Oeuvres complètes, Volume 2

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Du commerce des rois grecs après Alexandre
26
Du tour de lAfrique
30
Carthage et Marseille
36
Du génie des Romaîns pour la marine
37
Du génie des Romains pour le commerce
38
Commerce des Romains avec les barbares
39
Du commerce après la destruction des Romains en Oc cident e e e e e e
42
Règlement particulier e
43
Découverte de deux nouveaux mondes Etat de lEurope à cet égard e
45
2RXII Des richesses que lEspagne tira de lAmérique
48
LIVRE XXII
52
De la nature de la monnoie
53
Des monnoies idéales
54
De la quantité de lor et de largent
55
Par quelle raison le prix de lusure diminua de la moitié lors de la découverte des Indes
56
Continuation du même sujet
57
De la rareté relative de lor et de largent
58
Du change ºº XI Des opérations que les Romains firent sur les monnoies
65
Circonstances dans lesquelles les Romains firent leurs opérations sur les monnoies e e
66
Opérations sur les monnoies du temps des empereurs
67
Comment le change gêne les Etats despotiques
68
Usage de quelques pays dItalie
69
CHAPITREs PAGEs XVIII Du payement des dettes publiques
70
Des prêts à intérêts
71
Des usures maritimes
72
Continuation du même sujet
73
Des hommes et des animaux par rapport à la multipli cation de leur espèce
76
Des mariages
78
De divers ordres de femmes légitimes
79
Des bâtards dans les divers gouvernements
80
Continuation du même sujet 8
81
De la dureté du gouvernement
82
Des ports de mer
83
Du nombre des habitants par rapport aux arts
84
XVII De la Grèce et du nombre de ses habitants
85
De létat des peuples avant les Romains
86
Que les Romains furent dans la nécessité de faire des lois pour la propagation de lespèce
87
De lexposition des enfans
96
Changements arrivés en Europe par rapport au nombre des habitants
97
Continuation du même sujet
98
comment remédier à la depopulation ss XXIX Des hôpitaux
99
Inconvéniens du transport dune religion dun pays à
115
De la tolérance en fait de religion
123
Juste application de la loi des Bourguignons et de celle
234
De ce quon appeloit census
243
Que ce quon appeloit census ne se levoit que sur les serfs et non pas sur les hommes libres
244
Des leudes ou vassaux
247
Du service militaire des hommes libres
248
Du double service
251
Des compositions chez les peuples barbares
253
De ce que lon a appelé depuis la justice des seigneurs
257
De la justice territoriale des églises
260
Que les justices étoient établies avant la fin de la se conde race
261
Idée générale du livre de lÉtablissement de la Monarchie fran oise dans les Gaules par M labbé Dubos
264
De la noblesse françoise
267
Changements dants les offices et les fiefs
273
Comment le gouvernement civil fut réformé
276
Autorité des maires du palais
278
Quel ètoit à légard des maires le génie de la nation
280
Comment les maires obtinrent le commandement des armées
281
Des grands offlces et des fiefs sous les maires du palais
283
Comment les alleux furent changés en fiefs
284
Comment les biens ecclésiastiques furent convertis en fiefs
286
Richesses du clergé
287
Etat de lEurope du temps de Charles Martel
288
Etablissement des dîmes
293
Des fiefs de CharlesMartel e s
294
CHAPITREs PAGEs
304
De la nature des fiefs depuis le règne de Charles le Chauve
311
Continuation du même sujet
318
SECoNDE PARTIE e
332
TRoIsIÈME PARTIE
356
DIscoURs de réception à lAcadémie de Bordeaux
363
sur lusage des glandes rénales
371
DIsCoURs sur la cause de la pesanteur des corps
377
OBsERvATIoNs sur lhistoire naturelle e
384
DIscoURs prononcé à la rentrée du parlement de Bordeaux
393
sur les motifs qui doivent nous encourager aux sciences
400
de réception à lAcadémie françoise
407
CHAPrrREs PAGES
431
Portrait de Mme la duchesse de Mirepoix
445
Continuation du même sujet
454
CHAPITRES
455
XII
456
Charlemagne XlX Continuation du même sujet XX Louis le Débonnaire XXI Continuation du même sujet XXII Continuation du même sujet XXIII...
457
MoNTESQUIEU II 29

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 320 - Ceux qui ont dit qu'une fatalité aveugle a produit tous les effets que nous voyons dans le monde, ont dit une grande absurdité; car quelle plus grande absurdité qu'une fatalité aveugle qui aurait produit des êtres intelligents?
Page 103 - C'est ce droit des gens qui fait que, parmi nous, la victoire laisse aux peuples vaincus ces grandes choses, la vie, la liberté, les lois, les biens, et toujours la religion, lorsqu'on ne s'aveugle pas soi-même.
Page 216 - JE le dis, et il me semble que je n'ai fait cet ouvrage que pour le prouver, l'esprit de modération doit être celui du législateur; le bien politique, comme le bien moral, se trouve toujours entre deux limites.
Page 431 - Je ne puis comprendre comment les princes croient si aisément qu'ils sont tout, et comment les peuples sont si prêts à croire qu'ils ne sont rien. Aimer à lire, c'est faire un échange des heures d'ennui que l'on doit avoir en sa vie, contre des heures délicieuses.
Page 103 - Chose admirable ! la religion chrétienne, qui ne semble avoir d'objet que la félicité de l'autre vie, fait encore notre bonheur dans celle-ci 384.
Page 141 - Posons donc pour maxime que, lorsqu'il s'agit du bien public, le iien public n'est jamais que l'on prive un particulier de son bien, ou même qu'on lui en retranche la moindre partie par une loi -'ou 'un règlement politique. Dans ce cas , il faut suivre à la rigueur la loi civile , qui est le palladium de la propriété.
Page 105 - Les principes du christianisme, bien gravés dans le cœur, seraient infiniment plus forts que ce faux honneur des monarchies , ces vertus humaines des républiques , et cette crainte servile des états despotiques.
Page 333 - Je n'examinerai donc les diverses religions du monde que par rapport au bien que l'on en tire dans l'état civil, soit que je parle de celle qui a sa racine dans le ciel, ou bien de celles qui ont la leur sur la terre.
Page 429 - Louis xiv , ni pacifique , ni guerrier : il avoit les formes de la justice, de la politique, de la dévotion , et l'air d'un grand roi. Doux avec ses domestiques , libéral avec ses courtisans , avide avec ses peuples , inquiet avec ses ennemis, despotique dans sa famille , roi dans sa cour, dur dans ses conseils , enfant dans celui de conscience, dupe de tout ce qui joue le prince, les ministres , les femmes et les dévots ; toujours gouvernant, et toujours gouverné, malheureux dans ses choix ,...
Page 340 - Nous sommes ici politiques, et non pas théologiens : et pour les théologiens mêmes, il ya bien de la différence entre tolérer une religion et l'approuver. Lorsque les lois d'un état ont cru devoir souffrir plusieurs religions, il faut qu'elles les obligent aussi à se tolérer entre elles.

Bibliographic information