Œuvres complètes de Montesquieu: De l'esprit des lois, livres X-X

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents


Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 100 - cipe : que les diverses nations doivent se faire, dans la paix, le plus de bien, et, dans la guerre, le moins de mal qu'il est possible, sans nuire à leurs véritables intérêts. • L'objet de la guerre, c'est la victoire ; celui de la victoire, la conquête 1 ; celui de la conquête, la conservation
Page 91 - RAPPORT QU'ELLES ONT AVEC LES DIVERS ÊTRES. Les lois, dans la signification la plus étendue, sont les rapports nécessaires qui dérivent de la nature des choses* : et, dans ce sens, tous les êtres ont leurs lois; la Divinité 3 1. Nous donnons d'après l'édition in-12, 3 vol., Genève, 1751, la division de
Page 117 - cieuse d'un seul, rien ne peut être fixe, et par conséquent aucune loi fondamentale. Le pouvoir intermédiaire subordonné le plus naturel est celui de la noblesse. Elle entre en quelque façon dans l'essence de la monarchie, dont la maxime fondamentale est : point de monarque, point de noblesse; point de noblesse, point de monarque '. Mais on a un despote.
Page vii - La loi, en général, est la raison humaine en tant qu'elle gouverne tous les peuples de la terre; et les lois politiques et civiles de chaque nation ne doivent être que les cas particuliers où s'applique cette raison
Page xv - Je n'écris point pour censurer ce qui est établi dans quelque pays que ce soit. Chaque nation trouvera ici les raisons de ses maximes ; et on en tirera naturellement cette conséquence qu'il n'appartient de proposer des changements qu'à ceux qui sont assez heureusement nés pour pénétrer d'un coup de génie toute la constitution d'un État. ii
Page vii - sa grandeur; au genre de vie des peuples, laboureurs, chasseurs ou pasteurs; elles doivent se rapporter au degré de liberté que la constitution peut souffrir; à la religion des habitants, a leurs inclinations, à leurs richesses, à leur nombre, à leur commerce, à leurs
Page 207 - à comprendre. Pour former un gouvernement modéré, il faut combiner les puissances 1 , les régler, les tempérer, les faire agir; donner, pour ainsi dire, un lest à l'une, pour la mettre en état de résister à une autre ; c'est un chefd'œuvre de législation, que le hasard fait rarement, et que rarement on laisse faire à la prudence.
Page 133 - Ce dernier membre de phrase : et aimer l'État, etc., manque dans AB CHAPITRE VII. DU PRINCIPE DE LA MONARCHIE. Le gouvernement monarchique suppose, comme nous avons dit, des prééminences, des rangs, et même une noblesse d'origine. La nature de l'honneur est de demander des préférences et des distinctions ; il est donc, par la chose même, placé
Page v - je suivois mon objet sans former de dessein ; je ne connoissois ni les règles ni les exceptions ; je ne trouvois la vérité que pour la perdre. Mais quand j'ai découvert mes principes, tout ce que je cherchais est venu à moi, et dans le cours de vingt années, j'ai vu mon ouvrage commencer, croître, s'avancer et finir.
Page 86 - faire en sorte que tout le monde eût de nouvelles raisons pour aimer ses devoirs, son prince, sa patrie, ses lois; qu'on pût mieux sentir son bonheur dans chaque pays, dans chaque gouvernement, dans chaque poste où l'on se trouve, je me croirois le plus heureux des mortels.