Le Canada et l'émigration française

Front Cover
Challamel ainé, 1885 - Canada - 448 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 165 - Il est permis de faire dans les contrats de mariage, toutes sortes de conventions, même celles qui seraient nulles dans tout autre acte entrevifs ; telles sont : la renonciation à une succession non-ouverte, la donation de biens futurs, l'institution contractuelle et autres dispositions à cause de mort. Lebrun, Corn., liv. 1, c. 3, n° 4. — Renusson, Corn., part. 1, r. 4, n° 1. — Pothier, Corn., Intr., n" 1, 4 et 6 ; Ort., Intr., tit.
Page 136 - C'était un forgeron à la rude encolure, Un fort ; et rien qu'à voir sa calme et fière allure, Et son regard honnête, et son grand front serein, On sentait battre là du cœur sous cet airain. Il s'avança tout seul vers le fonctionnaire; Et d'une voix tranquille où grondait le tonnerre, Dit: — Monsieur le Consul, on nous apprend là-bas Que la France trahie a besoin de soldats. On ne sait pas chez...
Page 136 - Pnïs, de son poing bruni par le feu de la forge, Se frappant la poitrine, où son col entr'ouvert D'un scapulaire neuf montrait le cordon vert: — Oui, Monsieur le Consul, reprit-il, nous ne sommes Que cinq cents aujourd'hui ; mais, tonnerre!
Page 56 - Dans les Chambres du parlement du Canada et les Chambres de la législature de Québec, l'usage de la langue française ou de la langue anglaise, dans les débats, sera facultatif; mais dans la rédaction des...
Page 136 - Et, d'une voix tranquille où grondait lo tonnerre, Dit: — Monsieur le Consul, on nous apprend là-bas Que la France trahie a besoin de soldats. On ne sait pas chez nous ce que c'est que la guerre; Mais nous sommes d'un sang qu'on n'intimide guère, Et je me suis laissé dire que nos anciens Ont su ce que c'était que les canons prussiens.
Page 164 - Les enfants ou leurs descendants succèdent à leurs père et mère, aïeuls, aïeules, ou autres ascendants, sans distinction de sexe ni de primogéniture, et encore qu'ils soient issus de différents mariages. Ils succèdent par égales portions et par tête, quand ils sont tous au premier degré et appelés de leur chef: ils succèdent par souche, lorsqu'ils viennent tous ou en partie par représentation.
Page 285 - Nouveau-Brunswiek, les Acadiens de cette province ont toutefois la liberté de faire apprendre la langue française à leurs enfants. Mais, dans l'Ile du Prince-Edouard et dans la Nouvelle-Ecosse, il n'ya aucune loi qui leur assure la libre pratique de leur droit le plus naturel. Qu'on fasse savoir aux Acadiens quelle est leur force numérique, car la plupart d'entr'eux ignorent qu'ils sont 108,621 dans les provinces maritimes seulement. Nous avons pu constater que certaines colonies acadiennes ignoraient...
Page 283 - Nous verrous tout à l'heure pourquoi. Un journal hebdomadaire, le Moniteur Acadien, soutient vaillamment la lutte contre ses confrères de la presse anglaise, et s'occupe avec patriotisme de hâter les progrès des Acadiens. Tout cela n'est pas suffisant, et il pourrait être fait davantage pour conserver intacte la langue française. Ainsi, nous citons textuellement un bout de conversation que nous eûmes l'an dernier avec un Acadien. Il nous racontait en ces termes un accident de voiture qui lui...
Page 197 - Un poêle et son tuyau, une crémaillère et ses accessoires et une paire de chenets, un assortiment d'ustensiles de cuisine, une paire de pincettes et une pelle, une table, six chaises, six couteaux, six fourchettes, six assiettes, six tasses à thé, six soucoupes, un sucrier, un pot au lait, une théière, six cuillères, tous rouets à filer et métiers à tisser destinés aux usages domestiques...
Page 282 - ... yeux noirs ou bleus. Mais les types que l'on rencontre le plus souvent sont ceux du Gascon et du Béarnais. Les Acadiens gardent religieusement les mœurs et les coutumes de la vieille France. Les costumes sont les mêmes. que jadis ; ainsi les femmes portent la coiffe bretonne ou normande, la cote et le mantelet. *** Il n'ya que la langue qui ait souffert de l'isolement des Acadiens et de leur vie nomade. N'ayant ni prêtres, ni instituteurs, ni gens instruits parmi eux, les Acadiens restèrent...

Bibliographic information