Page images
PDF
EPUB

jamais les bienfaits de vos* illustres Ancêtres, fans ressentir à la fois ces vifs fentimens d'amour , de reconnoissance & de respect: , qu'inspire dans les. cœurs le plus grand des biens, celui d'avoir été délivré de l'oppression & de la tyrannie.

J'ai l'honneur d'être avec toute la vénération possible ,

[merged small][ocr errors]

AVERTISSEMENT

D E

L'ANO NYME

Qui a fourni les Remarques qu'on trouve dans cette Édition.

CE n'ejl pas à moi à prononcer fur le mérite de /'Esprit des Loix. Quelque excellent que puisse être un Ouvrage , il y a toujours des Esprits qui trouvent de quoi exercer leur critique. Peut-être me regardera-t-on dans cette classe; & je ne m'y oppose pas. Les Remarques que j'ai faites U ont été fans but , & vraisemblablement elles feroient demeurées dans Voubli ,fi MM. Arkstee & Merkus ne me les eussent demandées pour les ajouter à VEdition qu'ils publient aujourd'hui. Or, que ces Remarques soient fondées ou non , qu'on trouve des défauts dans CEfpÚî des Loix , ou qu'on n'en trouve point, ilsera toujours vrai que c\Ji un Livre unique dans son ejpece , qu'on ne peut guere se dispenser de lire & de "posséder, pour peu que l'on veuille connoítre la différente façon d'envisager les objets relatifs au Droit Public , à la Jurisprudence Universelle t & à la. Politique.

Jíota. L ~ ^.Jtgne Ks jsotes de M. de Monicfitmîcu par les Lettrines ordinaires a, b, c , Sic. 6» les Remarques de ïAnonyme par les Signes * , f > § » outre que l'on a mis à la fin de chaque Remarqua { R, d'un A.) pour ks distinguer des Notes de l'Autew% ELOGE

[graphic]
[graphic]

£>E M. LE PRÉSIDENT DE MONTESQUIEU,

Mis à la tête du cinquieme Volume de l'Encyclopédie , par M. d'Alembert.

^'intérêt que les bons Citoyens prennent à L'encyclopédie , & le grand nombre de gens de lettres qui lui consacrent leurs travaux , semblent nous permettre de la regarder comme un des momimens les plus propres à être dépositaires des sentimens de la Patrie , òc des hommages qu'elle doit aux hommes célebres qui l'ont honorée. Persuadés néanmoins que Monsieur de Montesquieu étoit en droit d'attendre d'autres panégyristes que nous, & que la douleur publique eût mérité des interpretes plus éloquens , nous eussions renfermé audedans de nous-mêmes nos justes regrets & notre respect pour sa mémoire: mais l'aveu de ce que nous lui devons nous est •*" A iv,

trop précieux , pour en laisser le soin ï d'autres. Bienfaiteur de l'humanité par ses écrits , il a daigné l'être aussi de cet Ouvrage ; & notre reconnoissance ne veut que tracer quelques lignes au pied de fa statue.

Charles De Secondât, Baron De Aa Bkede Et De Montesquieu , ancien Président à mortier au Parlement de Bordeaux , de l'Académie Françoise , de l'Académie Royale des Sciences & des BellesLettres de Prusse, & de la Société Royale de Londres , naquit au Château de la Erede , près de Bordeaux , le 18 Janvier 1689 , d'une famille noble de Guyenne. Son trisaïeul , Jean de Secondat , Maîtred'Hôtel de Henri II, Roi de Navarre , & ensuite de Jeanne , fille de ce Roi , qui épousa Antoine de Bourbon , acquit la terre de Montesquieu , d'une somme d'e 10000. livres que cette Princesse lui donna par un acte authentique, en récompense de sa probité & de ses services. Henri III, Roi de Navarre, depuis Henri IV , Roi de France , érigea en Baronnie k terre de Montesquieu, en faveur de Jacob de Secondat , fils de Jean, d'abord Gentilhomme ordinaire de la Chambre de ce Prince , & ensuite Mestre de Camp du Régiment de Châtillon. Jean Gaston de Secondat , son second fils , ayant épousé la fille du premier Président du Parlement de Eor%

« PreviousContinue »