Page images
PDF
[ocr errors][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][graphic]
[merged small][ocr errors]
[ocr errors]
[merged small][merged small][ocr errors]

(Elle sort de sa tour, au milieu de la nuit, après avoir allumé le flambeau qui doit servir de guide à son amant.)

[ocr errors]

L',s, RE brillant des jours n'éclaire plus le monde;
Déjà règnent partout le silence et la nuit ;
Tout l'univers, plongé dans une paix profonde,
Cède au pouvoir du sommeil qui me fuit ;
Et de Phébé l'image étincelle dans l'onde,
Qui doucement frémit.
La tremblante Héro vous implore,
O vents, de l'Hellespont respectez le repos !
Voici l'heure charmante où celui que j'adore ,
Pour me revoir encor, va traverser les flots.

[ocr errors][merged small]

(1) Cette cantate a été composée pour le grand prix de musique, remporté par M. Bouteiller fils, âgé de dix-huit ans. Elle sera exécutée dans la séance de l'Institut, du 4 octobre.

[merged small][ocr errors]

Je vais le voir ! ... Quel espoir plein de charmes ! Non, jamais nœuds plus doux n'ont uni deux amans. Quel bonheur ! quels transports : mais aussi que d'alarmes ! Qu'il me faut payer cher ces fortunés momens ! Le moindre bruit m'agite.... Un retard m'épouvante.... Je crains tout, et la nuit et la trompeuse mer, Et le zéphir qui trouble, en voltigeant dans l'air, De mes légers fanaux la lumière tremblante. Ecoutons.... N'ai-je pas entendu quelque bruit ?... C'est le vent, dont le souffle agite le feuillage.... Ce sont les flots émus qui frappent le rivage.... Hélas ! il ne vient point, et le ciel s'obscurcit ! Déjà s'enfle et mugit la vague blanchissante ; Un nuage, des nuits a voilé le flambeau. Cher amant, que fais-tu ? Dieux ! la tempête augmente.... As-tu quitté le port ?... Pour revoir ton amante Braves-tu le courroux et des vents et de l'eau ?

[ocr errors][merged small][ocr errors]

O Vénus, ai-je donc mérité ta colère ?
La tempête en fureur confond les élémens ;
Et les vents, déchaînés dans cette horrible guerre,
Aux coups redoublés du tonnerre
Mêlent d'horribles sifflemens.
La foudre, à longs sillons, déchire et fend la nue;

# # OCTOBRE 18o6.
Seule, elle brille au sein de cette nuit d'horreurs....
Grands Dieux, prenez pitié d'une amante éperdue !.. »
Aux livides clartés de ses feux destructeurs
Quel objet sur les flots vient s'offrir à ma vue ?
Courons.... Orage affreux, je brave tes fureurs....
C'est lui... Dieux ! c'est Léandre.. .. O destin qui me tue. ..
C'est lui... pâle... glacé... Cher amant !... je me meurs.. .

[ocr errors][merged small]

•--• · F R A G M ENT Tiré du premier chant du poëme de L A NATURE. Contre le Duel, et sur le véritable Honneur.

ELÈvE de Palès, ô mortel généreux,
Toi qui d'un fer paisible ouvre tes champs heureux,
Jamais l'affreux Duel, monstre impie et farouche,
La fureur dans les yeux et l'insulte à la bouche,
De rage, de vengeance et de sang altéré,
N'arma tes mains d'un glaive aux meurtres préparé !
Tu ne la conçois pas cette horrible folie
Qu'adopta du Français la cruauté polie,
Et qui, fermant l'oreille aux cris de la pitié,
Pour venger des égards égorge l'amitié.

La raison calmeroit la fureur qui l'anime;
Mais d'un blâme moqueur l'effroi pusillanime,
Précipitant son bras à ces tristes exploits,
Le jette entre la mort et la rigueur des lois.

« PreviousContinue »