Sur les origines sémitiques et indotartares de la nation et de la langue celtiques, ou des anciens Gaulois

Front Cover
Imprimerie de mme ve Dondey-Dupré, 1840 - Celtic languages - 31 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 1 - Gaule' est divisée en trois parties, dont l'une est habitée par les Belges, l'autre par les Aquitains, la troisième par ceux que nous appelons Gaulois, et qui dans leur langue se nomment Celtes.
Page 4 - Mais je ne saurois croire que le fond en pût être totalement détruit; à moins qu'il ne restât pas un seul individu de la nation subjuguée, que la race n'en fût entièrement anéantie, qu'un peuple, enfin, n'eût pris la place d'un autre peuple. Ma raison se refuse à croire qu'une langue puisse périr seule, qu'une nation puisse adopter celle d'une autre nation, sans qu'il reste de traces de la sienne.
Page 2 - Druides n'écrivaient rien , et qu'ils ne se servaient pas de livres, il fallait, pour donner leurs leçons, qu'ils eussent une langue commune avec les Gaulois; aussi Tacite assure-t-il que les deux langues étaient peu différentes (3).
Page 10 - Armoricains, envahirent plus tard ces mêmes îles sous le nom de Bretons et repoussèrent leurs devanciers vers le nord. Forcés, après des guerres sanglantes, de se soumettre à la puissance romaine , sous laquelle ils perdirent leur nationalité, et subjugués ensuite par les Germains, les Celtes n'ont conservé leur langue et une partie de leur indépendance que dans deux rameaux peu nombreux : l'un formé des Gaëls relégués en Ecosse et en Irlande; l'autre, des Cymres ou Bretons qui habitent...
Page 10 - Gaels; tandis que los autres, divisés en Boïens, en Belges, en Armoricains, envahirent plus tard ces mêmes îles sous le nom de Bretons et repoussèrent leurs devanciers vers le nord. Forcés, après des guerres sanglantes, de se soumettre à la puissance romaine, sous laquelle ils perdirent leur nationalité, et subjugués ensuite par les Germains, les Pelles n'ont conservé leur langue et une partie de leur indépendance que dans deux rameaui peu nombreux : l'u» formó d-cs- Gaels relégués...
Page 4 - ... presque entièrement méconnaissable dans la plus » grande partie des mots qui le forment. Mais je ne saurais croire que le fond en pût » être totalement détruit, à moins qu'il ne restât pas un seul individu de la nation » subjuguée, que la race n'en fût entièrement anéantie, qu'un peuple enfin n'eût pris
Page 18 - ... à toutes les étymologies plus ou moins absurdes qui ont été émises jusqu'à ce jour, notamment en tète de toutes les histoires de France par des historiens et non des grammairiens sur le nom et l'origine de nos ancêtres primitifs.
Page 17 - Scythes, dont quelques tribus, comme je l'ai déjà démontré plus haut , se réunirent aux Kimris pour envahir la Gaule, et lesquels ont implanté dans le celtique des mots que dans quelques instants je vais faire voir comme existant encore dans le tartare-mantchou avec la même signification. Si, dis-je, appliquant au nom des Mongols ou Man-ghal l'étymologie mahâ-Ghall ou les grands Ghall , c'est-à-dire les grands Jaune» , car ces peuples (\ ) « Ajoutons ici une observation importante.
Page 18 - ... non dans le sens de jaune précisément, mais de jaune blond ; car l'on sait que les Gaulois étaient blonds et avaient les yeux bleus. C'est pourquoi donc...
Page 3 - ... appartiennent d'une manière évidente au système IndoPersan ou plutôt Indo-Européen. L'extrémité sud-ouest de l'Europe , de l'Atlantique aux Pyrénées , a été occupée dès l'antiquité par une famille de peuples entièrement étrangère à l'Inde, et qui, venue sans doute par le littoral africain, semble être originaire de l'ouest de l'Asie , de la région des langues chaldéennes.

Bibliographic information