Page images
PDF
EPUB

Les

Ecrivains politiques

du XVIII° siècle

Extraits

avec une Introduction et des notes

P A R
Albert BAYET & François ALBERT
Ancien élève de l'École normale supérieure | Ancien élève de l'École normale supérieure
Agrégé des lettres Professeur agrégé au lycée de Laon

Librairie Armand Colin
Paris, 5, rue de Mézières
I 9 O4

Tous droits réservés

r

[ocr errors][subsumed][ocr errors][merged small]

Nous nous sommes proposé, en publiant ces extraits, de rendre plus accessible aux élèves des lycées et de . l'enseignement primaire supérieur, aux étudiants, au public des cours d'adultes et des universités populaires l'étude de la philosophie politique du xvIII° et du xIx° siècle.

Ce premier volume est consacré aux philosophes du xvIII° siècle. On y trouvera réunies des pages éparses dans l'œuvre immense et variée d'un Voltaire, d'un Diderot, ou perdues dans l'œuvre confuse et parfois fastidieuse d'un Helvétius ou d'un Raynal; on y fera connaissance avec des auteurs justement célèbres, mais dont les ouvrages, faute d'éditions commodes, sont généralement ignorés : l'abbé de Saint-Pierre, d'Holbach, Mably, Turgot, Quesnay, — et d'autres; on pourra, avec les textes que nous citons, apercevoir plus clairement la suite et la diversité des systèmes.

Ce ne sont pas des considérations littéraires qui nous ont surtout guidés dans le choix des extraits. Nous avons interrogé chaque philosophe, non pas sur chacun des problèmes politiques qui préoccupent aujourd'hui la société contemporaine, mais sur les questions qui, de son temps, étaient vivantes et sollicitaient son attention : origine de l'autorité, forme dugouvernement,

[ocr errors]
[graphic]
[graphic]

répartition de l'impôt, administration de la justice, etc. Nous avons relevé et les solutions nettes et les indications confuses, sans jamais essayer de réduire en un système ce qui, dans la pensée de l'auteur, n'était pas systématique. Cette première série d'extraits ne comprend pas exactement tous les philosophes du xvIII° siècle. Il nous a paru plus rationnel de l'arrêter à la veille de la Révolution. A partir de 1789, les conditions de la spéculation politique sont brusquement bouleversées; une période nouvelle s'ouvre : les systèmes s'élaborent dans le tumulte des événements, à la lumière d'une expérience vécue et rapidement vécue. Le but même de la spéculation devient autre : il s'agit moins de combattre un régime odieux, en lui opposant un régime de perfection idéale, que de tracer sans retard le plan de la cité nouvelle. Condorcet, qui, à tant d'égards, est un homme d'avant la Révolution, nous a paru cependant moins proche encore de Voltaire, son maître, que de Saint-Simon ou d'Auguste Comte, ses héritiers : bien que mort au xvIII° siècle, nous n'exposerons qu'au volume suivant ses idées, préface indispensable aux idées saint-simoniennes et positivistes. · En ramassant ainsi, en de courts extraits, la matière de plusieurs volumes, nous espérons rendre service à tous ceux qu'intéresse le grand mouvement d'idées politiques et sociales d'où sortit la Révolution et qui, depuis la Révolution, n'a cessé de devenir plus large, plus riche et peut-être encore plus fécond.

F. ALBERT. — A. BAYET.

[graphic]
« PreviousContinue »