Mémoires de l'Institut National des Sciences et Arts: (1799. III, 699 p.)

Front Cover
Baudouin, Imprimeur de l'Institut National
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 427 - In primis hoc volunt persuadere, non interire animas, sed ab aliis post mortem transire ad alios, atque hoc maxime ad virtutem excitari putant, metu mortis neglecto.
Page 409 - Peleus, cum pauper et exsul uterque proicit ampullas et sesquipedalia verba, si curat cor spectantis tetigisse querella. non satis est pulchra esse poemata; dulcia sunto et quocumque volent animum auditoris agunto.
Page 218 - Non, l'amour, tel que le développe la nature, n'est pas ce torrent effréné qui renverse tout : ce n'est point ce fantôme théâtral qui se nourrit de ses propres éclats, se complaît dans une vaine représentation, et s'enivre lui-même des effets qu'il produit sur les spectateurs.
Page 390 - La loi, en général, est la raison humaine, en tant qu'elle gouverne tous les peuples de la terre; et les lois politiques et civiles de chaque nation ne doivent être que les cas particuliers où s'applique cette raison humaine.
Page 96 - ... de jours à la cabane informe et grossière construite de troncs d'arbres nouvellement abattus. Un tel voyage est une sorte d'analyse pratique et vivante de l'origine des peuples et des États : on part de l'ensemble le plus composé pour arriver aux...
Page 282 - Après nous être occupés si curieusement des moyens de rendre plus belles et meilleures les races des animaux ou des plantes utiles et agréables ; après avoir remanié cent fois celles des chevaux et des chiens ; après avoir transplanté , greffé...
Page 218 - C'est encore moins cette froide galanterie qui se joue d'elle-même et de son objet, dénature, par une expression recherchée, les sentiments tendres et délicats, et n'a pas même la prétention de tromper la personne à laquelle ils s'adressent ; ou cette métaphysique subtile qui, née de l'impuissance du cœur et de l'imagination, a trouvé le moyen de rendre fastidieux les Intérêts les plus chers aux âmes véritablement sensibles.
Page 137 - Alors, toutes les affections aimantes se transforment si facilement en religion, en culte ! On adore les puissances invisibles comme sa maîtresse, peut-être uniquement parce qu'on adore ou qu'on a besoin d'adorer une maîtresse, parce que tout remue des fibres devenues extrêmement sensibles, et que cet insatiable besoin de sentir dont on est tourmenté ne peut toujours se satisfaire suffisamment sur des objets réels.
Page 182 - II est certain que la résorption des humeurs spéciales que préparent les organes de la génération , et l'influence directe qu'ils exercent, par leur vive sensibilité , sur tout le système sanguin , donnent alors au sang plus d'énergie et de vitalité. Ce fluide devient plus stimulant pour les vaisseaux qui le contiennent ; leur ton , et particulièrement celui des artères , augmente considérablement.
Page 132 - Cette époque est en effet, je le répète , la plus décisive pour la culture du jugement : c'est alors que les impressions commencent à se rasseoir, à se régler; que la mémoire, sans avoir perdu de sa facilité à les retenir, commence...

Bibliographic information