Histoire du systeme des finances, sous la minorité de Louis XV. pendant les années 1719 & 1720: précédée d'un abregé de la vie du duc regent, & du Sr. Law

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 100 - A ces caufes, & autres à ce nous mouvans, de l'avis de notre Confeil, & de notre certaine fcience , pleine puiflance & autorité Royale , nous...
Page 1 - Histoire du système des finances sous la minorité de Louis XV pendant les années 1719 et 1720, précédée d'un abrégé de la vie du duc régent et du sieur Law (par du Hautchamp).
Page 100 - France, régent , de notre très-cher & très-amé oncle le duc de Chartres , premier prince de notre fang , de notre très-cher...
Page 107 - Car tel eft notre plaifir ; en témoin de quoi nous avons fait mettre notre Scel à cefdites Préfentes. Donné à Verfailles le.
Page 107 - Si donnons en mandement à nos amés & feaux confeillers les gens tenant notre cour de Parlement à Paris , que ces préfentes ils faflent enregiftrer , &.
Page 91 - Cependant, si vous refusez de faire le dépôt qu'il propose, c'est-à-dire si vous revenez à l'ancienne administration, le roi, maître absolu, pour subvenir à ses dépenses, tirera votre argent de vos coffres, ou par des emprunts forcés qui, à la vérité, le ruineront, mais qui vous ruineront avec lui, ou par des impôts multipliés dont le fond ne vous reviendra plus. Au...
Page 178 - Paris, & aux fleurs intendans & commiffaires départis dans les provinces & généralités du royaume, de tenir la main à l'exécution du préfent arrêt...
Page 169 - Lundi, j'achetai des actions; Mardi, je gagnai des millions; Mercredi, j'arrangeai mon menage, Jeudi, je pris un equipage, Vendredi, je m'en fus au bal, Et Samedi, a 1'hopital.
Page 19 - On en est si persuadé qu'on évite le plus qu'on peut d'acquérir des biens chargés de rentes foncières, et qu'au lieu qu'un marchand ne rend qu'à regret à l'échéance l'argent qu'il doit parce qu'il le ferait profiter encore, le débiteur d'une rente s'en défait le plus tôt qu'il peut comme d'un poids insupportable. Ainsi, être fâché de ne pouvoir plus placer son bien à constitution, c'est être fâché que l'argent soit devenu commun et qu'il n'y ait plus de malheureux. Je ne sais si,...

Bibliographic information