Page images
PDF

inspirant du goût pour le monde, et sur-tout pour le commerce des femmes.

Qu'on nous laisse tels que nous sommes. Nos qualités indiscretes, jointes à notre peu de malice, font que les lois qui gêneroient l'humeur sociable parmi nous ne seroient point convenables.

CHAPITRE v II.

Des Athéniens et des Lacédémoniens.

LEs Athéniens, continuoit ce gentilhomme, étoient un peuple qui avoit quelque rapport | avec le nôtre : il mettoit de la gaieté dans les affaires; un trait de raillerie lui plaisoit sur la tribune comme sur le théâtre. Cette vivacité qu'il mettoit dans les conseils, il la portoit dans l'exécution. Le caractere des Lacédémoniens étoit grave, sérieux, sec, taciturne. On n'auroit pas plus tiré parti d'un Athénien en l'ennuyant que d'un Lacédémonien en le diVertISSant,

[ocr errors][merged small]

PLus les peuples se communiquent, plus ils changent aisément de manieres , parceque chacun est plus un spectacle pour un autre ; on voit mieux les singularités des individus. Le climat qui fait qu'une nation aime à se communiquer fait aussi qu'elle aime à changer; et

ce qui fait qu'une nation aime à changer fait aussi qu'elle se forme le goût. La société des femmes gâte les mœurs, et forme le goût : l'envie de plaire plus que les autres établit les parures, et l'envie de plaire plus que soi-même établit les modes. Les modes sont un objet important : à force de se rendre l'esprit frivole, on augmente sans cesse les branches de son commerce (1).

[ocr errors]

De la vanité et de l'orgueil des nations.

- 4 • • • LA vanité est un aussi bon ressort pour un gouvernement que l'orgueil en est un dangereux. Il n'y a pour cela qu'à se représenter d'un côté les biens sans nombre qui résultent de la vanité; de là le luxe, l'industrie, les arts, les modes, la politesse, le goût : et d'un autre côté les maux infinis qui naissent de l'orgueil de certaines nations; la paresse, la pauvreté, l'abandon de tout, la destruction des nations que le hasard a fait tomber entre leurs mains, et la leur même. La paresse (2) est l'effet de

(1) Voyez la fable des abeilles.—(2) Les peuples qui suivent le kan de Malacamber, ceux de Carnataca et de Coromandel, sont des peuples orgueilleux et paresseux; ils consomment peu, parcequ'ils sont misérables ; au lieu que les Mogols et les peuples de l'Indostan s'occupent et jouissent des commodités de la vie comme les Européens. Recueil des voyages qui ont servi à l'établissement de la compagnie des Indes, tome I, p. 54,

l'orgueil; le travail est une suite de la vanité; l'orgueil d'un Espagnolle portera à ne pas travaiiler; la vanité d'un Français le portera à savoir travailler mieux que les autres. Toute nation paresseuse est grave; carceux qui ne travaillent pas se regardent comme souverains de ceux qui travaillent. Examinez toutes les nations, etvous verrez que dans la plupart la gravité, l'orgueil et la paresse, marchent du même pas. Les peuples d'Achim (1) sont fiers et paresseux : ceux qui n'ont point d'esclaves en louent un, ne fût-ce que pour faire cent pas, et porter deux pintes de riz; ils se croiroient déshonorés s'ils les portoient eux-mêmes. Il y a plusieurs endroits de la terre où l'on se laisse croître les ongles pour marquer que l'on ne travaille point. Les femmes des Indes (2) croient qu'il est honteux pour elles d'apprendre à lire; c'est l'affaire, disent-elles, des esclaves qui chantent des cantiques dans les pagodes. Dans une caste elles ne filent point; dans une autre elles ne font que des paniers et des nattes, elles ne doivent pas même piler le riz; dans d'autres il ne faut pas qu'elles aillent querir de l'eau. L'orgueil y a établi ses regles, et il les fait suivre. Il n'est pas nécessaire de dire que les qualités morales ont des effets différents selon

[ocr errors]

qu'elles sont unies à d'autres : ainsi l'orgueil, joint à une vaste ambition, à la grandeur des · idées, produisit chez les Romains les effets que l'on sait.

[ocr errors]

^ Du caractere des Espagnols, et de celui des Chinois.

LEs divers caracteres des nations sont mêlés de vertus et de vices, de bonnes et de mauvaises qualités. Les heureux mélanges sont ceux dont il résulte de grands biens, et souvent on ne les soupçonneroit pas; il y en a dont il résulte de grands maux, et qu'on ne soupçonneroit pas non plus. La bonne foi des Espagnols a été fameuse dans tous les temps.Justin (1) nous parle de leur fidélité à garder les dépôts : ils ont souvent souffert la mort pour les tenir secrets. Cette fidélité qu'ils avoient autrefois, ils l'ont encore aujourd'hui. Toutes les nations qui commercent à Cadix confient leur fortune aux Espagnols : elles ne s'en sont jamais repenties. Mais cette qualité admirable, jointe à leur paresse, forme un mélange dont il résulte des effets qui leur sont pernicieux : les peuples de l'Europe font sous leursyeux tout le commerce de leur monarchie. Le caractere des Chinois forme un autre mélange, qui est en contraste avec le carac

(1) Liv. XLIII.

[ocr errors]
[ocr errors]

- | MAIs c'est à la Chine que les manieres | indestructibles. Outre que les femmes y absolument séparées des hommes, on ensei dans les écoles les manieres comme les moe On connoit un lettré (1)à la façon aisée d il fait la révérence. Ces choses, une fois d nées en préceptes et par de graves doctet s'y fixent comme des principes de morale ne changent plus. • • ,

[ocr errors]

Des manieres chez les Chinois.

[ocr errors]

Quels sont les moyens naturels de changer le mœurs et les manieres d'une nation. .

Nous avons dit que les lois étoient des ins tutions particulieres et précises du législate et les mœurs et les manieres des instituti de la nation en général. De là il suit que, lo A! qu'on veut changer les mœurs et ies maniero il ne faut pas les changer par les lois, cela I roîtroittroptyrannique;il vautmieux les cho ! ger par d'autres mœurs et d'autres maniere Ainsi, lorsqu'un prince veut faire de gran changements dans sa nation, il faut qu'il r forme par les lois ce qui est établi par les loi -et qu'il change par les manieres ce qui est ét A 2

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

(1) Dit le P. du Halde.

[graphic]
[graphic]
[graphic]
[graphic]
[graphic]
« PreviousContinue »