Frédéric Le Play, sa méthode, sa doctrine, son oeuvre, son esprit, d'après ses écrits et sa correspondance

Front Cover
H. Oudin, 1899 - 335 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 177 - Il suit de cet exposé que l'inégalité, étant presque nulle dans l'état de nature, tire sa force et son accroissement du développement de nos facultés et des progrès de l'esprit humain, et devient enfin stable et légitime par l'établissement de la propriété et des lois.
Page 187 - La liberté est un aliment de bon suc , mais de forte digestion ; il faut des estomacs bien sains pour le supporter. Je ris de ces peuples avilis qui , se laissant ameuter par des ligueurs , osent parler de liberté sans même en avoir l'idée , et , le cœur plein de tous les vices des esclaves , s'imaginent que, pour être libres , il suffit d'être des mutins.
Page 89 - Nous naissons foibles , nous avons besoin de force ; nous naissons dépourvus de tout, nous avons besoin d'assistance; nous naissons stupides, nous avons besoin de jugement. Tout ce que nous n'avons pas à notre naissance , et dont nous avons besoin étant grands , nous est donné par l'éducation.
Page 38 - États policés que dans les autres. Les citoyens qui vivent sous un bon gouvernement doivent aller à la piste de ces hommes qui se sont préservés de la corruption, et les chercher par terre et par mer, en partie pour affermir ce qu'il ya de sage dans les lois de leur pays, en partie pour rectifier ce qui s'y trouverait de défectueux. 11 n'est pas possible que notre république soit jamais parfaite, si l'on ne fait ces observations, et ces recherches, ou si on les fait mal.
Page 180 - Livrera ces méchans au pouvoir infernal. Justes, ne craignez point le vain pouvoir des hommes; Quelque élevés qu'ils soient, ils sont ce que nous sommes : Si vous êtes mortels, ils le sont comme vous. Nous avons beau vanter nos grandeurs passagères , Il faut mêler sa cendre aux cendres de ses pères; Et c'est le même Dieu qui nous jugera tous. JB ROUSSEAU.
Page 135 - Chose admirable! la religion chrétienne, qui ne semble avoir d'objet que la félicité de l'autre vie , fait encore notre bonheur dans celle-ci.
Page 126 - Je vois donc que le sentiment des plus sages a été que la loi n'est point une imagination de l'esprit humain, ni une volonté des peuples, mais quelque chose d'éternel, qui doit régir le monde entier par la sagesse des commandements et des défenses.
Page 166 - Africanus, res publica, respopuli; populus autem non omnis hominum cœtus quoquo modo congregatus, sed cœtus multitudinis juris consensu et utilitatis communione sociatus. Ejus autem prima causa coeundi est non tam...
Page 96 - Honorez votre père et votre mère, afin que vous viviez « longtemps sur la terre que le Seigneur votre Dieu vous « donnera. « Vous ne tuerez point. « Vous ne commettrez point de fornication. « Vous ne déroberez point. « Vous ne porterez point de faux témoignage contre
Page 311 - L'homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu.

Bibliographic information