Page images
PDF
EPUB

Un petit nombre de traits choisis lui a suffi : l'imagination

fait le reste.

Sed me magna deùm genetrix his detinet oris.

Virgile a bien senti que la perte accidentelle de Créuse ne suffisoit pas à la dignité de l'épopée : le merveilleux vient donc encore à son secours. C'est Cybèle elle-même qui s'empare d'elle, et l'attache à son culte ; Cybèle, la protectrice des Troyens, 'rompt les premiers nœuds d'Énée en faveur de l'hymen futur d'où dépendent ses destinées en Italie. On ne peut s'empêcher d'admirer cette composition pleine de convenance, et si féconde en ressources dans les sujets aussi difficiles à traiter que l'étoit celui-ci. Enfin, Virgile a șu tirer avantage des inconvéniens même de cette partie de son sujet, et en faire un moyen épique. Créuse, inspirée par Cybèle, lui prédit ses grands destins, et l'empire qui l'attend au-delà des mers. Une chose remarquable, c'est que ses dernières paroles contiennent peu d'expressions de tendresse tout se borne à ces mots où elle lui recommande

:

Ascagne,

Jamque vale, et nati serva communis amorem.

Elle est encore mère, mais l'épouse a disparu; cela ne

[ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small]

peut s'expliquer que par son nouvel état: Créuse ne lui ap partient plus, elle appartient aux dieux; ce n'est plus la femme d'Énée, c'est la favorite de Cybèle; et par ce nœud sacré tous les autres sont rompus. Virgile reconduit Énée à ses compagnons d'exil dont le nombre se trouve prodigieusement accru: cela étoit nécessaire pour la fondation de la colonie. Enfin le jour se lève, les Grecs sont maîtres des portes de la ville, tout espoir est perdu; il part, et emporte son père au sommet de la montagne. Tel est ce second livre, éternellement admirable, et par le sujet et par l'exécution. Virgile en a, dit-on, emprunté quelques idées et quelques passages de différens poëtes grecs; je n'irai point chercher les traces des emprunts qu'il a pu faire à différens auteurs plus ou moins obscurs. Quel homme, se promenant au bord d'une belle rivière qui coule à plein canal, peut avoir l'envie et le loisir de rechercher quelles sources obscures, quelles filtrations cachées, ont augmenté de quelques gouttes d'eau l'abondance de son lit et la majesté de sa course?

FIN DU TOME PREMIER.

[ocr errors]
[ocr errors]
« PreviousContinue »