Oeuvres complètes de Condorcet, Volume 7

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 304 - Ils ont un instinct secret qui les porte à chercher le divertissement et l'occupation au dehors, qui vient du ressentiment de leurs misères continuelles; et ils ont un autre instinct secret, qui reste de la grandeur de notre première nature, qui leur fait connaître que le bonheur n'est en effet que dans le repos...
Page 404 - D'arracher un hommage à mille autres offert, Et d'entrer dans un cœur de toutes parts ouvert. Mais de faire fléchir un courage inflexible, De porter la douleur dans une âme insensible . D'enchaîner un captif de ses fers étonné, Contre un joug qui lui plaît vainement mutiné; C'est là ce que je veux, c'est là ce qui m'irrite.
Page 296 - C'était un potier de terre qui travaillait pour le roi Louis XIII ; il est l'auteur d'un livre intitulé le Moyen de devenir riche, et la Manière véritable par laquelle tous les hommes de France pourront apprendre à multiplier et augmenter leurs trésors et possessions, par maître Bernard Palissy, inventeur des rustiques figurines du roi.
Page 108 - Cet homme gros et court , Si fameux dans l'histoire, Ce grand comte d'Harcourt Tout rayonnant de gloire, Qui secourut Casai, et qui reprit Turin , Est devenu recors de Jules Mazarin.
Page 249 - On sent qu'il serait absurde de regarder comme un mal des commodités dont tous les hommes jouiraient : aussi ne donne-t-on en général le nom de luxe qu'aux superfluités , dont un petit nombre d'individus seulement peuvent jouir. Dans ce sens, le luxe est une suite nécessaire de la propriété , sans laquelle aucune société ne peut...
Page 249 - Si l'on entend par luxe tout ce qui est au delà du nécessaire, le luxe est une suite naturelle des progrès de l'espèce humaine ; et pour raisonner conséquemment, tout...
Page 287 - Nous n'achetons des esclaves domestiques que chez les nègres. On nous reproche ce commerce : un peuple qui trafique de ses enfants est encore plus condamnable que l'acheteur : ce négoce démontre notre supériorité ; celui qui se donne un maître était né pour en avoir.
Page 342 - ... suffit de supposer l'existence de ces êtres pour que les propositions fondées sur ces notions soient vraies, comme il suffit de supposer l'existence d'un cercle pour établir la vérité des propositions qui en développent les différentes propriétés. Ainsi la réalité des propositions morales, leur vérité, relativement à l'état des êtres réels, des hommes, dépend uniquement de cette vérité de fait : Les hommes sont des êtres sensibles et intelligents.
Page 411 - D'un œil aussi content, d'un cœur aussi soumis Que j'acceptais l'époux que vous m'aviez promis, Je saurai, s'il le faut, victime obéissante, • Tendre au fer de Calchas une tête innocente ; Et respectant le coup par vous-même ordonné, Vous rendre tout le sang que vous m'avez donné.
Page 46 - ... qu'il étoit nécessaire pour l'honneur et la sûreté de la vie du Roi qu'elle mourût , il ne voulut jamais donner ses conclusions à la mort, que sur l'assurance qu'il eut, par la propre bouche de Luynes , qu'étant condamnée , le Roi lui donneroit...

Bibliographic information