Œuvres

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents


Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 310 - Chose admirable ! la religion chrétienne, qui ne semble avoir d'objet que la félicité de l'autre vie , fait encore notre bonheur dans celle-ci.
Page 446 - Ainsi , lorsque tout à peu près fut devenu fief, ces officiers ne purent plus être employés ; il n'y eut plus de loi commune, parce que personne ne pouvoit faire observer la loi commune.
Page 311 - Gengis-Kan qui ont dévasté l'Asie : et nous verrons que nous devons au christianisme, et dans le gouvernement un certain droit politique, et dans la guerre un certain droit des gens, que la nature humaine ne saurait assez reconnaître.
Page 266 - ... oreilles qui n'osent entendre ; qui ne se présentent que pour se montrer stupides ; condamnées sans relâche à des bagatelles et à des préceptes , sont assez portées au mariage : ce sont les garçons qu'il faut encourager. CHAPITRE X. Ce qui détermine au mariage. Partout où il se trouve une place où deux personnes peuvent vivre commodément , il se fait un mariage.
Page 401 - Un prince qui a une fierté naturelle parlerait par la bouche d'un homme qui aurait tout à craindre. Il faut donc suivre, à l'égard des ambassadeurs, les raisons tirées du droit des gens, et non pas celles qui dérivent du droit politique. Que s'ils abusent de leur être représentatif , on le fait cesser, en les renvoyant chez eux : on peut même les accuser devant leur maître , qui devient par là leur juge ou leur complice.
Page 123 - ... autre qui servira avec son capital encore; qui va à la guerre pour que personne n'ose dire qu'elle n'ya pas été; qui, quand elle ne peut espérer les richesses , espère les honneurs, et , lorsqu'elle ne les obtient pas , se console , parce qu'elle a acquis de l'honneur : toutes ces choses ont nécessairement contribuéra grandeur de ce royaume.
Page 314 - M. Bayle , après avoir insulté toutes les religions, flétrit la religion chrétienne : il ose avancer que de véritables chrétiens ne formeroient pas un état qui pût subsister. Pourquoi non? Ce seroient des...
Page 15 - LES pays ne sont pas cultivés en raison de leur fertilité, mais en raison de leur liberté...
Page 59 - C'est au législateur à suivre l'esprit de la nation lorsqu'il n'est pas contraire aux principes du gouvernement ; car nous ne faisons rien de mieux que ce que nous faisons librement et en suivant notre génie naturel. Qu'on donne un esprit de pédanterie à une nation naturellement gaie, l'état n'y gagnera rien ni pour le dedans ni pour le dehors. Laissez-lui faire les choses frivoles sérieusement, et gaiement les choses sérieuses.
Page 303 - Quelques aumônes que l'on fait à un homme nu dans les rues ne remplissent point les obligations de l'état, qui doit à tous les citoyens une subsistance assurée, la nourriture , un vêtement convenable , et un genre de vie qui ne soit point contraire à la santé.

Bibliographic information