Journal et mémoires de Mathieu Marais ... sur la régence et le règne de Louis XV (1715-1737): Publiés pour la première fois d'après le manuscrit de la Bibliothèque impériale, Volume 2

Front Cover
Mathurin Lescure
Firmin Didot frères, 1864 - France
 

What people are saying - Write a review

User Review - Flag as inappropriate

t. II

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 452 - Il n'ya jamais eu ensemble tant de faits secrets, tant de caractères bien marqués, tant de portraits ressemblants et une connaissance si grande de la Cour et des familles. Il fallait une historienne, pour bien dire tous les détails de la vie d'une Régente, et il n'ya qu'une femme qui puisse bien savoir certains secrets des femmes. Tous les historiens de la minorité de Louis XIV n'approchent pas de ces Mémoires. J'ai lu les cinq tomes, qui m'ont été prêtés par M. l'ambassadeur de Hollande,...
Page 14 - Et la présente n'étant à autre fin, je prie Dieu qu'il vous ait, Monsieur, en sa sainte garde. Écrit à Paris, le 20 juillet 1720. Signé : Louis (et plus bas) Phélipeaux.
Page 350 - Je vous prie, Monseigneur, de ne pas oublier que les Voiture étoient autrefois protégés par les Richelieu, » se mettant ainsi hardiment au niveau de Voiture, dont il est bien loin. Le cardinal lui répondit : « Il est plus facile de trouver des Voiture que des Richelieu.
Page 229 - Nouveau Traité des infiniment petits , dédié aux grands de la cour de France, par un auteur anonyme. Traité des Jubilés et des Indulgences plénières , par la présidente Fillon , dédié au cardinal Dubois.
Page 140 - François de faire aucun tort, de prendre ou d'emporter aucune chose appartenant aux originaires du pays, quelque petite qu'elle soit, à peine de restitution du double pour la première fois et de punition exemplaire en cas de récidive.
Page 369 - S'il est aussi beau que celui de Racine2, nous aurons là deux grands poètes, mais deux petits hommes, car ce Racine, que j'ai vu deux ou trois fois, n'a qu'un esprit frivole et sans goût dans la conversation; et l'autre est un fou qui méprise les Sophocle et les Corneille, qui a cru être de la Cour, qui s'est fait donner des coups de bâton, et qui ne saura jamais rien parce qu'il croit tout savoir 3.
Page 165 - Parlement, et ils ont tous deux bien de l'esprit, mais ne sont pas taillés en gens galants.) La peste est àlaCanourgue, dans le Gévaudan, et cela fait grand'peur.
Page 421 - Roi, il n'en sort qu'avec régularité pour multiplier la circulation et l'abondance dans toutes les provinces. Enfin l'effet de cette administration se trouve déjà si avantageux, que la première année de la majorité du Roi peut être comparée à la plus heureuse du mémorable règne de Louis XIV. Les revenus du Roi égalent aujourd'hui les dépenses et les charges TH 31 de l'État.
Page 182 - Pour la mère des Amours Les Grâces autrefois firent une ceinture ; Un certain charme était caché dans sa tissure : Avec ce talisman la déesse était sûre De se faire aimer toujours.
Page 244 - L'auteur avait du bon, du meilleur; et la France Estimait dans ses vers le tour et la cadence. Qui ne les eût prisés? J'en demeurai ravi ; Mais ses traits ont perdu quiconque l'a suivi. Son trop d'esprit s'épand en trop de belles choses : Tous métaux y sont or, toutes fleurs y sont rosés.

Bibliographic information