Page images
PDF
EPUB

THYRSIS.

49 Ici il y a un-foyer, et des-torches résineuses, ici toujours du-feu en-abondance, et des-portes noircies d'une suie continuelle. 51 Ici nous-nous-soucions des-froids de Borée aussi-peu que se soucient ou le-loup du-nombre des brebis, ou les-torrents de-leurs-rives.

CORYDON.

53 Il-y-a et des-genévriers, et des-châtaigniers épineux; 54 çà et-là gisent épandus chacun sous son arbre les-fruits propres à chaque arbre : 55 tout maintenant sourit; 55 mais si le-bel Alexis s'en-allait de-ces montagnes, tu-verrais même les-fleuves à-sec.

THYRSIS.

57 La-campagne est-desséchée, et l'herbe mourante asoif, par-le-mal de-l'air brûlant; 58 Liber a-refusé aux-collines l'ombre des-pampres: 59 à-l'arrivée de-ma Phyllis, toute forêt reverdira; 60 Jupiter même descendra abondamment en-pluie féconde.

CORYDON.

61 Le-peuplier est très-agréable à-Alcide, la-vigne à-lacchus, le-myrte à-la-belle Vénus, à-Phœbus le-laurier, qui est sien: 63 Phyllis aime les-coudriers, et tant-que Phyllis les aimera, ni le-myrte, ni le-laurier de-Phœbus ne l'emportera-sur les-coudriers.

53 Hirsutæ, à cause de l'enveloppe épineuse du fruit. Il n'y a aucune élision, et le vers est spondaïque. 58 Liber, un des noms de Bacchus. 60 Jupiter, c'est-à-dire l'air divinisé. 61 Alcidæ, un des noms d'Hercule. -Iaccho, un des noms de Bacchus.

[blocks in formation]

Sæpius at si me, Lycida formose, revisas,

[blocks in formation]

Fraxinus in silvis cedat tibi, pinus in hortis.

[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small]

Quo te, Mori, pedes? an, quo via ducit, in urbem?

[blocks in formation]

Diceret Hæc mea sunt, veteres, migrate coloni.

[blocks in formation]

5 Nunc victi, tristes, quoniam sors omnia versat,

[blocks in formation]

Hos illi, quod nec bene vertat! mittimus hædos.

THYRSIS.

65 Le-frêne est le-plus-bel arbre dans les-bois, le-pin dans les-jardins, le-peuplier sur les-ruisseaux, le-sapin sur les-montagnes élevées; 67 mais, si tu-me-venais-voir plussouvent, beau Lycidas, le-frêne dans les-bois et le-pin dans les-jardins le céderait devant-toi.

MÉLIBÉE.

69 Voilà-ce que je-me-rappelle, et que Thyrsis vaincu fit-des-efforts en-vain. 70 Depuis ce temps, Corydon est vraiment Corydon pour-moi.

70 Corydon est, c'est-à-dire l'emporte sur tous ceux qui se mêlent de chanter.

ÉGLOGUE IX.

L'Eglogue huitième est une imitation de l'Idylle où Théocrite nous peint une amante délaissée rappelant son infidèle par des enchantements magiques. Nous la laissons parce que nous trouverons plus loin Virgile parlant d'amour autrement que d'après un modèle. La neuvième est une allégorie le fermier de Virgile, sous le nom de Maris, va porter les cadeaux de son maître au centurion qui avait usurpé le domaine du poëte, et qui ne renonçait pas à ses droits iniques, malgré la volonté d'Octave. On aura, dans cette pièce, le pendant de la première Églogue et son complément.

:

LYCIDAS, MOERIS.

LYCIDAS.

Vers 1 Où te portent tes pieds, Maris? 1 est-ce là-où mène cette route, c'est-à-dire à la-ville?

MERIS.

20 Lycidas! à-force-de-vivre, nous-en-sommes-arrivés, chose-que nous-n'avions-jamais-redoutée, nous en sommes arrivés à ce point, que, possesseur de-notre petit-domaine, un-étranger pût-nous-dire : 4 Ceci est à-moi, allez-vous-en, vieux colons. 5 Maintenant, opprimés, affligés, puisque lesort bouleverse tout, nous-lui-envoyons ces chevreaux, elce-présent puisse-t-il-ne-pas-tourner bien pour lui!

Vers 1 Urbem, c'est-à-dire, ici, Mantoue.

[blocks in formation]

Usque ad aquam, et veteris jam fracta cacumina fagi,

[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small]

Nostra valent, Lycida, tela inter Martia, quantum

[blocks in formation]

Nec tuus hic Moris, nec viveret ipse Menalcas.

[blocks in formation]

Heu! cadit in quemquam tantum scelus! Heu tua nobis

[blocks in formation]

Tityre, dum redeo, brevis est via, pasce capellas;

LYCIDAS.

7 Et-pourtant j'avais-entendu-dire, que depuis l'endroit où les-collines commencent à-s'abaisser, et à-incliner leur croupe en-pente douce, 9 jusque vers l'eau du fleuve et les-faîtes de-ce-vieux hêtre déjà rompus par le temps, 10 votre Ménalque avait-conservé tout cela grâce-à-ses-chants.

MERIS.

11 Tu-l'avais-entendu-dire, et le-bruit en a-réellementcouru; 11 mais nos chants, Lycidas, peuvent autant, parmi les-traits de-Mars, que, comme on-dit, les-colombes de-Chaonie, à-l'arrivée-de-l'aigle. 14 Que si, du-haut d'un-chêne creux, la-corneille croassant à-ma-gauche ne m'eût-averti auparavant de-couper-court à-tous-procès avec les maîtres nouveaux, par-tous-les-moyens, 16 ni ton cher Moris quevoici, ni Ménalque lui-même ne serait-en-vie.

LYCIDAS.

[ocr errors]

17 Ah! un-si-grand forfait tombe-t-il donc en l'esprit depersonne? 17 Ah! tes chants-qui-nous-consolent nous ont donc été ravis, peu-s'en-faut, Ménalque, avec-toi en-mêmetemps! 19 Qui chanterait les-nymphes, si tu n'étais plus? 19 qui joncherait dans ses vers, la-terre d'herbes fleuries, ou couvrirait les-fontaines d'une-ombre verdoyante? 21 Oubien qui chanterait cette pièce-de-poésie que je-t'ai-dérobéeen-lisant furtivement naguère, lorsque tu-te-rendais vers Amaryllis, nos délices? 23 Tityre, en-attendant-que jerevienne, et la-route est courte, fais-paître mes chèvres;

9 Aquam, c'est-à-dire le Mincius. 13 Chaonias; la Chaonie était un canton de l'Épire. Rapta pour rapla sunt.

« PreviousContinue »