Page images
PDF
EPUB

prince. Mais de cette gloire il résulte un esprit de liberté qui, dans ces états, peut faire d'aussi grandes choses, et peut-être contribuer autant au bonheur que la liberté même.

. Les trois pouvoirs n'y sont point distribués et fondus sur le modele de la constitution dont nous avons parlé; ils ont chacun une distribution particuliere selon laquelle ils approchent plus ou moins de la liberté politique ; et, s'ils n'en approchoient pas, la monarchie dégénéreroit en despotisme.

CHAPITRE VIII.

Pourquoi les anciens n'avoient pas une idée bien claire de la monarchie.

LEs anciens ne connoissoient point le gouvernement fondé sur un corps de noblesse, et encore moins le gouvernement fondé sur un corps législatif formé par les représentants d'une nation. Les républiques de Grece et d'Italie étoient des villes qui avoient chacune leur gouvernement, et qni assemb'oient leurs citoyens dans leurs murailles. Avant que les Romains eussent englouti toutes les républiques, il n'y avoit presque point de rois nulle part, en Italie, Gaule, Espagne, Allemagne; tout cela étoit de petits peuples ou de petites républiques; l'Afrique même étoit soumise à une grande; l'Asie mineure étoit occupée par les colonies grecques. Il n'y avoit donc point d'exemple de députés de villes ni d'assemblée» d'états. Ilfalloit aller jusqu'en Perse pour trouver le gouvernement d'un seul.

Il est vrai qu'il y avoit des républiques fédératives; plusieurs villes envoyoient des députés à une assemblée: mais je dis qu'il n'y avoit point de monarchie sur ce modele-là.

Voici comment se forma le premier plan des monarchies que nous connoissons. Les nations germaniques qui conquirent l'empire romain étoient, comme l'on sait, très libres. On n'a qu'à voir là-dessus Tacite sur les Mœurs des Germains. Les conquérants se répandirent dans le pays: ils habitoient les campagnes, et peu les villes. Quand ils étoient en Germanie, toute la nation pouvoit s'assembler; lorsqu'ils furent dispersés dans la conquête, ils ne le purent plus. Il falloit pourtant que la nation délibérât sur ses affaires, comme elle avoit fait avant la conquête : elle le fit par des représentants. Voilà l'origine du gouvernement gothique parmi nous. Il fut d'abord mêlé de l'aristocratie et de la monarchie. Il avoit cet inconvénient, que le bas peuple y étoit esclave. C'étoit un bon gouvernement, qui avoit en soi la capacité de devenir meilleur. La coutume vint d'accorder des lettres d'affranchissement; et bientôt la liberté civile du peuple, les prérogatives de la noblesse et du clergé, la puissance des rois, se trouverent dans un tel concert, que je ne crois pas qu'il y ait eu sur la terre de gouvernement si bien tempéré que le fut celui de chaque partie de l'Europe dans le

temps qu'il y subsista; et il est admirable que la corruption du gouvernement d'un peuple conquérant ait formé la meilleure espece de gouvernement que les hommes aient pu imaginer.

CHAPITRE IX.
Maniere de penser d'Aristote.

L'embarras d'Aristote paroit visiblement quand il traite de la monarchie (i). Il en établit cinq especes. Il ne les distingue pas par la forme dela constitution, mais par des choses d'accident, comme les vertus ou les vices du prince; ou par des choses étrangeres, comme l'usurpation de la tyrannie, ou la succession à la tyrannie.

Aristote met au rang des monarchies et l'empire des Perses et le royaume de Lacédéinone: mais qui ne voit que l'un étoit un état despotique , et l'autre une république?

Les anciens, qui ne connoissoient pas la distribution des trois pouvoirs dans le gouvernement d'un seul, ne pouvoient se faire une idée juste de la monarchie.

CHAPITRE X.

Maniere de penser des antres politiques. Pour tempérer le gouvernement d'un seul, (i) Polit, liv, III, chap. XIV.

Arribas ( i ), roi d'Epire, n'imagina qu'une république. Les Molosses, ne sachant comment borner le même pouvoir, firent deux rois (2) : par-là on affoiblissoit l'état plus que le commandement ; on vouloit des rivaux, et on avoit des ennemis. *

Deux rois n'étoient tolérables qu'à Lacédémone. Ils n'y formoient pas la constitution , mais ils étoient une partie de la constitution.

CHAPITRE XI. Des rois des temps héroïques chez les Grecs.

Chez les Grecs, dans les temps héroïques, il s'établit uneespece de monarchiequi ne subsista pas (S). Ceux qui a voient inventé des arts, fait la guerre pour le peuple, assemblé des hommes dispersés, ou qui leur avoient donné des terres , obtenoient le royaume pour eux , et le transmettoient à leurs enfants. Ils étoient rois, prêtres, et juges. C'est une des cinq especes demonarchie dont nous parle Aristote(/(): et c'est la seule qui puisse réveiller l'idée de la constitution monarchique. Mais le plan de cette constitution est opposé à celui de nos monarchies d'aujourd'hui.

Les trois pouvoirs y étoient distribués de maniere que le peuple y avoit la puissance lé

[ocr errors]

gislative (i), et le roi la puissance exécutrice avec la puissance de juger: au lieu que, dans les monarcl lies que nous connoissons, le prince a la puissance exécutrice et la législative, ou du moins une partie de la législative; mais il ne juge pas.

Dans le gouvernement des rois des temps héroïques , les trois pouvoirs étoient mal distribués. Ces monarchies ne pouvoient subsister: car dès que le peuple avoit la législation, il pouvoit au moindre caprice anéantir la royauté, comme il fit par-tout.

Chez un peuple libre et qui avoit le pouvoir législatif; chez un peuple renfermé dans une ville, où tout ce qu'il y a d'odieux devient plus odieux encore , le chef-d'œuvre de la législation est de savoir bien placer la puissance de juger. Mais elle ne le pouvoit être plus mal que dans les mains de celui qui avoit déja la puissance exécutrice. Dès ce moment le monarque devenoit terrible. Mais en même temps, comme il n'avoit pas la législation , il ne pou -voit pas se défendre contre la législation; il avoit trop de pouvoir, et il n'en avoit pas assez.

On n'avoit pas encore découvertque la vraie fonction du prince étoit d'établir des juges, et non pas dejuger lui-même. La politique contraire rendit le gouvernement d'un seul in

[ocr errors]
« PreviousContinue »