par cette heureuse combinaison, par la beauté de l'invention et de l'exécution, et sur-tout par le mérite de la variété: c'est principalement cette dernière qualité qui distingue la seconde partie de son poëme. La tradition ne lui fournissant pas cette foule de caractères héroïques qu'Homère a jetés dans ses batailles, il y a suppléé en faisant paroître sur la scène des personnages moins brillants peutêtre, mais tous intéressants par

les diverses circonstances de leur naissance, de leur état, de leurs moeurs, de leurs costumes, de leur vie ou de leur mort. Tantôt, c'est un enchanteur qui sait dompter la rage

des

serpents et guérir leurs blessures; les lacs, les fleuves, les montagnes de sa patrie pleurent sa mort. Tantôt, c'est un augure dont les connoissances prophétiques ne le garantissent pas du sort qui l'attend; et qui

Lit tout dans l'avenir, excepté son destin.

Tantôt, c'est un riche avare que

de ses richesses enfouies dans la terre, de ses vastes domaines, et de son magnifique palais, détermine à se jeter aux pieds du vainqueur pour lui demander la vie. On sent combien ce caractère bas et vil est propre à faire ressortir les grandes passions et les sentiments héroïques qui l'environnent. Je ne finirois pas si je rappelois ici tous les détails de ce genre, qui prouvent dans Virgile une fécondité d'imagination au moins égale à celle d'Homère, et qui présentent un si grand fonds d'observations philosophiques parées de tous les charmes de la plus riche poésie. Eh! quelle plus grande variété encore dans les différents genres d'attaque et de défense! C'est tantôt une grande bataille, tantôt une légère escarmouche, tantôt un combat singulier entre deux héros, dont chacun vaut seul une armée; tantôt une embuscade ou une reconnoissance; ailleurs, les Troyens vainqueurs sont vaincus à leur tour, et se présentent aux portes de leur ville, qui leur sont impitoyablement fermées par leurs concitoyens, que la crainte d'admettre l'ennemi a rendus barbares; c'est Turnus, qui, lui seul, pénétre dans l'enceinte de leur camp; qui, comme un lion renfermé dans la bergerie, et cherchant à s'échapper, combat seul contre tous les Troyens, s'ouvre un passage; s'élance des remparts dans le Tibre, le traverse à la nage, et rejoint enfin son armée. Aucun passage

le regret

dans l'Iliade n'est supérieur à celui-ci, soit pour la nouveauté de l'invention, soit pour la beauté de l'exécution. Turnus égale presque Achille, et Virgile est véritablement digne du surnom d'homérique, que lui donnèrent les Romains, et qu'il mérite comme rival, et non comme imitateur. On sent que je ne veux parler ici

que
de la variété et de la richesse

que Virgile a mises dans ses combats.

« PreviousContinue »