Page images
PDF
EPUB

L’ÉNÉIDE,

EN VERS FRANÇAIS. LIBER SEXTUS.

Sic fatur lacrymans, classique inmittit habenas,
Et tandem Euboicis Cumarum allabitur oris.
Obvertunt pelago proras : tum dente tenaci
Anchora fundabat nayes, et littora curvæ
Prætexunt puppes : juvenum manus emicat ardens
Littus in Hesperium; quærit pars semina flammæ
Abstrusa in venis silicis; pars densa ferarum
Tecta rapit, silvas; inventaque flumina monstrat.

At pius Æneas arces quibus altus Apollo
Præsidet, horrendæque procul secreta Sibyllæ,
Antrum immane , petit; magnam cui mentem animumque
Delius inspirat yates, aperitque futura.
Jam subeunt Triviæ lucos atque aurea tecta.

[ocr errors]

LIVRE SIXI È M E.

a

Il dit, rend leur essor aux ailes des vaisseaux;
Et Cume, enfant d'Eubée, a reçu le héros.
L'ancre à la dent mordante en tombant les captive,
Leur bec regarde l'onde, et leur poupe la rive. .
Soudain, avec transport mille jeunes Troyens
Touchent d'un saut léger aux bords Ausoniens.
Leurs soins sont partagés : du roc qui le recèle,
L'un d'un feu pétillant fait jaillir l'étincelle;
L'autre parcourt des bois ou des fleuves nouveaux,
Va, d'un wil curieux , reconnoître les eaux.

Cependant le héros, plein d'espoir et de crainte,
Du temple d'Apollon va visiter l'enceinte,
Et l'antre prophétique, où, brûlant de son feu,
La prêtresse en fureur se debat sous son Dieu,
Et cache sa présence au vulgaire profane.
Ns découvrent déja la forêt de Diane,

[ocr errors]
[ocr errors]

Dædalus, ut fama est, fugiens Minoïa regna,
Præpetibus pennis ausus se credere cælo,
Insuetum per iter gelidas enayit ad Arctos,
Chalcidicâque levis tandemn super adstitit arce.
Redditus his primùm terris, tibi, Phæbe, sacrarit
Remigium alarum; posuitque immania templa.
In foribus letum Androgei : tum pendere pænas
Cecropidæ jussi, miserum! septena quot annis
Corpora natorun; stat ductis sortibus urna.
Contrà elata mari respondet Gnosia tellus.
Hîc crudelis amor tauri, suppostaque furto
Pasiphaë, mixtumque genus, prolesque biformis
Minotaurus inest, veneris monumenta nefandæ.
Hic labor ille domùs, et inextricabilis error.
Magnum reginæ sed enim miseratus amorem
Dædalus, ipse dolos tecti ambagesque resolvit,
Cæca regens filo vestigia. Tu quoque magnam
Partem opere in tanto, sineret dolor, Icare, baberes.
Et son temple dont l'or relève la beauté.
Dédale, de Minos fuyant la cruauté,
Osa, se confiant à ses rapides ailes,
Tenter un vol hardi dans des routes nouvelles,
Et, vainqueur fortuné des vents glacés du Nord,
Sur les remparts de Cume abatlit son essor.
Sitôt que l'a reçu la plage hospitalière ,
11 t'élève un beau temple, o Dieu de la lumière !
El t'offre , heureux nocher d'une nouvelle mer,
L'aile dont il vogua dans l'océan de l'air.
Sur les portes, sa main peint la mort d'Androgée
Sur les fils de Cécrops cruellement vengée,
Le barbare tribut de leurs jeunes enfans,
Et cette urne où le sort les choisit tous les aus.
De la Crète, plus loin, les campagnes fécondes,
Et les remparts de Gnos s'élèvent sur les ondes.
Ailleurs, il peint l'Amour qui mène en rougissant
A la reine de Crète un époux mugissant,
Et leur étrange hymen, que la nature abhorre,
Et leur fils monstrueux,

l'horrible Minotaure.
Ici du labyrinthe habilement tissu,
Sa main trace ayec art le piège inapperçu :

[ocr errors]
« PreviousContinue »