Page images
PDF
EPUB
[graphic][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed]

GALERIE

DES

PERSONNAGES DE SHAKSPEARE

REPRODUITS

DANS LES PRINCIPALES SCÈNES DE SES PIÈCES

AVEC UNE ANALYSE SUCCINCTE DE CHACUNE DES PIÈCES DE SHAKSPEARE
ET LA REPRODUCTION EN ANGLAIS ET EN FRANÇAIS DES SCÈNES AUXQUELLES SE RAPPORTENT

LES QUATRE-VINGTS GRAVURES DONT CET OUVRAGE EST ORNÉ

PAR AMÉDÉE PICHOT

PRÉCÉDÉE D'UNE NOTICE BIOGRAPHIQUE DE SHAKSPEARE

[graphic]

PARIS
BAUDRY, LIBRAIRIE EUROPÉENNE
QUAI MALAQUAIS N° 3, PRÈS LE PONT DES ARTS
STASSIN ET XAVIER, RUE DU COQ, N 9

[blocks in formation]

AVANT-PROPOS.

[graphic]

HAKSPEARE est pour moi le plus grand des poëtes, le génie le plus original des temps modernes. Je comprends tout l'enthousiasme qu'il inspire; je crois sentir aussi vivement qu'un Anglais même cette puissante intelligence. Voilà plus de trente ans que je relis

Shakspeare, et que je le vois représenter au théâtre avec les mêmes émotions, mais sans rien perdre, je pense, de ma nationalité ; car, si on a pu

on a pu dire avec raison que de tous les poëtes de l'Angleterre Shakspeare est le plus national, n'est-il pas aussi celui qui est le plus universel, celui qui a le plus créé de ces caractères qui sont de tous les

âges et de tous les pays, celui qui a exprimé le plus de ces sentiments et de ces réflexions qui sont d'une vérité éternelle à Paris comme à Londres ?

L'admiration de Shakspeare ainsi entendue n'exclut pas les réserves du goût français; la critique ne saurait fermer les yeux sur les imperfections d'un poëte aussi inégal. La critique doit oser regarder en face les géants, les regarder de près et à distance, les mesurer même et dénoncer ce qui manque aux proportions de leur stature. Or, de tous les géants de l'intelligence, aucun, il me semble, n'encourage à cette

[blocks in formation]

familiarité de la critique autant que Shakspeare, parce que aucun de ceux qu'on pourrait lui comparer n'a tempéré sa force, son énergie, sa pompe, sa grandeur enfin, par plus de laisser aller, de naturel et d'esprit. C'est même un des reproches qu'on peut lui faire quelquefois dans l'intérêt de l'art, que l'opposition un peu trop heurtée des deux éléments de ses drames, le comique et le terrible, le trivial et le grandiose; opposition qui est dans la nature d'ailleurs et que l'art peut très-heureusement reproduire : le goût, qu'il ne faut pas croire un esclave à qui la liberté fasse peur, n'en blâme que l'abus.

Dans les analyses qu’on va lire, tel est le principe qui a constamment dicté nos appréciations du génie de Shakspeare : une grande admiration, mais non aveugle; l'indépendance du poëte jugée par l'indépendance du critique.

A défaut d'autres mérites nos notices auront du moins celui de la brièveté : tantôt résumant l'intrigue, tantôt analysant les caractères suivant l'importance relative de l'action et des personnages, il était difficile de rappeler en moins de phrases le sujet de chaque pièce. Dans un pareil cadre, l'érudition littéraire devait nécessairement tenir peu de place. Quoique entouré de la plupart des ouvrages didactiques consacrés à Shakspeare, nous sommes resté sobre de citations. Ce n'est nullement dédain de nos devanciers, dont quelques-uns d'ailleurs nous auraient fourni des paradoxes plus amusants que le simple bon sens de notre critique. Ce que nous avons surtout regretté, c'est de ne pouvoir multiplier les rapprochements entre les sources originales où Shakspeare a puisé et son æuvre de poëte dramatique. Nous aurions voulu aussi plus souvent comparer à quelques-uns de ses drames les chefs-d'æuvre de notre propre littérature; à ses Romains, les Romains de Corneille; à ses poétiques héroïnes, les tendres héroïnes de Racine; à ses individualités comiques ou bouffonnes, les types des comédies de Molière. Quelques indications semées çà et là suffiront peut-être pour signaler la fécondité de ce texte que d'autres pourront développer mieux que nous.

Quant aux extraits qui suivent chaque notice, ils étaient désignés par

« PreviousContinue »