Oeuvres, Volume 2

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Combien il faut être attentif à ne point changer lesprit général dune nation
58
Quil ne faut pas tout corriger
59
Des Athéniens et des Lacédémoniens
60
Effets de lhumeur sociable 1b Chap IX De la vanité et de lorgueil des nations
61
Du caractère des Espagnols et de celui des Chinois
63
RéOexions
64
Des manières et des mœurs dans létat despo tique
65
Des manières chez les Chinois
66
Quels sont les moyens naturels de changer les mœurs et les manières dune nation
67
Influence du gouvernement domestique sur le politique
69
Propriété particulière au gouvernement de la Chine
71
Conséquence du chapitre précédent
73
Comment sest faite celte union de la religion des lois des mœurs et des manières chez les Chinois
74
Explication dun paradoxe sur les Chinois
76
Comment les lois doivent être relatives aux mœurs et aux manières
78
Continuation du même sujet
79
Comment les lois suivent les mœurs Ib Chap XXIV Continuation du même sujet
80
Continuation du même sujet 8i Chap XXVI Continuation du même sujet 8a Chap XXVII Comment les lois peuvent contribuer à former les mœurs les...
83
Du commerce Page
99
De lesprit de commerce
100
De la pauvreté des peuples 10a Chap IV Du commerce dans les divers gouvernements Ib Chai V Des peuples qui ont fait le commerce déconomie io5...
106
Esprit de lAngleterre sur le commerce
108
De lexclusion en fait de commerce
109
Établissement propre au commerce déconomie m
114
De la contrainte par corps
116
Belle loi
117
Loi de Rhodes Ib Chap XVIII Des juges pour le commerce
118
Que le prince ne doit point faire le commerce
119
Autres différences i3i Chip VI Du commerce des anciens i3a Chap VII Du commerce des Grecs i4ï Chip VIII DAlexandre Sa conquête
146
Du commerce des rois grecs après Alexandre i5i Chap X Du tour de lAfrique
160
Carthage et Marseille
164
Ile de Délos Mithridate 17a Chap XIII Du génie des Romains pour la marine
174
Du génie des Romains pour le commerce
175
Commerce des Romains avec les Rarbares
177
Du commerce des Romains avec lArabie et les Indes
178
Des lois des Romains sur la propagation
181
Comment les lois de la religion corrigent
327
Continuation du même sujet
333
Comment le change gêne les états despotiques
340
Usage de quelques pays dItalie
341
Du secours que létat peut tirer des banquiers
343
Des temples Page
345
Des dettes publiques Ib Chap XVIII Du paiement des dettes publiques a44 Chap XIX Des prêts à intérêt a47 Chap XX Des usures maritimes a48 Chap...
349
Des monastères
354
Des hommes et des animaux par rapport à la mul tiplication de leur espèce
359
Des mariages
360
Chap IU De la condition des enfants 261
363
Des bâtards dans les divers gouvernements
364
Du consentement des pères au mariage
366
Continuation du même sujet
367
Des filles
368
Ce qui détermine au mariage Ib Chap XI De la dureté du gouvernement
369
Du nombre des filles et des garçons dans diffé rents pays
370
Des ports de mer
371
Quil ne faut point décider par les préceptes
378
Que les lois des Barbares furent toutes person
431
Comment le droit romain se perdit dans le pays
437
Continuation du même sujet
443
Continuation du même sujet
449
Différence de la loi salique ou des Francs
455
Manière de penser de nos pères
461
Origine du point dhonneur
474
De la jurisprudence du combat judiciaire
481
Du combat judiciaire entre une des parties
488
De lappel de défaute de droit
499
Epoque du règne de saint Louis
517
Flux et reflux de la juridiction ecclésiastique
534
Continuation du même sujet
540
LIVRE XVIII
549
Continuation du même sujet lao Chap XXI Du commerce de la noblesse dans la monarchie Ib Chap XXII Réflexion particulière iai Chap XXIII A qu...
552
Continuation du même sujet
558

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 528 - Inviter quand il ne faut pas contraindre, conduire quand il ne faut pas commander, c'est l'habileté suprême. La raison a un empire naturel ; elle a même un empire tyrannique : on lui résiste , mais cette résistance est son triomphe ; encore un peu de temps , et l'on sera forcé de revenir à elle.
Page 312 - Chose admirable ! la religion chrétienne, qui ne semble avoir d'objet que la félicité de l'autre vie, fait encore notre bonheur dans celle-ci 384.
Page 57 - Plusieurs choses gouvernent les hommes : le climat , la religion , les lois , les maximes du gouvernement , les exemples des choses passées , les mœurs , les manières ; d'où il se forme un esprit .général qui en résulte.
Page 331 - Que c'est moins la vérité ou la fausseté d'un dogme qui le rend utile ou pernicieux aux hommes dans l'état civil, que. l'usage ou l'abus que l'on en fait. LES dogmes les plus vrais et les plus saints peuvent avoir de très-mauvaises conséquences, lorsqu'on ne les lie pas avec les principes de la société; et, au contraire, les dogmes les plus faux en peuvent avoir d'admirables , lorsqu'on fait qu'ils se rapportent aux mêmes principes.
Page 362 - Si le ciel vous a assez aimés pour vous faire voir la vérité, il vous a fait une grande grâce : mais est-ce aux enfants qui ont eu l'héritage de leur père de haïr ceux qui ne l'ont pas eu ? « Que si vous avez cette vérité, ne nous la cachez pas par la manière dont vous nous la proposez. Le caractère de la vérité c'est son triomphe sur les cœurs et les esprits, et non pas cette impuissance que vous avouez, lorsque vous voulez la faire recevoir par des supplices.
Page 363 - II faut que nous vous avertissions d'une chose : c'est que, si quelqu'un dans la postérité ose jamais dire que dans le siècle où nous vivons, les peuples d'Europe étaient policés, on vous citera pour prouver qu'ils étaient barbares * et l'idée que l'on aura de vous sera telle, qu'elle flétrira votre siècle, et portera la haine sur tous vos contemporains.
Page 375 - La loi naturelle ordonne aux pères de nourrir leurs enfants , mais elle n'oblige pas de les faire héritiers. Le partage des biens, les lois sur ce partage, les successions après la mort de celui qui a eu ce partage ; tout cela ne peut avoir été réglé que par la société , et par conséquent par des lois politiques ou civiles.
Page 448 - Ainsi, lorsque tout à peu près fut devenu fief, ces officiers ne purent plus, être employés ; il n'y eut plus de loi commune, parce que personne ne pouvoit faire observer la loi commune.
Page 108 - C'est le peuple du monde qui a le mieux su se prévaloir à la fois de ces trois grandes choses : la religion , le commerce et la liberté.
Page 306 - Quelques aumônes que l'on fait à un homme nu, dans les rues, ne remplissent point les obligations de l'état , qui doit à tous les citoyens une subsistance assurée , la nourriture , un vêtement convenable et un genre de vie qui ne soit pas contraire à la santé.

Bibliographic information