Page images
PDF
[merged small][merged small][merged small][ocr errors]
[ocr errors]

caresse ; & qu'il y a une noble émulation entre ceux qui défendent la constitution qui décline, & ceux qui mettent en avant celle qui prévaut.

[ocr errors]

Comment la distribution des trois pouvoirs commença à changer, après l'expulsion des rois.

[ocr errors][ocr errors]

sance de juger les affaires privées; on nomma des questeurs (f), pour faire juger les crimes publics; on établit des édiles, à qui on donna la police; on fit des trésoriers (|) qui eurent l'administration des deniers publics : enfin , par la création des censeurs, on ôta aux consuls cette partie de la puissance législative qui regle les mœurs des citoyens, & la police momentanée des divers corps de l'état. Les principales prérogatives qui leur resterent, furent de pré- sider aux grands (S) états du peuple, d'assembler le sénat, & de commander les armées.

3°. Les loix sacrées établirent des tribuns, qui pouvoient, à tous les instans , arrêter les entreprises des patriciens; & n'empêchoient pas seulement les injures particulieres, mais encore les générales.

Enfin les plébéiens augmenterent leur influence dans les décisions publiques. Le peuple Romain étoit divisé de trois manieres , par centuries, par curies , & par tribus : & quand il donnoit son suffrage, il étoit assemblé & formé d'une de ces trois manieres.

Dans

(f) Questores parricidii; Pomponius, leg 2, ff. de 0rig, fur. | (#) Plutarque, vie de Publicola,

($) Comitiis centuriatis.

Dans la premiere, les patriciens , les principaux, les gens riches, le sénat, ce qui étoit à peu près la même chose, avoient presque toute l'autorité; dans la seconde, ils en avoient moins ; dans la troisieme, encore moins. · La division par centuries étoit plutôt une division de cens & de moyens, qu'une division de personne. Tout le peuple étoit partagé en cent quatre-vingt-treize centuries (**), qui avoient chacune une voix. Les patriciens & les principaux formoient les quatre - vingt - dix - huit premieres centuries ; le reste des citoyens étoit répandu dans les quatre-vingt-quinze autres. Les · patriciens étoient donc, dans cette division, les maîtres des suffrages. · • · Dans la division par curies (ff), les patriciens n'avoient pas les mêmes avantages. | Ils en avoient pourtant. Il falloit consulter les auspices, dont les patriciens étoient les maîtres ; on n'y pouvoit faire de proposition au peuple, qui n'eût été auparavant portée au sénat, & approuvée par un sénatus - consulte. Mais, dans la division par tribus, il n'étoit question ni d'auspices, 1l1

[ocr errors][ocr errors]
« PreviousContinue »