L'école des moeurs: ou, Réflexions morales et historiques sur les maximes de la sagesse. Ouvrage utile aux jeunes gens et autres personnes pour se bien conduire dans le monde, Volume 1

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 244 - ... lorsqu'elle sera dans un lieu propre à la recevoir. Cependant on conduit cette victime dans le temple, les pieds et les mains liés, je veux dire dans la disposition d'une volonté contrainte, la bouche muette par la crainte et le respect d'un père qu'elle a toujours honoré. Au milieu d'une cérémonie, brillante pour les spectateurs qui y assistent, mais funèbre pour la personne qui en est le sujet, on la présente au prêtre, et l'on en fait un sacrifice, qui, bien loin de glorifier Dieu...
Page 365 - Voyez les livres des philosophes avec toute leur pompe, qu'ils sont petits près de celui-là ! Se peut-il qu'un livre à la fois si sublime et si simple soit l'ouvrage des hommes? Se peut-il que Celui dont il fait l'histoire , ne soit qu'un homme lui-même?
Page 192 - La nature m'a formé colère; mais, depuis que je me connois, je me suis toujours tenu en garde contre une passion qu'il est dangereux d'écouter : je sais...
Page 366 - Chose admirable! la religion chrétienne, qui ne semble avoir d'objet que la félicité de l'autre vie , fait encore notre bonheur dans celle-ci.
Page 10 - Allez lui dire, reprit le roi, que vous lui donnerez ce soir cent mille francs pour vos dragées. « La mère me brouille avec le roi : son fils me réconcilie avec lui : je ne suis pas deux jours...
Page 365 - Je vous avoue aussi que la majesté des Ecritures m'étonne, que la sainteté de l'Evangile parle à mon cœur. Voyez les livres des philosophes avec toute leur pompe : qu'ils sont petits près de celui-là ! Se peut-il qu'un livre à la fois si sublime et si simple soit l'ouvrage des hommes...
Page 208 - Polignac , qui avoit infiniment d'esprit et de politesse , étant un jour chez madame la duchesse du Maine , on s'y amusa à se faire les uns aux autres des questions , pour y répondre d'une manière agréable. Quelle différence , lui demanda la Duchesse , y at-il de rnoi à une montre? Madame, lui réponditil , une montre marque les heures, et auprès de vous on les oublie.
Page 118 - La nature est le trône extérieur de la magnificence divine ; l'homme qui la contemple, qui l'étudie, s'élève par degrés au trône intérieur de la Toute-Puissance ; fait pour adorer le créateur, il commande à toutes les créatures, vassal du ciel, roi de la terre, il l'ennoblit, la peuple et l'enrichit; il établit entre les êtres...
Page 155 - L'homme est né menteur : la vérité est simple et ingénue, et il veut du spécieux et de l'ornement ; elle n'est pas à lui, elle vient du Ciel toute faite, pour ainsi dire, et dans toute sa perfection ; et l'homme n'aime que son propre ouvrage, la fiction et la fable.
Page 23 - .fils avec un peu de sévérité, mais quelque jour « vous pleurerez beaucoup plus du mal qu'il aura , ou « de celui que vous recevrez vous-même. « Mes maîtresses souvent vous ont déplu, mais « difficilement éviterez-vous d'être un jour maltraitée « par celles qui posséderont son esprit.

Bibliographic information