Traité des dégénérescences physiques, intellectuelles et morales de l'espèce humaine. Accompagné d'un Atlas de xii planches

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 24 - ... n'ya peut-être aucun animal dont l'espèce soit, comme celle de l'homme , généralement répandue sur toute la surface de la terre ; chacun a son pays, sa patrie naturelle, dans laquelle chacun est retenu par nécessité physique ; chacun est fils de la terre qu'iL habite, et c'est dans ce sens qu'on doit dire que tel ou tel animal est originaire de tel ou tel climat.
Page 425 - ... autrement que par leur indigence. Ils ont donc, comme l'on voit, le cœur excellent : ils ont le germe de toutes les vertus. Je ne puis écrire leur histoire sans m'attendrir sur leur état : ne sont-ils pas assez malheureux d'être réduits à la servitude, d'être obligés de toujours travailler, sans pouvoir jamais rien acquérir?
Page ii - Paris dans le cours du mois de décembre 1860, et toutes les formalités prescrites par les Traités sont remplies dans les divers États avec lesquels la France a conclu des conventions littéraires.
Page 439 - ... qui n'obéissent qu'à leurs passions particulières, et qui, ne pouvant avoir un intérêt commun, sont incapables de se diriger vers un même but et de se soumettre à des usages constants, qui tous supposent une suite de desseins raisonnes et approuvés par le plus grand nombre.
Page 24 - G très distinctement séparée de toutes les autres espèces ; l'homme, blanc en Europe, noir en Afrique, jaune en Asie et rouge en Amérique, n'est que le même homme teint de la couleur du climat ; comme il est fait pour régner sur la terre, que le globe entier est son domaine, il semble que sa nature se soit prêtée à toutes les situations ; sous les feux du Midi, dans les glaces du Nord, il vit, il multiplie, il se trouve partout si anciennement répandu, qu'il ne paraît affecter aucun climat...
Page 415 - Sénégal , que les enfans nouveaux-nés des nègres sont si susceptibles des impressions de l'air , que l'on est obligé de les tenir pendant les neuf premiers jours après leur naissance dans des chambres bien fermées et bien chaudes. Si l'on ne prend pas ces précautions , et qu'on les expose à l'air au moment de leur naissance , il leur survient une convulsion à la mâchoire , qui les empêche de prendre de la nourriture , et qui les fait mourir. M.
Page 23 - Dans' les animaux, au contraire, l'influence du climat est plus forte et se marque par des caractères plus sensibles, parce que les espèces sont diverses et que leur nature est infiniment moins perfectionnée, moins étendue que celle de l'homme. Non seulement les variétés dans chaque espèce sont plus nombreuses et plus marquées que dans l'espèce humaine...
Page 386 - ... si elle ne lui arrache pas la vie. La famille du suicidé obtient ordinairement , dans ces cas , des dédommagements et des indemnités considérables; aussi il n'est pas rare de voir des malheureux, emportés par un atroce dévouement à leur famille, aller se donner stoïquement la mort chez des gens riches.
Page 12 - Tout concourt donc à prouver que le genre .humain n'est pas composé d'espèces essentiellement différentes entre elles; qu'au contraire il n'ya eu originairement qu'une seule espèce d'hommes, qui, s'étant multipliée et répandue sur toute la surface de la terre, a subi différents changements par l'influence du climat, par la différence de la nourriture , par celle de la manière de vivre...
Page 14 - ... climats extrêmes et peupler les sables du Midi et les glaces du Nord , les changements sont devenus si grands et si sensibles, qu'il y aurait lieu de croire que le nègre , le Lapon et le blanc forment des espèces différentes, si...

Bibliographic information