Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]
[ocr errors]

elle les rencontre mousses, elle les aggrave et

dire veritablement; mais dire ordonneement, prusuffoque, masse crue et indigeste; si desliees, elle demment et suffisamment, peu d'hommes le peules purifie volontiers, clarifie, et subtilise iusques vent : par ainsi la faulseté qui vient d'ignorance à l'exinanition. C'est chose de qualité à peu prez ne m'offense point, c'est l'ineptie. l'ay rompu pluindifferente; tres utile accessoire à une ame bien sieurs marchez qui m'estoient utiles, par l'impernee, pernicieux à une aultre ame, et dommageable; | tinence de la contestation de ceulx avecques qui ou plustost, chose de tres pretieux usage, qui ne ie marchandoy. Ie ne m'esmeus pas une fois l'an se laisse pas posseder à vil prix : en quelque main, des faultes de ceulx sur lesquels i'ay puissance; ; c'est un sceptre; en quelque autre, une marotte. mais sur le poinct de la bestise et opiniastreté de

Mais suyvons. Quelle plus grande victoire at- leurs allegations, excuses et deffenses asnieres tendez vous, que d'apprendre à vostre ennemy et brutales, nous sommes touts les iours à nous qu'il ne vous peult combattre? Quand vous gaignez en prendre à la gorge : ils n'entendent ny ce qui l'advantage de vostre proposition, c'est la verité se dict ny pourquoy, et respondent de mesme; c'est qui gaigne; quand vous gaignez l'advantage de pour desesperer. Ie ne sens heurter rudement ma l'ordre et de la conduicte, c'est vous qui gaignez. teste que par une aultre teste, et entre plustost en Il m'est advis qu'en Platon et en Xenophon, composition avecques le vice de mes gents, qu'aSocrates dispute plus en faveur des disputants vecques leur temerité, leur importunité et leur qu'en faveur de la dispute, et pour instruire Eu- sottise : qu'ils facent moins, pourveu qu'ils soient thydemus et Protagoras de la cognoissance de leur capables de faire; vous vivez en esperance d'esimpertinence, plus que de l'impertinence de leur chauffer leur volonté : mais d'une souche, il n'y art: il empoigne la premiere matiere, comme ce- a ny qu'esperer, ny que iouyr qui vaille.

a luy qui a une fin plus utile que de l'esclaircir; à Or quoy, si ie prens les choses aultrement sçavoir , esclaircir les esprits qu'il prend à manier qu'elles ne sont ? Il peult estre; et pourtant 'i'acet exercer. L'agitation et la chasse est proprement cuse mon impatience, et tiens, premierement, de notre gibbier: nous ne sommes pas excusables de qu'elle est egualement vicieuse en celuy qui a la conduire mal et impertinemment; de faillir à la droict, comme en celuy qui a tort: car c'est tousprinse, c'est aultre chose : car nous sommes nayz iours une aigreur tyrannique, de ne pouvoir souf: à quester ' la verité; il appartient de la posseder frir une forme diverse à la sienne; et puis, qu'il à une plus grande puissance; elle n'est pas, comme n'est, à la verité, point de plus grande fadeze et disoit Democritus, cachee dans le fond des abys- plus constante, que de s'esmouvoir et picquer mes, mais plustost eslevee en haulteur infinie en des fadezes du monde, ny plus heteroclite; car la cognoissance divine”. Le monde n'est qu'une elle nous formalize principalement contre nous : eschole d'inquisition : ce n'est pas à qui mettra et ce philosophe du temps passé? n'eust iamais dedans, mais à qui fera les plus belles courses. Au- eu faulte d'occasion à ses pleurs, tant qu'il se tant peult faire le sot celuy qui dict vray, que ce- feust consideré. Myson’, l'un des sept sages, d'une luy qui dict fauls; car nous sommes sur la maniere, humeur timonienne et democritienne, interrogé non sur la matiere du dire. Mon humeur est de De quoy il rioit tout seul : « De ce mesme que regarder autant à la forme qu'à la substance, au- ie ris tout seul, » respondit il. Combien de sottises tant à l'advocat qu'à la cause, comme Alcibiades dis ie et responds ie touts les iours, selon moy ; ordonnoit qu'on feist; et touts les iours m'amuse et volontiers doncques combien plus frequentes, à lire en des aucteurs, sans soing de leur science, selon aultruy! si ie m'en mors les levres, qu'en y cherchant leur façon, non leur subiect ; tout doibvent faire les aultres? Somme, il fault vivre ainsi que ie poursuy la communication de quel entre les vivants, et laisser la riviere courre soubs que esprit fameux, non à fin qu'il m'enseigne, le pont, sans nostre soing, ou à tout le moins , mais à fin que je le cognoisse, et que le cognois sans nostre alteration. De vray, pourquoy , sans sant, s'il le vault, ie l'imite . Tout homme peult nous esmouvoir, rencontrons nous quelqu'un qui

ayt le corps tortu et mal basty; et ne pouvons I Quester, dit Nicor, c'est chercher avec soin et dili

souffrir le rencontre d'un esprit mal rengé, sans 2 Montaigne traduit LACTANCE, sans le nommer : Democritus quasi in puteo quodam... veritatem jacere demersam : nimirum stulte, ut cetera. Non enim tanquam in puteo de

l'imite, manquent dans l'exemplaire dont on s'est servi pour mersa est veritas... Sed tanquam in summo montis excclsi verlice, vel potius in cælo, quod esi verissimum. Divin. ins- 1 Et c'est pourquoi. tit. III, 28. J. V. L.

2 Héraclite. Voy. JUVÉNAL, X, 32. J. V. L. 3 Ces derniers mots , et que le cognoissant s'il le vault, ie 3 Diog. LAERCE, I, 108. C.

gence. C.

l'édition de 1502. J. V. L.

ນ.

nous mettre en cholere? cette vicieuse aspreté vray et utile. Si nous avions bon nez , nostre ortient plus au iuge qu'à la faulte. Ayons tousiours dure nous debvroit plus puïr, d'autant qu'elle est en la bouche ce mot de Platon : « Ce que ie treuve nostre : et Socrates est d'advis' que qui se troumal sain, n'est ce pas pour estre moy mesme mal veroit coulpable, et son fils, et un estrangier, sain ? ne suis ie pas moy mesme en coulpe? mon de quelque violence et iniure, debvroit commenadvertissement se peult il pas renverser contre cer par soy à se presenter à la condemnation de moy? » Sage et divin refrain, qui fouette la plus la iustice, et implorer, pour se purger, le secours universelle et commune erreur des hommes. Non de la main du bourreau; secondement pour son seulement les reproches que nous faisons les uns fils, et dernierement pour l'estrangier : si ce preaux aultres, mais nos raisons aussi et nos argu- cepte prend le ton un peu trop hault, au moins ? ments et matieres controverses', sont ordinaire- se doibt il presenter le premier à la punition de

sa

nos armes : dequoy l'ancienneté m'a laissé as- ** Les sens sont nos propres et premiers iuges,

[ocr errors]
[ocr errors]

sez de graves exemples. Ce feut ingenieusement qui n'apperceoivent les choses que par les accidict et bien à propos, par celuy qui l'inventa : dents externes : et n'est pas merveille, si en touStercus cuique suum bene olet?.

tes les pieces du service de nostre societé, il y Nos yeulx ne veoyent rien en derriere : cent fois a un si perpetuel et universel meslange de cerile iour, nous nous mocquons de nous sur le sub- monies et apparences superficielles; si que la meiliect de nostre voysin, et detestons en d'aultres leure et plus effectuelle part des polices consiste les defaults qui sont en nous plus clairement, et

en cela. C'est tousiours à l'homme que nous avons les admirons, d'une merveilleuse impudence et affaire, duquel la condition est merveilleusement inadvertance. Encores hier ie feus à mesme de corporelle. Que ceulx qui nous ont voulu bastir, veoir un homme d'entendement et gentil person- ces annees passees, un exercice de religion si connage, se mocquant, aussi plaisamment que ius-templatif et immateriel, ne s'estonnent point s'il tement, de l'inepte façon d'un aultre qui rompt s'en treuve qui pensent qu'elle feust eschappee et la teste à tout le monde du registre de ses genea

fondue entre leurs doigts, si elle ne tenoit parmy logies et alliances, plus de moitié faulses ( ceulx nous comme marque, tiltre et instrument de dilà se iectent plus volontiers sur tels sots propos,

vision et de part, plus que par soy mesme. Comme qui ont leurs qualitez plus doubteuses et moins en la conference, la gravité, la robbe et la forseures ); et luy, s'il eust reculé sur soy, se feust tune de celuy qui parle, donnent souvent credit trouvé non gueres moins intemperant et en

à des propos vains et ineptes : il n'est pas à prenuyeux à semer et faire valoir la prerogative de

sumer qu'un monsieur si suyvy, si redoubté, la race de sa femme. Oh!importune presumption, n'aye au dedans quelque suffisance aultre que de laquelle la femme se veoid armee par les mains populaire; et qu'un homme à qui on donne tant de son mary mesme? S'il entendoit du latin, il de commissions et de charges, si desdaigneux et luy fauldroit dire :

si morguant, ne soit plus habile que cet aultre Agesis ! hæc non insanit satis sua sponte; instiga 3.

qui le salue de si loing, et que personne n'em

ploye. Non seulement les mots, mais aussi les Ie n’entens pas que nul n'accuse , qui ne soit net grimaces de ces gents là, se considerent et met(car nul n'accuseroit), voire ny net en mesme sorte de tache : mais i'entens que nostre iuge

tent en compte; chascun s'appliquant à y donment, chargeant sur un aultre, duquel pour lors

ner quelque belle et solide interpretation. S'ils

se rabbaissent à la conference commune, et qu'on il est question, ne nous espargne pas d'une interne et severe iurisdiction. C'est office de cha

leur presente aultre chose qu'approbation et rerité, que qui ne peult oster un viceen soy, cherche

verence, ils vous assomment de l'auctorité de leur

, ce neantmoins à l'oster en aultruy, où il peult experience ; ils ont ouy, ils ont veu, ils ont faict : avoir moins maligne et revesche semence : ny ne

vous estes accablé d'exemples. Ie leur diroy vo

lontiers que le fruict de l'experience d'un chirurme semble response à propos, à celuy qui m'ad- gien n'est pas l'histoire de ses practiques, et se

à vertit de ma faulte, dire qu'elle est aussi en luy: souvenir qu'il a guary quatre empestez et trois Quoy pour cela ? tousiours l'advertissement est

[ocr errors]
[ocr errors]

છે

goutteux, s'il ne sçait de cet usage tirer dequoy ! Matières contrmersées, ou de controverse. C. 2 Chacun aime l'odeur de son fumier. Proverbe latin.

C'est Platon qui lui fait dire cela dans le Gorgias, p. 481, 3 Courage! elle n'est pas assez folle d'elle-même : irrite en- édition d'Henri Estienne. C. core sa folie. TÉRENCE, Andr. act. IV. sc. 2, v. 9.

1 Au moins qui se trouve coupable, doit-il se présenter. C.

>

[ocr errors]
[ocr errors]

former son iugement, et ne nous sçait faire sentir | philosophie, en la maniant; elle paroist et inuqu'il en soit devenu plus sage à l'usage de son tile et vicieuse, quand elle est mal estuyee'. art : comme en un concert d'instruments, on n'oit | Voylà comment ils se gastent et affolent ?. pas un luth, une espinette, et la fleute; on oit

Humani qualis simulator simius oris, une harmonie en globe, l'assemblage et le fruict Quem puer arridens pretioso stamine serum de tout cet amas. Si les voyages et les charges les

Velavit, nudasque nates ac terga reliquit,

Ludibrium mensis 3. ont amendez, c'est à la production de leur entendement de le faire paroistre. Ce n'est pas assez

A ceulx pareillement qui nous regissent et comde compter les experiences, il les fault poiser et mandent, qui tiennent le monde en leur main, assortir; et les fault avoir digerees et alambiquees, ce n'est pas assez d'avoir un entendement compour en tirer les raisons et conclusions qu'elles mun, de pouvoir ce que nous pouvons; ils sont portent. Il ne feut iamais tant d'historiens; bon bien loing au dessoubs de nous, s'ils ne sont bien est il tousiours et utile de les ouyr, car ils nous loing au dessus : comme ils promettent plus, fournissent tout plein de belles instructions et ils doibvent aussi plus. louables, du magasin de leur memoire; grande Et pourtant 4 leur est le silence, non seulement partie certes, au secours de la vie : mais nous contenance de respect et gravité, mais encores ne cherchons pas cela pour cette heure, nous souvent de proufit et de mesnage : car Megabysus cherchons si ces recitateurs et recueilleurs sont estant allé veoir Appelles en son ouvrouer louables eulx mesmes.

feut long temps sans mot dire; et puis comIe hay toute sorte de tyrannie , et la parliere,

mencea à discourir de ses ouvrages : dont il et l'effectuelle : ie me bande volontiers contre ces

receut cette rude reprimande : « Tandis que tu vaines circonstances qui pipent nostre iugement

as gardé silence, tu semblois quelque grande par les sens; et me tenant au guet de ces gran

chose, à cause de tes chaisnes et de ta pompe;. deurs extraordinaires, ay trouvé que ce sont,

mais maintenant qu'on t'a ouy parler, il n'est pour le plus, des hommes comme les aultres : pas iusques aux garsons de ma boutique qui ne

te mesprisent 6. » Ces magnifiques atours, ce Rarus enim ferme sensus communis in illa

grand estat, ne luy permettoient point d'estre Fortuna'. A l'adventure les estime lon et apperceoit moin- ler impertinemment de la peincture : il debvoit

ignorant d'une ignorance populaire, et de para dres qu'ils ne sont, d'autant qu'ils entrepren- maintenir, muet, cette externe et presumptifve nent plus, et se monstrent plus : ils ne respondent suffisance. A combien de sottes ames, en mon point au fais qu'ils ont prins. Il fault qu'il y ait temps, a servy une mine froide et taciturne, de

у plus de vigueur et de pouvoir au porteur qu'en tiltre de prudence et de capacité! la charge : celuy qui n'a pas remply sa force,

Les dignitez, les charges, se donnent necesil vous laisse deviner s'il a encores de la force au sairement plus par fortune que par merite, et a delà, et s'il a esté essayé iusques à son dernier lon tort souvent de s'en prendre aux roys : au poinct; celuy qui succombe à sa charge, il des rebours, c'est merveille qu'ils y ayent tant d'heur, couvre sa mesure et la foiblesse de ses espaules :

y ayants si peu d'adresse : c'est pourquoy on veoid tant d'ineptes ames

Principis est virtus maxima, nosse suos 7:: entre les sçavantes, et plus que d'aultres; il s'en feust faict des bons hommes de mesnage,

car la nature ne leur a pas donné la veue qui se bons marchands, bons artisans; leur vigueur édit. d'Henri Estienne; édit. de M. Ast. VI, 9, pag. 179, etc. naturelle estoit taillee à cette proportion. C'est chose de grand poids que la science, ils fondent

1 En mauvais étui. E, J.

2 Se nuisent à eur-memes. Affoler, lædere, debilitare, dessoubs : pour estaler et distribuer cette riche

NICOT et puissante matiere, pour l'employer et s'en 3 Tel ce singe, imitateur de l'homme, qu'un enfant couvre, ayder, leur engein n’a ny assez de vigueur ny

en riant, d'un précieux tissu de soie; mais il lui laisse le der

rière nu, et l'expose ainsi à la risée des convives. CLAUDIEN, assez de maniement; elle ne peult qu'en une forte Eutrop. I, 303. nature; or elles sont bien rares : et les foibles,

4 C'est ce qui fait que pour eux le silence est non-scule

ment, etc. dict Socrates”, corrompent la dignité de la 5 Ouvroir ou atelier.

6 PLUTARQUE, Des moyens de discerner le Matteur d'avec

l'ami, c. 14. ELIEN, Hist. div. II, 2, raconte ce trait comme 1 Le sens commun est assez rare dans cette haute fortune. étant de Zeuxis. J. V. L. JUVENAL, VIN, 73.

7 Le premier mérite d'un prince est de bien connaitre ceux > Dans la République de Platon, liv. VI, p. 195, tom. II , qu'll doit s'attacher. MARTIAL, VIII, 15.

[ocr errors]
[ocr errors]

1

J. V.L.

[ocr errors]
[ocr errors]

»

(

ע

puisse estendre à tant de peuples, pour en dis- | qui l'avoient mené à fin, leurs motifs et leur cerner la precellence, et percer nos polctrines adresse; ie n'y ay trouvé que des advis vulgaires : où loge la cognoissance de nostre volonté et de et les plus vulgaires et usitezsont aussi peult estre nostre meilleure valeur : il fault qu'ils nous trient les plus seurs et plus commodes à la practique, par coniecture et à tastons; par la race, les ri- sinon à la monstre. Quoy, si les plus plattes ehesses, la doctrine, la voix du peuple ; tres foibles raisons sont les mieulx assises ; les plus basses arguments. Qui pourroit trouver moyen qu'on et lasches, et les plus battues, se couchent mieulx en peust iuger par justice, et choisir les hommes aux affaires ? Pour conserver l'auctorité du conpar rasson, establiroit, de ce seul traict, une par-seil des roys, il n'est pas besoing que les personnes faicte forme de police.

profanes y participent, et y veoyent plus avant Quy mais, il a mené à poinct ce grand af- que de la premiere barriere : il se doibt reverer faire. » C'est dire quelque chose; mais ce n'est à credit et en bloc, qui en veult nourrir la repas assez dire : car cette sentence est iustement putation. Ma consultation esbauche un peu la ma receue, « Qu'il ne fault pas iuger les conseils par tiere, et la considere legierement par ses premiers les evenements '. » Les Carthaginois punissoient visages : le fort et principal de la besongne, les mauvais advis de leurs capitaines, encores i'ay accoustumé de le resigner au ciel; qu'ils feussent corrigez par une heureuse issue ::

Permitte divis cetera'. et le peuple romain a souvent refusé le triumphe

L'heur et le malheur sont, à mon gré, deux à des grandes et tres utiles victoires, parce que souveraines puissances : c'est imprudence d'estila conduicte du chef ne respondoit point à son

mer que l'humaine prudence puisse remplir le bonheur. On s'apperceoit ordinairement, aux

roolle de la fortune; et vaine est l'entreprinse de actions du monde, que la fortune, pour nous apprendre combien elle peult en toutes choses , sequences, et mener par la main le progrez de

celuy qui presume d'embrasser et causes et conet qui prend plaisir à rabbattre nostre presumption, n'ayant peu faire les mal habiles, sages, rieres. Il ne feut iamais plus de circonspection

son faict; vaine sur tout aux deliberations guerelle les faict heureux, à l'envy de la vertu; et

et prudence militaire, qu'il s'en veoid par fois se mesle volontiers à favoriser les executions où

entre nous : seroit ce qu'on craind de se perdre la trame est plus purement sienne : d'où il se

en chemin, se reservant à la catastrophe de ce veoid touts les iours que les plus simples d'entre

ieu ? le dis plus, que nostre sagesse mesme et conpous mettent à fin de tres grandes besongnes et

sultation suit, pour la pluspart, la conduicte du publicques et privees; et comme Siramnez le

hazard ; ma volonté et mon discours se remue Persien respondit à ceulx qui s'estonnoient 3

tantost d'un air, tantost d'un aultre; et y a plucomment ses affaires succedoient si mal, veu

sieurs de ces mouvements qui se gouvernent sans que ses propos estoient si sages, « Qu'il estoit seul maistre de ses propos, mais du succez de ses af

moy : ma raison a des impulsions et agitations

iournalieres et casuelles : faires c'estoit la fortune, » ceulx cy peuvent respondre de mesme, mais d'un contraire biais. La Vertuntur species animorum, et pectora motus

Nunc alios, alios dum nubila ventus agebat, pluspart des choses du monde se font par elles

Concipiunt mesmes ;

Qu'on regarde qui sont les plus puissants aux Fata viam inveniunt 5;

villes, et qui font mieulx leurs besongnes; on l'issue auctorise souvent une tres inepte conduicte: trouvera ordinairement que ce sont les moins nostre entremise n'est quasi qu'une routine, et habiles : il est advenu aux femmelettes, aux enplus communement consideration d'usage et

fants, et aux insensez , de commander des grands d'exemple, que de raison. Estonné de la gran estats, à l'egual des plus suffisants princes; tt

, ; deur de l'affaire, i'ay aultrefois sceu, par ceulx y rencontrent (dict Thucydides ») plus ordinaiCareat successibus opto,

rement les grossiers que les subtils : nous attriQuiquis ab eventu facta notanda putat.

buons les effects de leur bonne fortune à leur priOFIDE, Heroïd. II, 85: 2 TITE-LIVE, XXXVIII, 48. C.

dence; 3 Dans PLUTARQUE, au prologue des Apophthegmes des ançiens rois, princes et capituines. Les anciennes éditions de Abandonnez le reste aux dieux. HORACE, Od. I, 9, $ Montaigne portent, Sirannez; c'est une faute. J. V. L.

? La disposition de l'âme varie sans cesse : maintenant une 4 Il mondo si governa da se stesso, disait un pape, Ur- passion l'agite; que le vent change, une autre l'entraintra bain VIII, si je ne me trompe. C.

Virg. Géorg. I, 420.
Les destins s'ouvrent la route. Virg. Énéide, IU , 395. 3 III, 37, harangue de Cléon. C.

5

[ocr errors]
[ocr errors]

7

Ut quisque fortuna utitur,

Mexico, depuis que les cerimonies de son sacre Ita præcellet; atque exinde sapere illum omnes dicimus':

sont parachevees, n'osent plus le regarder au parquoy ie dis bien, en toutes façons, que les eve- visage; ains, comme s'ils l'avoient deïfié par sa nements sont maigres tesmoings de nostre prix royauté, entre les serments qu'ils luy font iurer et capacité.

de maintenir leur religion, leurs loix, leurs liberOr i'estoy sur ce poinct, qu'il ne fault que veoir tez, d'estre vaillant, iuste, et debonnaire, il iure un homme eslevé en dignité: quand nous l'au- aussi de faire marcher le soleil en sa lumiere acrions cogneu, trois iours devant, homme de peu, coustumee, esgoutter les nuees en temps opporil coule insensiblement en nos opinions, une image tun, courir aux rivieres leurs cours, et faire porter de grandeur de suffisance3; et nous persuadons à la terre toutes choses necessaires à son peuple', que croissant de train et de credit, il est creu Ie suis divers à cette façon commune; et me de merite : nous iugeons de luy, non selon sa va- desfie plus de la suffisance quand ie la veoy acleur, mais à la mode des iectons, selon la prero- compaignee de grandeur de fortune et de recomgative de son reng. Que la chance tourne aussi, mendation populaire : il nous fault prendre garde qu'il retumbe et se mesle à la presse, chascun s'en combien c'est de parler à son heure, de choisir quiert avecques admiration de la cause qui l'avoit son poinct, de rompre le propos, ou le changer, guindési hault : « Est ce luy? faicton;N'y sçavoit il d'une auctorité magistrale, de se deffendre des aultre chose quand il y estoit? Les princes se con oppositions d'aultruy par un mouvement de teste, tentent ils de si peu ? Nous estions vrayement en un soubris, ou un silence, devant une assistance bonnes mains ! » C'est chose que i'ay veu souvent qui tremble de reverence et de respect. Un homme de mon temps : voire, et le masque des grandeurs de monstrueuse fortune, venant mesler son advis qu'on represente aux comedies nous touche aul- à certain legier propos qui se demenoit tout lascunement et nous pipe. Ce que i'adore moy mesme chement en sa table, commencea iustement ainsi : aux roys, c'est la foule de leurs adorateurs : toute

« Ce ne peult estre qu’un menteur ou ignorant qui inclination et soubmission leur est deue, sauf celle dira aultrement que, etc. » Suyvez cette poincte de l'entendement; ma raison n'est pas duicte à se philosophique, un poignard à la main. courber et fleschir, ce sont mes genoux. Melan- Voycy un aultre advertissement duquel ie tire thius, interrogé ce qu'il luy sembloit de la tra- grand usage : c'est qu'aux disputes et conferengedie de Dionysius : « le ne l'ay, dit il“, point ces, touts les mots qui nous semblent bons ne doib veue, tant elle est offusquee de langage : » aussi | vent pas incontinent estre acceptez. La pluspart la pluspart de ceulx qui iugent les discours des des hommes sont riches d'une suffisance estrangrands, debvroient dire : « le n'ay point entendu giere; il peult bien advenir à tel de dire un beau son propos, tant il estoit offusqué de gravité, de traict, une bonne response et sentence, et la metgrandeur et de maiesté. Antisthenes" suadoit tre en avant, sans en cognoistre la force. Qu'on un iour aux Atheniens qu'ils commandassent que ne tient pas tout ce qu'on emprunte, à l'adventure leurs asnes feussent aussi bien employez au la- se pourra il verifier par moy mesme. Il n'y fault bourage des terres, comme estoient les chevaulx ; point tousiours ceder”, quelque verité ou beaulté sur quoy il luy feut respondu que cet animal n'es qu'elle ayt: ou il la fault combattre à escient, ou toit pas nay à un tel service : « C'est tout un, à

se tirer arriere, soubs couleur de ne l'entendre pas, pliqua il; il n'y va que de vostre ordonnance; car pour taster de toutes parts comment elle est logee les plus ignorants et incapables hommes que vous en son aucteur. Il peult advenir que nous nous employez aux commandements de vos guerres, ne enferrons, et aydons au coup, oultre sa portee. laissent pas d'en devenir incontinent tres dignes, l'ay aultrefois employé, à la necessité et presse du parce que vous les y employez : » à quoy touche combat, des revirades qui ont faict faulsee oultre l'usage de tant de peuples qui canonizent le roy

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

re

[ocr errors]

" Montaigne a tiré ce fait de Lopez de Gomara, dans son His qu'ils ont faict d'entre eulx, et ne se contentent toria general de las Indias (voyez les Observationes mispoint de l'honnorer, s'ils ne l'adorent. Ceulx de cella de Matthias Bernegger, imprimées à Strasbourg en 1669,

Observat. 35). Le passage se trouve au liv. II, chap. 77, de la

traduction française de Gomara, imprimée à Paris en 1587. Un homme ne s'élève qu'à la faveur de la fortune, et dès lors tout le monde vante son habileté. PLAUTE, Pscudol. II, 2 Dans l'édition de 1588, fol. 412, la phrase que l'on va lire 3, 13.

suivait immédiatement celle qui, trois lignes plus haut, finit | Edit. de 1588, fol. 411 verso, « sont debiles tesmoings. » par sans en cognoistre la force. Le sens n'était point inter3 De grande suffisance , de grande habileté. C.

rompu. A. D. 4 PLUTARQUE, Comment il fault ouyr, c. 7. C.

3 Des répliques, des ripostes qui ont porté coup au delà 5 DIOG. LAERCE, VI, 8. C.

de mon intention et de mon espérance. Revirade est un

A. D.

« PreviousContinue »