Page images
PDF
EPUB

VI. Par quelle raisun le prix de l'uni re diminua de la moitié Ion de la découverte de» Indei,

— Vil. <.ouimenl le prix des choses te lise dans la variation des richesse» de signe. —

VIII. Continuation du même m jet. — IX. De In rareté relative de l'or et de l'argent. —

A Du chance. — XI. Des opérations que lez Romains tirent sur les monnuiea. — XII Cir-

constances dans lesquelles les Romains firent leurs opérations sur la inonnoie. — XIII. Opé-

rations sur les mont: oies du temps des empereurs. — XIV. Comment le change gêne,les

Etats despotiques. — XV. U*age de quelques pavs d'Italie. — XVI. Du secours que l'Éiat

peut tirer des banquiers. — XVII. Des délie* publiques, — XVUl. Du payement des delies

publiques. — XIX. Des prêts à intérêt. — XX. Des usures maritimes. — XXI. Du prêt par

•Mirai, et «la l'usure chat lez Romains. — XX II. Continuation du môme sujet. Page 251 a 37*

LIVRE XXIII. — Des lois dans le rapport qu'elles ont avec le nombre
des habilants.

I. Des hommes et des animaux, par rapport à la multiplication de leur espèce. — II. Ses ma-
riages. — III. De la condition des enfants. — IV. Des famille*. — V. De divers ordres ée
femmes légitimes. — VI. Des bâtards dans les divers gouvernements. — VII. Du con^nte-
Hm'ui des pères en mariage. — VIII. Continuation du même sujet. — IX. De* Illes. — X. Ce

S ni détermine au mariage. — XI. De la dureté du gouvernement. — XIL Du nombre des
Iles et des garçons dans différents pajs. — XIII. Des ports de mer. — XIV. Des production!
de la terre qui demandent plus ou moins d'hommes. — XV. Du nombre des habitants par
rapport aux arts. — XVI. Des vues du légistateur sur la propagation de l'espèce. — XVII. De
la Grèce, et du nombre de ses habitants. — XVlII. De l'état des peuples avant les Romains.

— XIX. Dépopulation de l'univers. — XX. Que les Romains furent dans la nécessité de faire
aies lois pour la propagation de l'espèce. — XXI. Des lois des Romains sur la propagation
de I'e*pèee. — XXII. De l'exposition des enfantt. — XX1I1. De l'état de l'univers après la
destruction des Romains. — XXIV. Changements arrivés en Europe par rapport au nombre
des habitants. — XXV. Continuation du même sujet. — XXVI. Conséquences. — XXVII. De
la loi faite en France pour encourager la propagation de l'espèce. — XXVIII. Comment on
peut remédier 4 la dépopulation. — XXIX. Des hôpitaux. Page 37* i W2

LIvRE XXIV. — Des lois dans le rapport qu'elles ont arec la religion établie
dans chaque pays, considérée dans ses pratiques et en elle-même.

- Des religions en général. — II. Paradoxe de Bayle. — III. Que le gouvernement modéré

convient mieux a la religion chrétienne, et le gouvernement despotique à la mahomeiane. —

IV. Conséquences du caractère de la religion chrétienne et de celui de la religion iuahomélane.

— V. Que la religion catholique convient mieux a une monarchie, et que la protestante i!«-

couimode mieux d'une république. — VI. Autre paradoxe de Ravie. — VII. Des lois de per-

fection dans la religion. — Vil I. De l'accord des lois de la morafe avec celles de la religion.

— IX. Des Essêens. — X. De la secte stolque. — XI. De la contemplation. — XIl. Des peai-

tences. — Xlll. Des crimes inexpiables. — XIV. Comment la force de ta religion s'applique

i celle des lois civiles. — XV. Comment les lois civiles corrigent quelquefois Tes fausses reli-

gions. — XVI. Comment les lois de la religion corrigent les inconvénients de la constitution

politique. — XVll. Continuation du même sujet. — XVIh. Comment les lois de la religion

ont l'effet des lots civiles. — XIX. Que c'est moins la vérité ou la fausseté d'un dogme qui le

rend utile ou pernicieux aux hommes dans l'état civil, que l'usage ou l'abus que l'on en fait

— XX. Continuation du même sujet. — XXI. De la métempsycose. — XXII. Combien il e*t

dangereux que la religion inspire de l'horreur pour des choses indifférentes. — XXIII. Des

fêtes* — XXIV. Des lois de religion locales. — XXV. Inconvénient du transport d'une religion

d'un pays a un autre. — XXVI. Continuation du même sujet. Page 403 à 419

LIVRE XXV. — Des lois dans le rapport qu'elles ont avec l'établissement

de la religion de chaque pays et sa police extérieure.

I. Du sentiment pour la religion. — II. Du motif d'attachement pour les diverses religions. —
I11. Des temples, — IV. Des ministres de la religion. — V. Des bornes que les lois doivent
mettre au\ richesse» du clergé. — VI. Des monastères. — VII. Du luxe de la superstition. —

VIII. Du ponlîlicat. * IX De la tolérance en fait do religion. — X. Continuation du .ointe
sujet. — XI. Du changement de religion. — XII. De* luis pénales. —Xlll. Très-humble re-
montrance aux inquisiteurs d'Espagne et de Portugal. —.XIV. Pourquoi la religion ehré-
ueuutj tst si odieuse au Japon. — XV. De la propagation de la religion. Page 419 i 4SI

LIVRE XXVI. — Des lois dans le rapport qu'elles doivent avoir avec l'ordre
des choses sur lesquelles elles statuent.

I. Idée de ce livre. — II. Des lois divines el des lois humaines. — UT. Des lois civiles qui sent
contraires à la lui naturelle. — IV. Coutuiualion du même sujet. — V. Cas où l'on peut

I'uger les principe* du droit civil, en modifiant lcs principes du droit naturel. — VI. Qoe
'ordre des succession* dépend de* principe* du droit politique ou civil, et non pa« de* prin-
cipes du droit uatur.'l — VII. Qu'il ne uni point décider par les préceptes de la rclurii»
lorsqu'il s'agit ne ceux de li lui naturellg — VIII. Qu'il ne taut pas régler par les principes
•n droit au on appelle canonique les chose* réglees par les principes du droit ri vil.-

IX. Que les choses qui doivent éire réglées par les principes du droit civil peuvent nfôaaatt

l'être par les principes des lois de la religion. — X. Dans quel cas il faut suivre la loi civils

qui permel, et non pas la loi de la religion qui défend. — XI. Qu'il ne faut point régler les

tribunaux humains par les maximes des tribunaux qui regardent l'autre tic. — XII. Conti-

nuation du même sujet. — XIII. Dans quel cas, i! finit «mvre, à l'égard des mariages, les lois

de la religion, et dans quel cas il faut suivre les lois civiles. — XIV. Dans quel cas, dans les

mariages entre parents, il faut te régler par les lot* d# la nature, dans quel cas on doit se

régler par les lois civiles. — XV. Qu'il ne faut point renier par les principes du droit poli-

tique les choses qui dépendent du droit civil. — XVI. Qu'il no faut point décider par les

régies du droit civil, quand il s'agit de decider par celles du droit politique. — XVII. Conti-

nuation du même sujet. — XVIII. Qu'il faut examiner si les lois qui paraissent se contredire

sont du même ordre. — XIX. Qu'il ne faut pas dérider par lui Ion civiles les choses oui

doivent Pêlro par las lois domestiques. — XX. Qu'il ne faut pas décider par les principes des

lois civiles les choses qui appartiennent au droit des gens. — XXI. Qu'il ne faut pas décider

par les lois politiques les choses qui appartiennent an droit des gens. — XXII. Malheureux

sort da l'inca Athualpa. — XXHI Que lorsque, par quelque circonstance, la loi politique

détruit l'Etat, il faut décider par la lui politique qui le nni-«rv«, qui devient quelquefois un

droit des gens. — XXIV. Que les règlements de police sont d'un autre ordre que les antres

lois civiles. — XXV. Qu'il ne faut pas suivre le* disposition* genérales du droit civil, lorsqu'il

(agit de choses qui doivent être soumises i des règle* particulières uxee* de leur propre

nature. Page US à 454-

LIYHE XXV II. — De l'origine et des révolutions des lais des Humains
sur L>s successions.

Chapitre Unique. Des lois romaines sur les successions. Page 4*4 à 4M

LIVRE XXVIII.— De l'origine et des révolutions des lois cÎTflei chez les Français.

I. Du différent caractère des lois des peuples germain*. — II. Que les lots barbare* forent
toutes personnelles. — lit. Différence capiiale entre les lois salique* el les luis des Wisi-
golh* et des Bourguignons. — IV Comment le droit romain se perdit dan* le pays du
domaine des Francs, et se conserva dans le pays du domaine des Goth* et des Bourguignons.

— V. Continuation du même sujet. — VI. Comtoenl le droit romain se conserva dans le
domaine des Lombards. — VII. Cumulent le droit vumaut «e pe*dit en Espagne. — VIII. Vaux
eapitulaire. — IX. Comment les codes des lois île* buri>ares. el les mpiltilMres se perdirent.

— X. Continuation du même sujet. — XI Autre* <*aiv*es de bv chute des codes des lois des
barbares, du droit romain, et des eapitulaire*. — XII. De* coutume* locales; révolution des
lois des peuples barbares et du droit romain. — X1H. Différence de la loi salique ou des
Franc* saliens d'avec celle de* Francs ripuaires el des autre* peuples barbare*. — XIV. Autre
différence. — XV. Réflexion. — XVI. De la prouve par l'ouu souillante, établie par la loi
salique. — XVII. Manière depenser de nos père*. — XV11l Comment la preuve par le combat

[ocr errors]

judiciaire. — XXIV. Règles établies dans le combat judiciaire. — XXV. Des bornes que l'en
mettoit à l'usage du combat judiciaire. — XXVI. Du combat judiciaire entre une de* parties
et un des témoins.— XXVII. Du combat judiciaire entre;une partie et un de* pairs du seigneur.
Appel de faux jugement. — XXVIII. De l'appel de dé fan te ne droit. — XXIX. Epoque du règne
de saint Louis.— XXX. Observation sur les appels. — XXXI. Contimmlion de même sujet. —
XXXII. Continuation du même sujet. — XXXII1. Continuation du même sujet. —XXXIV. Com-
ment ta procédure devint secrète. — XXXV. Des dépens.— XXXVI. De la partie publique.

— XXXVII. Comment les Etablissement* de saint louis tombèrepl dans l'oubli. — XXXVIII.
Continuation du même sujet.—XXXIX. Continuation du même sujet. -* Xl. Comment on
prit les formes judiciaires des décrétâtes. — XLI. Flux et reftux de la juridiction ecclésias-
tique et de la juridiction laïque. — XlII. Renaissance du droit romain, et ce qui en résulta.
Changement dans les tribunaux.— XlIII. Continuation du même sujet.—XLIV. De la preuve
par témoins. —XLV. Des coutumes de France. Pages 464 à 8S3

LIVRE XXIX. — De la manière de composer les lois.

I. De l'esprit du légistateur. — II. Continuation du même sujet. — III. Que tes lois qui pa-
roissent s'éloigner des vues du légistateur y sont souvent conformes. — IV. Des lois qui eno-
quent les vues du légistateur. — V. Continuation du même sujet. — VI. Que les lois qui

Saroissent les mêmes n'ont pas toujours le même effet. — VII. Continuation du même sujet-
écessité de bien composer les lois. — VIII. Que les lois qui parussent les mêmes n'on.
pas toujours eu le même motif. — IX. Que les luis grecques et romaines ont puni l'homicidet
de soi ineme, sans avoir le même motif. — X. Que les lois qui paroissent contraires dérivent
quelquefois du même esprit. — XI. De quelle manière deux lois diverses peuvent être com-
parées. — XII. Que les lois qui paroissent les mêmes sont quelquefois réellement différentes.

MU. Qu'il né faut point séparer les lois de l'objet pour lequel elles sont faites. Des lois

romaines sur le sol. — XIV. Qu'il ne faut point séparer les lois des circonstances dans les-

quelles elles ont été failes. — XV. Qu'il est bon quelquefois qu'une loi se corrige elle-même.

— XVI. Choses à observer dans la composition des lois. — XVII. Mauvaise manière de don-

ner des lois- — XV1I1. Des idées d'uniformité. — XIX. Des légistateurs. Page Si* à 539

LIVRE XXX. - Théorie des lois féodales ebrz les Francs, dans le rapport

qu'elles ont avec l'établissement de la monarchie.

1. Des foie féodales. - II. Des sources des lois féodales. - III. Origine du rasselage.

IV. Continuation de même sujet. - V. De la conquête des Franes. - VI. Des Goths, des Bourguignon et des Franes. - VII. Diferentes maneres de partager les terres. VIII. Cunostinn du temne snjet. – IX. Juste application de la loi des Rourguignons et de celle des W19goths sur le partage des lerres - I. Des servitudes. - II. Continnation du même sujet - XII. Que les terres du partage des barbares ne pa yoient point de tributs. - XIII. Quelles etaient les charges des Romains et des Gaulois dans la monarchie des Franco. - XIX. De ce qu'on appelost census. - XV. Que ce qu'on appeloil census ne se levoit que sur les seris, et non pa. sur les homines libres. - XVI. Des leudes ou rascaui. XVI. Du service allaire des hommes libres. - XVIII. Du double service. - XII. Des compositions chez les peuples barbares. - XI. De ce qu'on a appele depuis la justice des seigneurs. - XXI. De la justice lerri'oriale des églises. – XXII. Que les justices etoient établies avant la fin de la seconde race, - XXII. Idee generale de l'Etablissement de la monarchie francuse dans le Gasles, par M. l'abbé Dubos. - XXIV. Continuation du même sujel. Reflexion sur le fond du système. - XXV. De la noblesse Irançoise. Page 538 à 581.

LIVRE XXXI. - Théorie des lois féodales chez les Francs, dans le rapport

qu'elles ont avec les révolutions de leur monarchie.

1.

les offices et les fiers. TV. Quel etoit à l'égardles armees. - I. Seconds 11Autorite des a les mares obtinrent becace. - Vll. Des grands Giers. - 11. Com

[ocr errors]

1. Changement dans les offres et les fess. - II. Comment le gouvernement civil fut réformé.

- 111. Autorite des maires du palais. - IV. Quel etoit à l'égard des maires le genie de la nation. - V. Cominent les maires obtinrent le commandement des armees. - VI. Seconde époque de l'abaissement des mois de la première race. – VIL Des grands ofhces et des fiefs $011 les maires du palais. - VII. Comment les aleur furent changes en fiess. - IX. Comment les biens ecclesiastiques surent convertis en fiels. - X. Richesses du clerge. X1. Etal de l'Europe du tempé de Charles Marlel. - XII. Elablissement des dimes. X111. Des elecione allt séche: el abbaves, - XIV. Des befs de Charles Martel - XV. Contuation du même enjel, - XVI. Confusion de la royauté el de la mairerie. Secunde race.

- XVIL. Chose particuliere dans l'eleelon des rois de la secunde race. – XVIII. Charlema.ne. - XIX. Continuation du mime sujet. - XX. Louis le Debonpaire - XXL Contimuation du même «jet. -- XXI. Continuation du même ujel. - XXIII. Continuation du même sujet. - XXIV. One les hommes libres furent rendincapables de posseder des fiefs. - XXV. Canse principale de l'affaiblissement de la seconde race. Changement dans les aleux. -- XXVI. Changement dans les liels. - XXVII. Autre changement arrive dans les fiers. - XXVIII. Changements arrivés dans les grands offces et dans les fiefs. - XXIX. De la nature des liefs, depuis le règne de Charles le Chauve. - XXX. Continuation du meine sujel. - XXXL. Comment l'Empire sortit de la maison de Charlemagne - XXXII. Comment Ja couronne de France passa dans la maison de llugues Cavet. - XXXIII. Quelques consequences de la perpetuite des fess. - XXXIV. Conlinuation du méme sujet. Page 582 à 626.

[ocr errors]

e sujet.blea de portent dans les

The

rance passa dans sa una de la maison de Charlema..ontinuation du med

DEFENSE DE L'ESPRIT DES Lois.

Page 627.

Eclaircissements sur l'Esprit des Lois.'
Réponses aux objections de M. Crosley.

Page 667.
Page 670.

TIN DE LA TABLE.

Paris. - Imprimerie VIÉVILLE et CAPIOMONT, rue des Poitevins, 6.

[graphic]
[ocr errors]
« PreviousContinue »