OEVRES DE FENELON, ARCHEVEQUE DE CAMBRAI PUBLIEES D'APRES LES MANUSCRITS ORIGINAUX

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Common terms and phrases

Popular passages

Page 130 - soutenez que les preuves que nous employons (ici » contre vous) sont fausses; vous résistez trop ou» vertement à des choses démontrées, et mises sous » les yeux de tout le public. On est même tenté de » souhaiter que vous les combattiez ; car ces prin» cipes étant mis en pleine évidence, et très-faciles » à comprendre pour tous ceux qui voudront bien » y faire attention, chacun verra combien ceux qui » osent les nier, sont accoutumés à parler contre la » vérité manifeste....
Page 127 - Tout l'intéresse, tout réveille sa curiosité, tout le tient en suspens. Tantôt il a la joie de prévenir une réponse, et de la trouver dans son propre fond; tantôt il goûte le plaisir de la surprise, par une réponse décisive qu'il n'attendait pas. Ce que l'un dit le presse d'entendre ce que l'autre va dire. Il veut voir la fin pour découvrir quel est celui qui répond à tout, et auquel l'autre ne peut donner une entière réponse.
Page 120 - Jésuites devenoient jansénistes, leur perversion convcrtiroit bientôt un grand nombre de leurs ennemis. On ne veut voir que les seuls Jésuites dans tout ce qui s'est fait sans eux. Ecoutez le parti. Les Jésuites ont fait les censures des facultés de théologie, dont ils sont exclus. Ils ont présidé aux assemblées pour régler les délibérations de l'Eglise de France. Ils ont conduit la plume de tous les évêques dans leurs mandcmens.
Page 127 - L'auteur s'y est servi du jeu du dialogue, pour donner au lecteur les préventions les plus sérieuses. Il donne à une erreur affreuse je ne sais quoi de touchant et de gracieux. Il écarte toutes les épines et sème son chemin de fleurs. Le venin coule de sa plume avec une douceur flatteuse qui enchante l'esprit. Faut-il que les...
Page 581 - C'est ainsi, dit-il, que personne ne peut na» viguer sans navire, parler sans voix, marcher sans » pieds, et voir sans lumière.... C'est encore ainsi que » personne ne vit bien sans la grâce de Dieu. » Vous le voyez , sans la grâce, la bonne vie est impossible, comme la navigation sans un navire, comme la parole sans une voix, comme la démarche sans pieds, comme la vue des objets sans lumière. En vérité, oseriez-vous soutenir qu'un navire n'est pas requis par avance pour pouvoir naviguer?...
Page 128 - ... espèces de conversation les merveilles de la solitude. Un volume de saint Cyrille d'Alexandrie est presque tout rempli de dialogues , où il explique les vérités les plus dogmatiques sur l'Incarnation. Le mystère de Jésus-Christ a été traité de même par le savant Théodoret.
Page 128 - Le Saint-Esprit même n'a pas dédaigné de nous enseigner par des dialogues la patience dans le livre de Job, et le parfait amour de Dieu dans le Cantique des Cantiques.
Page 624 - Dieu prépare pour faire vouloir l'homme le font vouloir tres-certainement ,..'... parce que Dieu ne se trompe point (3). H parle encore ainsi : » Quant à ce qu'il » est dit , que Dieu nous a élus avant la création » du monde, je ne conçois pas comment il est dit, si » ce n'est par la préscience (4). » Je vous entends, me dit M. Fremont, vous voulez réduire tout à la préscience de Dieu , en sorte que le consentement de la volonté de l'homme...
Page 126 - Les anciens voyoient par expérience, qu'une longue et uniforme discussion des dogmes subtils et abstraits, est sèche et fatigante. On y languit; rien n'y délasse : un raisonnement en demande un autre; un auteur parle sans cesse tout seul. Le lecteur, rebuté de ne faire qu'écouter, sans parler à son tour, lui échappe, ou ne le suit qu'à demi.
Page 184 - Fremont, que des actes extérieurement honnêtes que l'orgueil produisort dans ces réprouvés. Calvin, repris-je, ne veut point que nous fassions Catilina semblable à Camillus. Il ajoute qu'on voit par ces exemples, tels que ceux de Camillus, qne la nature, quand elle est bien menée , n'est pas du tout dépourvue de bonté ( 2 ). Il ne parle, disoit M. Fremont, que de la nature sans grâce.

Bibliographic information