Des colonies et de la révolution actuelle de l'Amérique

Front Cover
F. Béchet, 1817 - 403 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 261 - On ne peut se mettre dans l'esprit que Dieu, qui est un être très sage, ait mis une âme, surtout une âme bonne, dans un corps tout noir.
Page 261 - Egyptiens, les meilleurs philosophes du monde, étaient d'une si grande conséquence, qu'ils faisaient mourir tous les hommes roux qui leur tombaient entre les mains. Une preuve que les nègres n'ont pas le sens commun, c'est qu'ils font plus de cas d'un collier de verre que de l'or, qui, chez des nations policées, est d'une si grande conséquence.
Page 261 - Les peuples d'Europe ayant exterminé ceux de l'Amérique, ils ont dû mettre en esclavage ceux de l'Afrique, pour s'en servir à défricher tant de terres. Le sucre serait trop cher, si l'on ne faisait travailler la plante qui le produit par des esclaves.
Page 261 - ... faisait travailler la plante qui le produit par des esclaves. Ceux, dont il s'agit sont noirs depuis les pieds jusqu'à la tête ; et ils ont le nez si écrasé , qu'il est presque impossible de les plaindre. On ne peut se mettre dans l'esprit que Dieu, qui est un Etre très-sage, ait mis une âme, et surtout une âme bonne , dans un corps tout noir.
Page 261 - Le sucre seroit trop cher si l'on ne faisoit travailler la plante qui le produit par des esclaves. Ceux dont il s'agit sont noirs depuis les pieds jusqu'à la tête ; et ils ont le nez si écrasé qu'il est presque impossible de les plaindre. On ne peut se mettre dans l'esprit que Dieu , qui est un être très-sage...
Page 511 - Proportionner l'industrie et les capitaux , dont le travail est la source, aux besoins des colonies , de manière à ce qu'elles ne soient pas attirées trop fortement vers les communications avec les étrangers ; 4° Donner aux colonies une administration intérieure qui diminue pour elles le besoin de recourir à la métropole...
Page 260 - Pensez-vous queToussaimLouverture et Christophe aient eu besoin d'étudier à l'école de Raynal? Pour moi je parierais bien que son nom et ses ouvrages ne sont jamais arrivés jusqu'à eux. Les amis des noirs (i) n'ont fait ni tout le bien , ni tout le mal qu'on leur impute : ils n'ont mérité, ni tous les éloges , ni tous les reproches qu'on leur a fait subir. Si le langage de quelques-uns a été brûlant , ces flammes ne sortaient-elles pas de la nature du sujet encore plus que de leur bouche?...
Page 262 - Donnezmoi des colonies vastes , couvertes d'une population d'esclaves disséminés dans des habitalions éloignées des moyens de répression , et je vous dirai, à peu d'heures près , le jour de leur affranchissement. La Virginie, la Caroline , le Brésil , Saint-Domingue sont dans le même cas; le dernier a déjà rempli sa destinée, les autres ont éprouvé, depuis vingt ans, des tentatives répétées d'insurrection , toutes marquées au même sceau , un baptême de sang pour les maîtres ,...
Page 504 - ... tomber les fers des malheureux qui sont nés dans la servitude, ou qui y ont vieilli. Ces hommes stupides qui n'auraient pas été préparés à un changement d'état, seraient incapables de se conduire eux-mêmes. Leur vie ne serait qu'une indolence habituelle, ou un tissu de crimes. Le grand bienfait de la liberté doit être réservé pour leur postérité, et même avec quelques modifications.
Page 315 - ... d'immenses chez les autres. Cette soif de* conquêtes et des invasions réalise ce qu'a dit un célèbre moraliste , que si le monde était partagé entre deux hommes , ils se battraient encore pour les frontières. On s'est plu à représenter cet acte de la puissance pontificale comme le dernier degré de la confiance en son autorité propre , ainsi que comme celui de l'obéissance qu'elle obtenait alors. On en a fait un sujet continuel de criminations et de reproches.

Bibliographic information