Histoire de Fénelon, archevêque de Cambrai: composée sur les manuscrits originaux, Volume 3

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 281 - Sur toute chose , ne forcez jamais vos sujets à changer de religion. Nulle puissance humaine ne peut forcer le retranchement impénétrable de la liberté du cœur. La force ne peut jamais persuader les hommes ; elle ne fait que des hypocrites.
Page 39 - J'ai horreur de la seule pensée d'un » tel dessein. Il est vrai que j'ai mis dans ces aventures toutes » les vérités nécessaires pour le gouvernement, et tous les » défauts qu'on peut avoir dans la puissance souveraine : mais » je n'en ai marqué aucun avec une affectation qui tende à » aucun portrait, ni caractère. Plus on lira cet ouvrage, plus » on verra que j'ai voulu dire tout, sans peindre personne de
Page 118 - Israélites devaient apprendre par cœur. Jamais nulle ode grecque ou latine n'a pu atteindre à la hauteur des Psaumes. Par exemple , celui qui commence ainsi, Le Dieu des dieux, le Seigneur a parlé, et il a appelé la terre ' , surpasse toute imagination humaine.
Page 247 - ... de toutes les occasions naturelles de leur plaire. Souvent il n'ya que paresse, que timidité, que mollesse à suivre son goût, dans cette apparente modestie, qui fait négliger le commerce des personnes élevées. On aime par amour-propre à passer sa vie avec les gens auxquels on est accoutumé, avec lesquels on est libre, et parmi lesquels on est en possession de réussir. L'amour-propre est...
Page 516 - Qu'est-ce qui sera superflu, sinon des embellissemens, dont aucun de vos prédécesseurs, même vains et profanes, n'a cru avoir besoin ? Jugez-vous vous-même, monseigneur, comme vous croyez que Dieu vous jugera. Ne vous exposez point à ce sujet de trouble et de remords pour le dernier moment, qui viendra peut-être plus tôt que nous ne croyons. Dieu vous aime ; vous voulez l'aimer, et vous donner sans réserve à son Eglise ; elle a besoin de grands exemples, pour relever le ministère foulé...
Page 368 - S'ils sont malades, on peut les faire visiter d'abord par quelque officier catholique qui les console, qui les fasse soulager, et qui insinue quelque bonne parole. Si cela ne sert de rien, et si la maladie augmente, on peut aller un peu plus loin, mais doucement et sans contrainte, pour leur montrer que l'ancienne Eglise est la meilleure, et que c'est celle qui vient des apôtres.
Page 115 - Mais toi' qui les a surpassés en aménités et en grâces, ombre illustre, aimable génie ; toi qui fis régner la vertu par l'onction et par la douceur, pourrais-je oublier la noblesse et le charme de ta parole, lorsqu'il est question d'éloquence? Né pour cultiver la sagesse et l'humanité dans les rois, ta voix ingénue fit retentir...
Page 368 - Église est la meilleure , et que c'est celle qui vient des apôtres Si le malade n'est pas capable d'entendre ces raisons, je crois qu'on doit se contenter de lui faire faire des actes de contrition , de foi et d'amour, ajoutant souvent : Mon Dieu, je me soumets à tout ce que la vraie Eglise enseigne ; je la reconnais pour ma mère, en quelque lieu qu'elle soit Il faut, pour la sépulture, suivre la règle de l'évéque diocésain , et éviter l'éclat autant qu'on le peut, sans avilir la religion....
Page 26 - ... par vos malheurs au lieu d'en être refroidie. Je pense, avec un vrai plaisir, au temps où je pourrai vous revoir, mais je crains que ce temps ne soit encore bien loin. Il faut s'en remettre à la volonté de Dieu, de la miséricorde duquel je reçois toujours de nouvelles grâces. Je lui ai été plusieurs fois bien...
Page 125 - Tout son temps lui échappe, il ne sait ce qu'il en fait ; il le laisse couler comme l'eau sous les ponts. Demandez-lui ce qu'il a fait de sa matinée : il n'en sait rien , car il a vécu sans songer s'il...

Bibliographic information