Page images
PDF
[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors]

pouvoir de quelques citoyens , & la licence de tous. Athenes eut dans son sein les mèmes forces pendant qu'elle domina avec tant de gloire, & pendant qu'elle servit avec tant de honte. Elle avoit vingt mille citoyens (*), lorsqu'elle défendit les Grecs contre les Perses, qu'elle disputa l'empire

| à Lacédémone, & qu'elle attaqua la Sicile.

Elle en avoit vingt mille, lorsque Démétrius de Phalere les dénombra (+), comme dans un marché l'on compte les esclaves.

[merged small][ocr errors]

Quand Philippe osa dominer dans la Grece, quand il parut aux portes d'Athenes (|), elle n'avoit encore perdu que le tems. On peut voir dans Démostheme quelle peine il fallut pour la réveiller : on y craignoit Philippe, non pas comme l'ennemi de la liberté, mais des plaisirs (S). Cette ville, qui avoit résisté à tant de défaites, qu'on avoit vu renaître après ses destructions, fut vaincue à Chéronée, & le fut pour toujours. Qu'importe que Philippe renvoie tous les prisonniers ? Il ne renvoie pas des hommes. Il étoit toujours aussi aisé de triompher des forces d'Athenes , qu'il étoit difficile de triompher de sa

Vertll. Comment Carthage auroit - elle pu se soutenir ? Lorsque Annibal , devenu préteur , voulut empècher les magistrats de piller la république , n'allerent - ils pas l'accuser devant les Romains ? Malheureux , qui vouloient être citoyens sans qu'il y eût de cité, & tenir leurs richesses de la main de leurs destructeurs ! Bientôt

[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small]
« PreviousContinue »