Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]

ÉNÉIDE.

LIVRE SEPTIÈME.

Études grecq, 111Partie.

I

[ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small]

LIVRE SEPTIÈME.

I.

[ocr errors]

Tu quoque littoribus nostris, Æneia nutrix, ,
Æternam moriens famam , Caieta , dedisti ;
Et nunc servat honos sedem tuus , ossaque nomen
Hesperiâ in magnâ , si qua est ea gloria, signant.

Une nouvelle carrière s'ouvre aux regards du poëte : après avoir décrit dans ses six premiers livres les voyages et les malheurs d'Enée, après avoir peint la chute d'une ville puissante, les fureurs de l'amour, les mystères de l'Erèbe, il quitte les rêves brillants de la Grèce pour les obscures traditions de l'Italie ; il les vivifie du feu de son génie, les élève à la hauteur de l'épopće, et consacre par un monument immortel l'origine de la puissance' romaine. Ces six derniers livres, trop peu lus, trop peu appréciés, sont peut-être encore plus admirables que les premiers par les nombreuses difficultés du sujet. Après avoir souffert comme Ulysse, Enée doit vaincre comme Achille; mais le poëte a dû créer des caractères pour opposer

à héros des ennemis dignes de lui. Aussi trouve-t-on dans cette seconde partie plus de verve, plus d'abondance que dans l'autre. Partout le mérite de la correction, de la grâce, de l'élégance y est remplacé par l'ascendant des grandes pensées, la vérité des situations et la vivacité des images.

Avant d'arriver à Laurente, la flotte troyenne s'arrête dans une baie de Campanie où fut depuis construit le port de Gaëte,

[ocr errors]

du nom de la nourrice d'Enée; ce qui est conforme au témoignage de Denys d'Halicarnasse qui y fait aborder le héros à son départ de l'île de Prochyta, pour le conduire ensuite au promontoire de Circeii.

[ocr errors]
[ocr errors]

Atpius exsequiis Æneas ritè solutis ,
Aggere composito tumuli, postquam alta quièrunt
Æquora, tendit iter velis, portumque relinquit.
Aspirant auræ in noctem , nec candida cursum

Luna negat : splendet tremulo sub lumine pontus. 10 Proxima Circææ raduntur littora terræ,

Dives inaccessos ubi Solis filia lucos
Assiduo resonat cantu , tectisque superbis
Urit odoratam nocturna in lumina cedrum ,
Arguto tenues percurrens pectine telas.
Hinc exaudiri gemitus, iræque leonum
Vincla recusantum, et serâ sub nocte rudentum ;
Setigerique sues , atque in præsepibus ursi
Sævire, ac formæ magnorum ululare luporum;

Quos hominum ex facie dea sæva potentibus herbis 20 Induerat Circe in vultus ac terga ferarum.

Quæ ne monstra pii paterentur talia Troes,
Delati in portus, neu littora dira subirent,
Neptunus ventis implevit vela secundis,
Atque fugam dedit , et præter vada fervida vexit.

[ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]

Rien de plus gracieux que ce tableau d'une navigation nocturne ,

dans lequel Virgile a transporté ce vers d'Ennius :

Lumine sic tremulo terra et caya cærula candent.

Le cap Circeii, situé près de Gaëte, et bordé d'un côté par la mer, de l'autre par les marais Pomptins, passe pour avoir été l'ile d'Æa, séjour fabuleux de Circé. La réception d'Ulysse

« PreviousContinue »