L'ami des hommes, ou, Traité de la population ...

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 585 - The borrower must return this item on or before thé last date stamped below. If another user places a recall for this item, thé borrower will be notified of thé need for an earlier return.
Page li - ... la barrière du désaveu de l'ouvrage auquel je dois ma célébrité et mon nom public, courber le front sous la main crochue de l'homme le plus antipathique à ma chère et natale exubérance ; le plus aigre aux disputes, le plus implacable à la résistance, le plus armé de sarcasmes et de dédain.
Page 117 - LES pays ne sont pas cultivés en raison de leur fertilité, mais en raison de leur liberté...
Page 147 - La religion est sans contredit le premier et le plus utile frein de l'humanité : c'est le premier ressort de la civilisation...
Page 307 - II n'est point de serpent ni de monstre odieux, Qui, par l'art imité, ne puisse plaire aux yeux : D'un pinceau délicat l'artifice agréable Du plus affreux objet fait un objet aimable.
Page 10 - Etat est tombé dans la corruption des mœurs, on s'est plaint de la dépopulation. Les spéculateurs ont cherché le remède, les législateurs l'ont ordonné, et toujours inutilement. Pourquoi ? c'est qu'on voulait traiter le mal sans en connaître le principe. On ordonnait des mariages, on récompensait la paternité, on flétrissait le célibat : c'est fumer, c'est arroser son champ sans le semer, et en attendre la récolte. Demandez encore aujourd'hui à nos spéculateurs, pourquoi la plupart...
Page 86 - déclara hautement « aux nobles qu'il voulait qu'ils s'accoutumassent à vivre « chacun de son bien, et, pour cet effet, qu'il serait bien « aise, puisqu'on jouissait de la paix, qu'ils' allassent « voir leurs maisons et donner ordre à faire valoir leurs
Page iii - Voilà ce que l'on conte du grandpère. Revenons à l'ouvrage du petit-fils : la hardiesse qui y règne lui a donné une grande vogue. On a eu la maladresse de le supprimer, ce qui a ajouté à sa réputation. Pour juger ce Traité en général et en deux mots, on peut dire que l'auteur en aurait fait un grand et bel ouvrage, s'il y avait de la noblesse et de l'élévation dans son style.
Page xxvii - Je tiens pour impossible que les grandes monarchies de l'Europe aient encore longtemps à durer : toutes ont brillé, et tout état qui brille est sur son déclin. J'ai de mon opinion des raisons plus particulières que cette maxime; mais il n'est pas à propos de les dire, et chacun ne les voit que trop ". caractères ineffaçables que ceux qu'imprimé la nature, et la nature ne fait ni princes, ni riches, ni grands seigneurs.
Page 195 - si certaines pa« roisses s'avisent d'être exactes et de payer sans attendre « la contrainte, le receveur, qui se voit ôter le plus clair « de son bien, se met de mauvaise humeur, et, au dépar« tement prochain, entre lui, MM.

Bibliographic information