Page images
PDF

Nos missionnaires nous parlent du vaste empire de la Chine , comme d'un gouvernement admirable, qui mèle ensemble dans son principe la crainte, l'honneur & la vertu. J'ai donc posé une distinction vaine, lorsque j'ai établi les principes des trois gouvernemens. J'ignore ce que c'est que cet honneur dont on parle, chez des peuples à qui on ne fait rien faire qu'à coups de bâtons (o) De plus , il s'en faut beaucoup que n0s commerçans nous donnent l'idée de cette vertu dont nous parlent nos missionnaires : on peut les consulter sur les brigandages des mandarins (f). Je prends encore à témoin le grand homme milord Anson. D'ailleurs, les lettres du P. Parennin sur le procès que l'empereur fit faire à des princes du sang néophytes (| ) qui lui avoient déplu, nous font voir un plan de tirannie constamment suivi, & des injures faifaites à la nature humaine avec regle, c'està-dire , de sang froid. Nous avons encore les lettres de M. de Mairan & du mème P. Parennin sur le gouvernement de la Chine. Après des questions & des réponses très - sensées, le merveilleux s'est évanoui. Ne pourroit-il pas se faire que les misfionnaires auroient été trompés par une apparence d'ordre ; qu'ils auroient été frappés de cet exercice continuel de la volonté d'un seul, par lequel ils sont gouvernés eux-mèmes , & qu'ils aiment tant à trouver dans les cours des rois des Indes ? parce que, n'y allant que pour y faire de grands changemens, il leur est plus aisé de convaincre les princes qu'ils peuvent tout faire , que de persuader aux peuples qu'ils peuvent tout souffrir (S). Enfin, il y a souvent quelque chose de vrai dans les erreurs mèmes. Des circonstances particulieres, & peut - être uniques, peuvent faire que le gouvernement de la Chine ne soit pas aussi corrompu qu'il devroit l'être. Des causes, tirées la plupart

que du plus ou du moins de mœurs, de vertus , de vices &c. Voilà par où commence la chute des Etats. (R. d'un A.) (*) C'est le bâton qui gouverne la Chine, dit le P. du Halde. (t) Voyez entr'autres la relation de Lange.,,. (+) De la famille de Sourniama , Lettres édifi 18. Recueil,

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors]
[ocr errors][ocr errors]
[ocr errors][merged small][graphic]
« PreviousContinue »