Page images
PDF

DES

L O I X,

Par Mr. de Montesquieu.

NOUVELLE E'T>ITION,
Revue, corrigée, &confidérablementaugmen-
tée par l'auteur.

TOME PREMIER.

Prolem fine mate creatam.

O v 1 o.

[graphic]

A COPENHAGUE Et A GENEVE,
Chez les Frcrcs C. & A. Philibert.

[ocr errors]
[graphic]

ELOGE

DEM. LE PRESIDENT.

DE MONTESQJJIEU,

Jbfis à la tête du cinquième volume de /enCyclopédie, par M. E/alembert;

J-j'interest que les bons citoyens prennent à I'encïclopedie , & le grand nombre de gens de lettres qui lui coufaprent leurs travaux, femblent nous permettre de la regarder comme un des monumens les plus propres à être dépofitaires des fentimens de la patrie, & des hommages qu'elle doit aux hommes célèbres qui l'ont honorée. Perfuadès néanmoins que Moniteur de Montefquieu étoit en droit d'attendre d'autres panégyriftes que nous , & que la douleur publique eût mérité des interprètes pi ut eloquens , nous enflions renfermé au-dedans de nous-même nos juftes regrets & notre refpect pour fa mémoire: mais l'aveu de ce que nous lui devons nous efr trop précieux, pour en laiffer le foin à d'autres. Bienfaiteur de l'humanité par fes écrits , il a daigné l'être auffi de cet ouvrage; & notre reconnoifTance ne veut que tracer quelques lignes au pied de fa ftatue.

a z Char

Charles De Secondat , Baron De La Brede Et De Montesquieu, ancien préfident à mortier au parlement de Bordeaux, de l'académie francoife, de l'académie royale des fciences & des belles-lettres de Prune , & de la fociété royale de Londres , naquit au château dela Brède , près de Bordeaux , le iS janvier 163y , d'une famille noble de GuyenneSon trifaïeul, Jean de Secondat, maître d'hôtel de Henri II, roi de Navarre , & en fui te de Jeanne , fille de ce roi , qui éponfa Antoine de Bourbon, acquit la terre de Montefquieu, d'une fomme de ioooo livres que cette princefTc lui donna par un acte autentique , en récompenfè de fa probité & defes fervices. Henri III, roi de Navarre , depuis Henri IV ,' roi de France, érigea en baronie la terre de Montefquieu , en faveur de Jacob de Secondat, fils de Jean, d'abord gentilhomme ordinaire de la chambre de ce prince, & enfuite meftre de camp du régiment de Châtillon. Jean Gafton de Secondat , fon fecond fils , ayant époufé la fille du premier préfident du parlement de Bordeaux, acquit dans cette compagnie une charge de préfident à mortier. Il eut plufieurs enfans, dont un entra dans le fervice , s'y diftingna , & le quitta de fort bonne heure: ce fut le père de Charles de Secondat, auteur de Veffirit des loix. Ces détails paraîtront peut-être deplacés à la tête de l'éloge d'un philofophe , dont le nom a fi peu befoin d'ancêtres: mais n'envions point

à leur à leur mémoire l'éclat que ce nom répand fur elle.

Les fuccès de l'enfance , préfàge quelquefois fi trompeur, ne le furent point dans Charles ic Secondat: il annonça de bonne heure ce qu'il devoit être; & fon père donna tous fes foins à cultiver ce génie naiffant, objet de fon efperance & de fa tendreflc. Dès l'âge de vingt ans, le jeune Montefquieu préparoit déja les matériaux de Vefprit des bix, par un extrait raifonne des immenfes volumes qui compofent le corps du droit civil: ainfi autrefois Newton avoit jetté , dès fa première jeunefle, les fondemens des ouvrages qui l'ont rendu immortel. Cependant l'étude de la jurifprudencc , quoique moins aride pour M. de Montefquieu que. pour la plupart de ceux qui s'y.livrent, parce qu'il la cultivoit en philofophe , ne fuffifoit pas à l'étendue & à l'activité de fon génie. Il approfondi fToit , dans le même temps ,. des matières encore plus importantes & plus délicates (a) , & les difcutoit dans le filence avec la fageffe , la décence & l'équité qu'il a depuis montrées dans fes ouvrages.

Un oncle paternel, préfident à mortier au parlement de Bordeaux, juge éclairé & citoyen a 3 verfa) C'étoit un ouvrage en forme de lettres, dont le but ctoit de prouver que l'idolâuie de la plupart des païens ne paroiflbit pas mériter une damnation éternelle.'

« PreviousContinue »