Revue de Bretagne et de Vendée, Part 1

Front Cover
J. Forest ainé, 1887 - Brittany (France)
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 23 - Anne, je vous ferai un présent. Je vous ferai présent d'un cordon de cire qui fera trois fois le tour de vos murs...
Page 328 - Ancien président du Tribunal civil de Quimper, Vice-président de la Société Archéologique du Finistère. (1) Par une odieuse fiction de la loi, le prêtre qui avait fui pour éviter la réclusion était réputé émigré. Art. 17 du décret du 1...
Page 427 - Le lendemain on essaya encore de construire des raz, sur lesquels on plaça le plus grand nombre d'hommes possible, mais on eut la douleur d'en voir périr plusieurs sans pouvoir leur donner aucun secours. On parvint cependant, avec beaucoup de peine, à mettre le grand canot à la mer ; vingt-cinq à trente hommes s'y embarquèrent et arrivèrent heureusement à terre; mais la force du vent s'opposa à ce qu'il pût revenir à bord prendre un nouveau chargement.
Page 92 - Alors mon âme fatiguée se reprit à de vieux souvenirs. 3e commençai à regretter sérieusement ma verte Bretagne, et le mal du pays, dont le germe avait peut-être toujours été au fond de mes découragements, me saisit avec énergie. Mon séjour à Paris, lié au souvenir d'e tant de désappointements, me devint insupportable. Enfin un jour, plus triste qu'à l'ordinaire, et pris d'une sorte de crise maladive, je courus rue du Bouloy, je trouvai une diligence qui partait pour ma province, et,...
Page 422 - ... beaucoup de voiles dehors ; j'avais une bonnette de petit et de grand hunier à tribord, dont les drisses et les amures avaient déjà cassé plusieurs fois. Vainement j'avais tenté cinq à six fois de mettre une bonnette basse de misaine ; mais toutes les manœuvres cassant, je fus obligé d'y renoncer, tandis que les bâtiments qui me chassaient la portaient sans amener un pouce d'autres voiles : je filais de onze à douze nœuds.
Page 116 - Me verse sur le sein une fraîcheur d'eau vive ; Je ne sais quelle odeur d'encensoir balancé, Quels sons d'orgue affaiblis remontent du passé ; De grands piliers sculptés se dressent dans mon rêve, Un vieux chant du dimanche autour de moi s'élève, Me charme, et j'aperçois dans l'ombre du saint lieu Un jeune homme naïf à genoux devant Dieu...
Page 303 - Il s'est perdu par sa faute ; et, d'ailleurs, il faudrait des hommes autrement trempés que Moreau pour conspirer contre moi. Tenez, par exemple, il ya parmi les conjurés un homme que je regrette ; c'est Georges. Celui-là est bien trempé ; entre mes mains un pareil homme aurait fait de grandes choses. Je sais apprécier tout ce que vaut la fermeté de son caractère, et je lui aurais donné une bonne direction. Je lui ai fait dire par Réal que s'il voulait s'attacher à moi, non-seulement il...
Page 181 - Obligé de donner en français ces traditions bretonnes, nous pouvions, à notre insu, en altérer l'allure, y mêler des idées, des expressions, des images françaises. Il n'y avait qu'un moyen d'échapper à ce danger, c'était d'écrire d'abord nos récits en breton ! De cette manière, nous étions...
Page 426 - Gorbineau, et un nombre considérable d'officiers dont l'exemple et la bravoure les animaient à soutenir l'honneur du pavillon national. J'avais un étatmajor dont le courage et l'intelligence suppléaient aux moyens dont j'étais dépourvu. Sept officiers de la marine ont été blessés, trois de la légion des Francs tués...
Page 385 - Il eut le rôle le plus difficile, le plus ingrat, sa renommée en a souffert, apri's comme avant sa mort. Ce qu'on vit, ce qu'on a continué de voir surtout en lui, c'est le justicier . Ce titre a déjà une gloire, mais ce n'est pas assez.

Bibliographic information