Liberté de conscience: resserrée dans des bornes légitimes, Parts 1-3

Front Cover
the author, 1754 - France
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 24 - Vous vous plaignez, dit-il aux inquisiteurs, de ce que l'empereur du Japon fait brûler à petit feu tous les chrétiens qui sont dans ses États; mais il vous répondra : Nous vous traitons, vous qui ne croyez pas comme nous, comme vous traitez vous-mêmes ceux qui ne croient pas comme vous; vous ne pouvez vous plaindre que de votre faiblesse, qui vous empêche de nous exterminer, et qui fait que nous vous exterminons.
Page 116 - L'honneur fait mouvoir toutes les parties du corps politique ; il les lie par fon a£tion même i & il fe trouve que chacun va au bien commun , croyant aller à fes intérêts particuliers. Il eft vrai que , philofophiquement parlant , c'eft un honneur faux qui conduit toutes les parties de...
Page 41 - Souverain qui les gouverne; & que par une adrefle à confondre les intérêts de Dieu avec l'ambition des hommes, le Pape s'eft vu fouvent en oppofition avec des Souverains, fur des fujets qui n'étoient aucunement du reflbrt de l'Eglife.
Page 129 - ... timides , & celui des confciences hardies. Le mal eft venu de cette idée , qu'il faut venger la divinité. Mais il faut faire honorer la divinité , & ne la venger jamais.
Page 73 - Confessions protes» tantes ; mais ce à quoi ils souscrivent tous comme à » une règle parfaite de leur foi et de leurs...
Page 32 - Prince compte fur fes fiijets , & les fujets fur le Prince. Chofe admirable ! la Religion Chrétienne , qui ne femble avoir d'objet que la félicité de l'autre vie , fait encore notre bonheur dans celle-cy.
Page 38 - C'eft le propre de la piété , non de contraindre , mais de perfoatUï* à l'imitation du Sauveur, qui la iloit à chacun la liberté de le fuivre. Pour le diable , comme il n'a pas la vérité, il vient avec des haches & des coignées». Saint Jean Chryfoftôme : « Jefus-Chrift demande à fes difcíples s'ils veulent s'en aller auffi ; parce que ce doivent être les paroles de celui qui ne fait point de violence».
Page 116 - La liberté politique dans un citoyen eft cette tranquillité d'efprit qui provient de l'opinion que chacun a de fa fureté ; &, pour qu'on ait cette liberté , il faut que le gouvernement foit tel , qu'un citoyen ne puifFe pas craindre un autre citoyen.
Page 82 - Nous suivons une religion que vous savez vous-mêmes avoir été autrefois chérie de Dieu; nous pensons que Dieu l'aime encore, et vous pensez qu'il ne l'aime plus; et parce que vous jugez ainsi, vous faites passer par le fer et par le feu ceux qui sont dans cette erreur si pardonnable, de croire que Dieu aime encore ce qu'il a aimé.
Page 25 - ... eurent horreur du complot, et le découvrirent: de sorte que, de l'avis des ministres, ceux qui entrèrent dans ce noir dessein sont les gens de bien , et ceux qui le découvrirent sont des perfides. Il ne sert de rien de dire que La Renaudie et tous les conjurés protestèrent qu'ils ne vouloient rien attenter contre le roi , ni contre la reine, ni contre la famille royale : car s'ensuit-il qu'on soit innocent pour n'avoir pas formé le dessein d'un si exécrable parricide...

Bibliographic information