Philosophie chrétienne et théories rationalistes dans l'étude de l'histoire: dissertation sur l'histoire moderne en France

Front Cover
Lecoffre, 1863 - 129 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 9 - Car pensent-ils avoir mieux vu les difficultés à cause qu'ils y succombent, et que les autres, qui les ont vues, les ont méprisées? Ils n'ont rien vu ; ils n'entendent rien ; ils n'ont pas même de quoi établir le néant, auquel ils espèrent après cette vie ; et ce misérable partage ne leur est pas assuré.
Page 34 - Le premier qui ayant enclos un terrain s'avisa de dire Ceci est à moi, et trouva des gens assez simples pour le croire, fut le vrai fondateur de la société civile.
Page 26 - Lorsqu'on passe de l'histoire de l'empire romain à celle des peuples qui l'ont déchiré dans l'Occident, on ressemble à un voyageur qui, au sortir d'une ville superbe, se trouve dans des déserts couverts de ronces. Vingt jargons barbares succèdent à cette belle langue latine qu'on parlait du fond de l'illyrie au mont Atlas.
Page 99 - Le nœud de notre condition prend ses replis et ses tours dans cet abîme ; de sorte que l'homme est plus inconcevable sans ce mystère que ce mystère n'est inconcevable à l'homme.
Page 111 - dans les actions des hommes, et .surtout des princes, » qui ne peuvent être scrutées devant un tribunal, ce que » l'on considère, c'est le résultat.
Page 16 - D'ailleurs , l'obscurité volontaire n'en est pas une. M. de Montesquieu ayant à présenter quelquefois des vérités importantes , dont l'énoncé absolu et direct auroit pu blesser sans fruit, a eu la prudence de les envelopper ; et , par cet innocent artifice , les a voilées à ceux à qui elles seroient nuisibles , sans qu'elles fussent perdues pour les sages.
Page 24 - On prétend que c'est vous, sire, qui avez imaginé le partage de la Pologne, et je le crois, parce qu'il ya là du génie, et que le traité s'est fait à Potsdam. Toute l'Europe prétend que le grand Grégoire est mal avec mon impératrice.
Page 51 - J'aspirais avec enthousiasme vers un avenir, je ne savais trop lequel, vers une liberté dont la formule, si je lui en donnais une, était celle-ci : Gouvernement quelconque , avec la plus grande somme possible de garanties individuelles , et le moins possible d'action administrative.
Page 32 - ... proclamer cette vérité. Le sceptre de la science n'appartient à l'Europe que parce qu'elle est chrétienne. Elle n'est parvenue à ce haut point de civilisation et de connaissances que parce qu'elle a commencé par la théologie ; parce que les universités ne furent d'abord que des écoles de théologie, et parce que toutes les sciences, greffées sur ce sujet divin , ont manifesté la sève divine par une immense végétation. L'indispensable nécessité de cette longue préparation du génie...
Page 44 - ... des ministres, qu'il s'exerce dans une cause ou dans une autre , que tout pouvoir humain, dis-je, porte en lui-même un vice naturel, un principe de faiblesse et d'abus qui doit lui faire assigner une limite. Or , il n'ya que la liberté générale de tous les droits, de tous les intérêts, de toutes les opinions, la libre manifestation de toutes ces forces, leur coexistence légale , il n'ya, dis-je, que ce système qui puisse restreindre chaque force, chaque puissance dans ses limites légitimes,...

Bibliographic information