Les amusemens des gens d'esprit

Front Cover
Arkstée & Merkus, 1756 - Philosophy, French - 268 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 57 - L'ambition dans l'oisiveté, la bassesse dans l'orgueil, le désir de s'enrichir sans travail, l'aversion pour la, vérité, la flatterie, la trahison, la perfidie, l'abandon de tous ses...
Page 122 - Ce n'est pas la fortune qui domine le monde; on peut le demander aux Romains, qui eurent une suite continuelle de prospérités quand ils se gouvernèrent sur un certain plan, et une suite non interrompue de revers lorsqu'ils se conduisirent sur un autre.
Page 120 - C'est ici qu'il faut se donner le spectacle des choses humaines. Qu'on voie dans l'histoire de Rome tant de guerres entreprises, tant de sang répandu, tant de peuples détruits, tant de grandes actions, tant de triomphes, tant de politique, de sagesse, de prudence, de constance, de courage, ce projet d'envahir tout, si bien formé, si bien soutenu, si bien fini, à quoi aboutit-il qu'à assouvir le bonheur de cinq ou six monstres...
Page 149 - C'est un beau spectacle que celui des lois féodales. Un chêne antique s'élève ' ; l'œil en voit de loin les feuillages : il approche ; il en voit la tige , mais il n'en aperçoit point les racines : il faut percer la terre pour les trouver.
Page 163 - C'est dans les pays de la liberté que le négociant trouve des contradictions sans nombre ; et il n'est jamais moins croisé par les lois que dans les pays de la servitude.
Page 19 - Suivant les principes que nous avons posés et que nous croyons vrais, celui qui a le plus d'imagination doit être regardé comme ayant le plus d'esprit ou de génie, car tous ces mots sont synonymes...
Page 116 - Des hommes fi endurcis étoient ordinairement fains. On ne remarque pas dans les Auteurs , que les armées Romaines , qui faifoient la guerre en tant de climats , périflent beaucoup par les maladies ; au lieu qu'il arrive prefque continuellement aujourd'hui , que des armées fans avoir combattu , fe fondent pour ainfi dire dans une campagne.
Page 121 - Quoi ! ce sénat n'avoit fait évanouir tant de rois que pour tomber lui-même dans le plus bas esclavage de quelques-uns de ses plus indignes citoyens, et s'exterminer par ses propres arrêts ! on n'élève donc sa puissance que...
Page 51 - Lion, qui cede a la main qui le fiate , ou à la voix qui l'appaife ; celui qui craint la religion & qui la hait , eft comme les bêtes fauvages qui mordent la chaîne qui les empêche de fe jetter fur c-eux qui paffent.
Page 193 - J anéantis ; on verroit cefler toutes les formalités des jugemens ; la crainte s'empareroit de tous les efprits ; on verroit la pâleur fur tous les vifages ; plus de confiance , plus d'honneur , plus d'amour , plus de fureté , plus de Monarchie. Voici d'autres réflexions. Dans les Etats Monarchiques , le Prince eft la Partie qui pourfuit les accufés & les fait punir ou abfoudre ; s'il jugeoit lui-même , il feroit le Juge & la Partie. Dans ces mêmes Etats , le Prince a fouvent les confifcations...

Bibliographic information